Cinq choses que les libéraux disent pour éviter de prendre une véritable position sur Gaza

Temps de lecture : 4 minute(s)

Voici cinq arguments que les libéraux occidentaux produisent souvent pour éviter d’avoir à prendre une véritable position sur Gaza :

  1. « C’est déchirant ! »
  2. « C’est compliqué ! »
  3. « MAIS TRUMP ! »
  4. « J’espère vraiment qu’il y aura la paix un jour ! »
  5. « Je suis en faveur d’une solution à deux États ! »

Parlons-en un peu.

« C’est déchirant !

Les libéraux adorent dire à quel point ce qui se passe à Gaza est « triste » et « déchirant », comme s’il s’agissait d’une sorte de catastrophe naturelle, d’une tragédie à laquelle leur gouvernement assiste passivement au lieu de la faciliter activement. Cela leur permet d’exprimer leurs sentiments humanitaires progressistes sans prendre une position politique significative contre ce qui est fait en leur nom avec l’argent de leurs impôts et avec leur consentement tacite.

En réalité, le génocide de Gaza n’est ni triste, ni déchirant, ni tragique ; ce sont des mots que l’on utilise pour les maladies et les accidents. Lorsque quelqu’un est assassiné dans l’intention de nuire, nous ne poussons pas un gros soupir, nous ne versons pas une larme et nous ne passons pas à autre chose – nous poursuivons le meurtrier. Il ne pleut pas des bombes à Gaza parce que c’est simplement le mauvais temps qui y règne aujourd’hui, ces bombes sont larguées par Israël dans un but génocidaire avec le soutien total des États-Unis et de leurs alliés. Il s’agit là d’un crime qui exige indignation et punition, et non des larmes de crocodile vides de sens.

« C’est compliqué ! »

Non, ce n’est pas compliqué. Un régime d’apartheid opprime et maltraite un groupe ethnique qui ne bénéficie pas des mêmes droits et du même traitement que les autres, et maintenant il largue des bombes sur une population piégée dans un gigantesque camp de concentration. S’il s’agissait de juifs enfermés dans Gaza alors que n’importe quelle autre ethnie fait pleuvoir sur eux des explosifs militaires pendant quatre mois, aucun libéral au monde n’aurait de mal à reconnaître ce qu’il voit et à le qualifier de ce qu’il est.

« MAIS TRUMP ! »

Poussez un partisan de Biden assez fort sur ce que leur président fait à Gaza et il finira par balbutier à quel point Donald Trump est mauvais. Comme si le fait que Trump soit mauvais annulait en quelque sorte la dépravation du soutien à un génocide actif. Ou comme si le fait de soutenir un génocide actif était une offense excusable si cela signifiait un peu plus d’effacement de la dette étudiante ou quelque chose comme ça.

Les démocrates n’ont aucun moyen de réconcilier Gaza avec ce qu’ils croient à propos d’eux-mêmes et des valeurs qu’ils sont censés défendre, alors quand ils sont confrontés à l’horrible réalité de ce que leur président fait au Moyen-Orient, ils n’ont d’autre choix que de plonger la tête dans le sable et de crier « TRUMP !!! » aussi fort qu’ils le peuvent. Rien n’a exposé la vraie nature du Parti démocrate comme un président démocrate se présentant à la réélection pendant un génocide soutenu par les États-Unis.

« J’espère vraiment qu’il y aura un jour la paix là-bas ! »

Comme « C’est tragique ! », cette phrase remplace une position politique significative par un discours émotionnel vide afin de créer la fausse impression que le libéral a dit quelque chose de pertinent qui s’aligne sur ses valeurs et son idéologie déclarées.

En disant que vous voulez la paix mais en refusant de dire comment vous voulez que la paix se réalise, la « paix » que vous prétendez soutenir peut signifier n’importe quoi. Si Israël réduit Gaza en ruines et pousse les survivants dans des camps de réfugiés dans le désert du Sinaï, il peut appeler cela la « paix » parce qu’il n’y aura plus de guerre. Si Israël assassine tous les habitants de Gaza, il peut parler de « paix » parce que les bombes ne tombent plus. Même revenir au statu quo du 6 octobre ne serait pas la « paix », ce serait simplement revenir aux conditions abusives qui ont donné lieu au 7 octobre.

Dire que l’on veut la « paix » sans parler de cessez-le-feu immédiat et d’accords négociés revient à dire que l’on veut qu’Israël continue à faire ce qu’il fait jusqu’à ce qu’il décide qu’il en a fait assez.

« Je soutiens la solution à deux États !

La « solution à deux États » n’est en fait qu’une case psychologique que les libéraux cochent mentalement pour pouvoir prétendre avoir une véritable position sur la question israélo-palestinienne. Les dirigeants israéliens crachent publiquement sur la notion d’un État palestinien doté de sa propre souveraineté militaire et nationale, et il n’y a pas de moyens politiques pour faire en sorte qu’une telle chose se produise. Ce n’est rien de plus qu’une construction conceptuelle qui permet aux libéraux de se sentir bien dans leur politique personnelle sans prendre réellement position contre la structure de pouvoir tyrannique soutenue par l’Occident qu’est l’État d’Israël.

En réalité, il ne peut y avoir de paix tant qu’Israël n’aura pas cessé d’être un État ethnique d’apartheid abusif, tant qu’Israël et ses alliés n’auront pas payé des réparations massives aux Palestiniens et tant que tous les torts du passé n’auront pas été réparés. C’est tout à fait possible, mais il s’agirait d’un effort massif pour atteindre un objectif qui rendrait le statu quo actuel entre Israël et la Palestine complètement méconnaissable. Se contenter de lever le pouce intellectuellement sur les notions vides d’une « solution à deux États » n’est qu’un cloisonnement psychologique libéral de plus.

Parmi les autres bruits populaires que les libéraux font pour éviter de prendre une véritable position sur Gaza, citons « Quelque chose, quelque chose d’antisémite ! » et « C’est juste Netanyahou et quelques abrutis d’extrême droite qui rendent les choses mauvaises ! ». Les mots spécifiques n’ont pas beaucoup d’importance, car les libéraux feront tous les bruits nécessaires pour éviter le poids écrasant de la dissonance cognitive et résister aux exigences de plus en plus fortes de la réalité qui leur demande de restructurer radicalement leur vision du monde.

avatar

Caitlin Johnstone

Caitlin A. Johnstone est une journaliste indépendante australienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *