Anatomie du discours conspirationniste

Dans cet article, je traiterai d’un phénomène qui, s’il n’est pas nouveau, connaît un succès toujours plus grand, notamment grâce aux réseaux sociaux et à Youtube qui lui tiennent lieu de caisse de résonnance.

Les théories les plus folles ont toujours circulé plus ou moins sous le manteau, tantôt via des pamphlets à l’origine plus ou moins intraçable[1], tantôt via une presse spécialisée et des livres imprimés par des éditeurs qui eurent tôt fait de voir le potentiel lucratif d’un tel genre.

Ainsi à partir des années ’70, des éditeurs populaires tels le Livre de Poche, Marabout et J’ai Lu y sont tous allés de leurs petites collections sur les OVNIS, les secrets des Templiers, la vie après la mort, l’Atlantide, etc.

Mais c’est avec internet et la possibilité qu’il offre à chacun de devenir son propre éditeur à peu de frais que le genre a gagné une popularité phénoménale, notamment auprès d’une jeunesse désabusée en quête de sens.

Le public cible

Le coeur de cible de cette littérature ce sont les jeunes, et au delà, tous les désabusés d’un système qu’ils perçoivent comme hostile et dont ils ne comprennent pas tous les rouages.  Ils ne sont pas plus bêtes que vous ou moi, mais dans certaines circonstances ils peuvent être amenés à croire n’importe quoi, littéralement.

Étiologie : au commencement était le verbe

  • Dans la grande majorité des cas, la crédulité des gens est la conséquence d’un déficit culturel marqué.  Comment contrer un discours à la narration parfaite, illustré par des infographies bluffantes dans des vidéos manifestement produites avec de gros budgets lorsqu’on n’a aucune connaissance spécifique sur la question ?
  • Un autre élément qu’il convient de ne pas perdre de vue est la perte de confiance tant dans le monde politique et ses dirigeants que dans la presse, de plus en plus souvent perçue comme un simple relais d’une propagande forcément hostile et manipulatrice.  Sur ce dernier point force est de constater que les médias ne font pas grand-chose pour restaurer ou simplement mériter la confiance.

Une mécanique paradoxale

Aussi étrange que cela puisse paraître, si les gens sont poussés à voir des complots partout, c’est d’abord parce qu’ils sentent qu’on les manipule.  Ils se rendent intuitivement compte que tout est fait pour les maintenir dans une ignorance douillette, loin des complots (bien réels ceux-là) qui ont jalonné toute l’histoire de l’humanité.   Alors ils cherchent des réponses, et s’aperçoivent bien vite qu’ils ne sont pas seuls, mais des milliers, peut-être des millions.  Ils se retrouveront sur des sites ou des chaînes youtube qui n’ont pas d’autre but que de leur apporter toutes les réponses qu’ils cherchent, celles qu’ils n’auraient jamais songé à chercher ainsi que d’autres questions qui amèneront à leur tour plus de réponses.  Et s’il y a un public, il y a un business.

Peu importe que ce soit vrai ou faux, l’important pour ces sites est de faire de l’argent.  Et comme on dit, plus c’est gros, mieux ça passe.  Entre les gens qui voient dans les traînées des avions des chemtrails, soit des épandages de produits toxiques visant à rendre les populations malades ou à les rendre dociles; les irréductibles qui prétendent que la terre est plate (preuves à l’appui); et ceux qui voient dans le 11 septembre un inside job c’est-à-dire une opération menée sous faux drapeau par les services secrets américains, chacun y trouvera son bonheur.

Ce qui est remarquable dans ce processus c’est qu’il concerne précisément des gens qui dans une démarche critique en étaient venus à chercher des réponses en dehors des canaux traditionnels parce qu’ils sentaient que ceux-ci les manipulaient.

Comment cela est-il possible ?

Tout d’abord cela s’appuie sur des méthodes largement éprouvées dont les ressorts sont à chercher du côté de la psychologie autant des groupes que des individus.  Ce sont des techniques de manipulation mentale que l’on retrouve par ailleurs dans les sectes.   Dans un premier temps, le spectateur/lecteur sera mis en confiance et accepté au sein d’une communauté forcément élitiste, puisqu’elle l’accueille et semble se soucier de Lui.  Ensuite, il s’agira de détruire systématiquement toute référence à la science officielle puisqu’elle n’explique pas le sujet traité.  Et parce qu’on n’attrappe pas les mouches avec du vinaigre, on ne lésinera pas sur les vidéos à gros budgets truffées d’effets spéciaux supposés induire chez le sujet une impression de sérieux et de crédibilité.

Il sera aussi fait abondamment usage de l’argument d’autorité, en faisant intervenir l’un ou l’autre docteur ou professeur.  Bref, le monsieur en blouse blanche qui sait.   Peu importe qu’il soit docteur ou pas, ou qu’il ait la moindre autorité dans le domaine, personne ne vérifiera.

Vous remarquerez au passage que ce qui fait systématiquement défaut dans toutes ces théories, ce sont les sources crédibles.  La plupart du temps les références concerneront d’autres articles conspirationnistes, des livres douteux ou des experts auto-proclamés.

Faut-il préciser que dans notre société, la diffusion du savoir et l’enseignement reposent largement sur l’écrit, et que l’analyse critique des livres est largement exclue des programmes scolaires.  En gros, si c’est dans un livre, c’est vrai.  On pourrait faire exactement la même remarque au sujet des journaux télévisés ou des documentaires.  Vu à la télé, en somme.

Un cercle vicieux

Avez-vous déjà essayé d’expliquer à un conspirationniste qu’il est, comment dire, légèrement à l’ouest ?  C’est pratiquement impossible parce que leurs croyances sont auto-justificatrices.  Si vous mettez en doute leur théorie, c’est que vous faites partie du complot, et donc qu’ils avaient raison[2].  Ils ne parviennent plus à dissocier une juste critique d’une société qui essaie de les formater et les théories délirantes qu’ils ont choisi de croire.

En quoi ce n’est pas bon pour la démocratie

  • Cela va vous paraître étonnant, mais si le conspirationnisme n’avait pas existé, nos dirigeants l’auraient inventé.  En effet, quelle meilleure façon de dissimuler un authentique complot que de le perdre au milieu de centaines de complots fantasmés ?
  • Et quelle meilleure façon de discréditer par avance un interlocuteur que de le taxer de conspirationniste dès qu’il évoquerait un complot, fût-il réel ?  L’illuminé avec la casquette en aluminium servira lui-même les arguments à son contradicteur.
  • C’est également un énorme gâchis économique et humain.  Tout ce temps et ces ressources consacrées à des chimères quand il y aurait tant à dire et à faire pour améliorer la société et traquer les manipulations dont nous sommes l’objet quotidiennement.

Deux sous de bon sens et un minimum de recherche personnelle

Les théories du complot ont toutes ceci en commun qu’il ne faut pas être docteur en sciences ou un grand génie pour les démonter.  Deux sous de bon sens et un minimum de recherche personnelle suffiront dans la plupart des cas.

La notion de sens commun se rapporte à une forme de connaissance regroupant les savoirs socialement transmis et largement diffusés dans une culture donnée : normes, valeurs, et symboliques. Constituant une certaine interprétation de la réalité, le sens commun peut conduire à des incompréhensions lorsqu’il est l’objet d’un discours partagé. Le sens commun gère les interactions entre individus au sein d’une population, par un ensemble de règles qui sont tacitement admises et qui régulent les relations pour en permettre la continuité. Le sens commun désigne donc une forme de connaissance s’acquérant généralement par la socialisation, par opposition aux savoirs formalisés, écrits, codifiés, dont font partie les sciences (wikipedia).

Par recherche personnelle, j’entends toute recherche dans des sources distinctes de celles que vous entendez critiquer.  Encyclopédies, livres, articles, groupes de discussion.

Quelques exemples

On pourrait écrire des milliers de pages reprenant une à une les théories du complot pour les démolir systématiquement en se basant sur la logique, la science et l’histoire.  De fait, il existe des centaines de sites web consacrés à cette question.  Je ne vais donc pas ici réinventer l’eau tiède mais exposer un ou deux exemples auxquels j’ai été confronté récemment, notamment sur facebook où, tels des licornes, ces sujets reviennent régulièrement.

Les chemtrails

Les chemtrails, ce sont les traînées de vapeur d’eau que laissent dans le ciel les avions de ligne.  Ou plutôt, pour les conspirationnistes, ce serait la preuve d’un complot. En fait, les gouvernements se serviraient des avions pour épandre des liquides toxiques contenant  : de l’aluminium, du baryum, strontium, des nanoparticules, (…).

Ces épandages viseraient aux choix : à nous rendres stupides;  à modifier le climat; à propager des maladies telles Alzheimer, etc.

Or il est assez trivial de tordre le cou à ce canard en trois questions :

  • On le met où l’aérosol contenant tous ces poisons ?  Il ne pèse rien ?  Les avions de ligne seraient conçus d’office en intégrant des réservoirs spéciaux destinés à recevoir ces produits et les mécanismes permettant de les diffuser en vol ?
  • Les pilotes, les copilotes, les navigateurs, les compagnies aériennes et les fabricants seraient donc tous de mèche ?  Et personne n’aurait révélé le complot ?
  • Les pilotes, leurs familles, et même les supposés comploteurs du gouvernement doivent aussi respirer, et que je sache ils respirent le même air que nous.  Ces gens seraient-ils stupides ?

Propulsion MHD

Dans une vidéo déjà un peu ancienne qui a refait récemment surface sur Facebook, on pouvait entendre Jean-Pierre Petit, physicien spécialisé en mécanique des fluides, et ancien directeur de recherche au CNRS exposer, selon lui que le bombardier B2 américain serait en fait propulsé par le MHD (magnétohydrodynamique) ce qui lui permettrait d’atteindre des vitesses de l’ordre de Mach 12.

Il en voulait pour preuve un petit extrait vidéo pris sur le site du fabricant (Northrop Grumman) dans laquelle on voyait se former au dessus de l’avion une sorte de halo lumineux à une vitesse proche de celle du son.

Oui mais voilà, dans la vidéo longue, il prétend aussi que l’avion qui a été montré à la presse (et celui qu’on voit sur les images) n’est qu’un faux grossier destiné à tromper le public.  Mais alors je me pose une question : si l’avion qu’on voit sur les images n’est qu’un jet classique, pourquoi aurait il les propriétés électriques (et les équipements hors de prix) du vrai ?  Cela n’aurait absolument aucun sens, et toute sa théorie tombe à l’eau.

Accessoirement, l’homme illustre parfaitement le dicton anglais qui dit que pour un marteau, tout finit par ressembler à un clou.

Le « moteur à eau »

Les grosses entreprises pétrolières et les gouvernements ne veulent pas que vous connaissiez la vérité ! Le moteur à eau est une réalité ! Oui oui, l’énergie gratuite, vous imaginez ?  Et forcément, ils ont déployé les grands moyens pour que vous n’en sachiez rien.

Sauf qu’il ne s’agit pas d’un « moteur à eau » mais d’utiliser l’eau comme additif pour augmenter le taux de compression et que cet artifice est connu depuis les débuts du moteur à explosion.  C’était d’ailleurs une technique utilisée sur les avions de chasse de la seconde guerre mondiale[3] pour augmenter la vitesse de pointe en cas de besoin (éviter ou rattrapper un ennemi).  Accessoirement qui dit compression plus forte dit aussi usure mécanique et échauffements, ce qui en limite fortement l’intérêt.

Conclusion

Le conspirationnisme est un phénomène qui a pour conséquence de brouiller un peu plus notre vision du monde, en particulier pour les jeunes qui n’ont pas encore acquis suffisemment d’expérience pour faire la part des choses; et les personnes qui pour une raison ou l’autre ne disposent pas des outils leur permettant l’analyse critique des théories qui leurs sont présentées.  Ainsi, tout comme pour les sectes, les premières victimes seront des personnes ayant perdu un ou plusieurs repères sociaux : affaiblies par un deuil, la maladie ou la perte de leur emploi, ou tout simplement en quête de sens et de réponses dans un monde anxiogène.

Les théories complotistes ont toutes en commun qu’elles apportent une réponse unique, forcément simpliste, à des phénomènes diffus : on identifie les coupables.  Ce sont les juifs, les illuminatis, les francs-maçons, les gouvernements, la CIA ou les extra-terrestres.

Le drame c’est que le conspirationnisme devient l’arbre qui cache opportunément la forêt.  Parce que les complots ont toujours existé, et même s’ils sont moins « vendeurs » que le Protocole des Sages de Sion, ils ont des conséquences bien réelles sur le monde dans lequel nous vivons.

Ainsi nous pourrions citer :

  • Le renversement par la CIA et le MI6 du premier ministre Mossadegh en Iran pour placer sur le trône le Chah d’Iran notoirement inféodé à Washington
  • En 1973, putsch militaire du général Pinochet au Chili en vue de destituer (et assassiner) le président élu  Salvador Allende avec le soutien de la CIA.
  • En 1979, sous le président Carter, les Américains déploient en Afghanistan des moujahidines avec à leur tête un certain Oussama bin Laden, qui se retournera ultérieurement contre eux.
  • En 2003, au Conseil de Sécurité des Nations Unies, Collin Powell agite une petite fiole de poudre de perlimpinpin comme étant la preuve que l’Irak possède des armes de destruction massive  et accessoirement justifie la deuxième guerre du golfe.
  • Ou plus près de nous, le véritable cheval de Troie que constitue une Commission Européenne néolibérale totalement inféodée aux visions politiques de Washington.
  • Toute puissance d’une oligarchie (ploutocratie, en fait) aux mains de quelques banquiers et de multinationales qui désormais font la loi et ne s’en cachent même plus.  Vous reprendrez bien un peu de Tafta ?
  • Le terrorisme islamiste qu’on nous vend comme étant la plus grande menace pour notre civilisation… Mais dans le même temps, ces mêmes terroristes sont financés et armés en sous-main et armés par la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar.  Qui oserait prétendre que ceci pourrait se faire sans l’aval de Washington ?  Et les Européens ne sont pas en reste qui soutiennent des terroristes affiliés à Al-Qaida contre le gouvernement syrien (al Nusra, etc).  Des gentils terroristes ?

Il y a, selon moi,  des sujets de préoccupations nettement plus graves que les hypothétiques petits hommes verts ou de savoir qui a tué JFK.

Notes

  1. Voir le Protocole des Sages de Sion, un plan de conquête du monde établi par les juifs et les francs-maçons rédigé à Paris en 1901, par un informateur de l’Okhrana (la police secrète de l’Empire russe), Mathieu Golovinski
  2. Un biais cognitif est un mécanisme de la pensée, cause de déviation du jugement. Le terme biais fait référence à une déviation systématique par rapport à la réalité. L’étude des biais cognitifs fait l’objet de nombreux travaux en psychologie cognitive, en psychologie sociale et plus généralement dans les sciences cognitives (wikipedia).
  3. War Emergency Power (WEP) : procédé consistant à injecter dans le moteur de l’eau ou un mélange composé de méthanol et d’eau en vue d’augmenter la puissance durant un temps limité.
avatar

Philippe Huysmans

Webmaster du Vilain Petit Canard, citoyen de nationalité belge, né à Schaerbeek le 16.10.1966. Marié et père de deux enfants. Je vis en Belgique et j’exerce la profession d’Informaticien à Bruxelles. Mes articles

Vous aimerez aussi...