Un «dernier appel» aux Québécois pour défendre les droits et libertés?

Temps de lecture : 4 minute(s)

Manifestation à Montréal le 30 octobre 2021

Le samedi 30 octobre les Québécois étaient invités à marcher dans les rues de Montréal contre le passe sanitaire, les mesures draconiennes du gouvernement Legault et pour le droit de travailler et le respect des droits constitutionnels.

« Vous obliger à choisir entre les injections et votre travail c’est de l’extorsion » disait une pancarte en première ligne. Face au refus catégorique du gouvernement de respecter le choix des travailleurs de la santé et de plusieurs secteurs publics d’être injectés ou non, Québec Debout a appelé tous les gens du Québec à venir manifester pacifiquement leur colère et leur « ras-le-bol des mesures gouvernementales ». Ces mesures radicales discriminent les non-vaccinés en bafouant les droits civiques. De plus, l’injection obligatoire met en danger la santé des Québécois.

Les employés du gouvernement fédéral ont jusqu’au 26 novembre pour se faire doublement injecter. Crédit de photo : Micheline Ladouceur

«Nous dénonçons l’interdiction de voir des proches en institution, la discrimination dans la fonction publique, les licenciements dans plusieurs secteurs dû à des choix personnels légitimes ainsi que les droits et libertés brimés au quotidien au nom de la crise sanitaire» (Québec Debout)

Les travailleurs continuent de se battre contre l’obligation obligatoire. Les enseignants ont pu obtenir un certain recul du gouvernement la semaine dernière. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a annoncé que les enseignants et les professeurs de cégep et d’université ne sont pas dans l’obligation de se faire vacciner contre le coronavirus.(Radio-Canada, le 27 octobre 2021) Cependant la majorité du personnel enseignant a déjà été injecté (environ 90% selon les chiffres officiels). De plus, la bataille n’est pas terminée puisque le gouvernement veut commencer la vaccination des jeunes enfants.

Mise à jour, le 3 novembre 2021 : Le gouvernement du Québec a annoncé aujourd’hui que dorénavant le personnel de la santé ne sera pas soumis à la « vaccination obligatoire ». C’est une demi victoire puisque les infirmiers et infirmières devront passer un test PCR (rappelons que le test n’est pas fiable) trois fois par semaine.« On passe de la vaccination obligatoire au dépistage obligatoire » (Ministre de la santé, Christian Dubé) Les nouveaux travailleurs de la santé devront par contre avoir reçu les deux doses de l’injection anti-Covid. Malgré les menaces de congédiement sans solde, la majorité du personnel soignant non-vacciné n’a pas plié aux mesures et très peu de ces travailleurs encore non-vaccinés ont décidé de se faire vacciner pour maintenir leur emploi. Face à un système de santé qui s’écroule et le manque de personnel, le gouvernement a rectifié son tir.

Le ministre Dubé, qui avait initialement décrété que tous les employés du réseau de la santé devraient avoir été vaccinés avant le 15 octobre dernier sous peine d’être suspendus sans salaire, avait dû repousser cette date butoir au 15 novembre en raison du nombre trop élevé d’employés non vaccinés.

Selon les données du ministère de la Santé, plus de 17 000 travailleurs du réseau ne sont toujours pas vaccinés. Considérant l’impact désastreux qu’aurait sur le système public de santé la suspension de tous ces employés ou même seulement une partie d’entre eux, Québec préfère reculer.(Radio-Canada, le 3 novembre 2021)

Selon le gouvernement, il y aurait près de 97% du personnel de la santé qui s’est fait injecté. Cependant, si ces chiffres sont vrais,  il faut souligner que beaucoup de gens dans ce secteur l’ont fait par pression, intimidation, et la peur de se retrouver sans emploi. De son côté, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, n’a pas l’intention de rendre obligatoire la vaccination pour le personnel de la santé. »Je ne suis pas prêt à compromettre la prestation de soins à des millions d’Ontariens. » Doug Ford, premier ministre de l’Ontario. Par contre « le gouvernement Ford laisse le choix aux différents établissements de santé d’imposer la vaccination obligatoire à leurs employés ou non. » (Vaccination obligatoire en santé: le jeu n’en vaut pas la chandelle, croit Doug Ford, Le Droit, le 3 novembre 2021)

Crédit de photo : Québec Debout

Malgré les prévisions météorologiques annonçant une journée pluvieuse, des milliers de personnes sont allées marcher. La météo leur a donné raison avec une journée agréable et quelques percées de soleil.

Crédit de photo : Micheline Ladouceur

Crédit de photo : Micheline Ladouceur

Beaucoup de Québécois pensent que la lutte n’est pas finie et qu’il faut continuer à se battre, pacifiquement, pour faire respecter les droits de tous les travailleurs, les familles, les parents… face à l’imposition d’un passeport vaccinal et le danger que représente une injection expérimentale. « Peuple du Québec réveillez-vous » (Joanne Voyer, infirmière).

Vidéo « Last Call », manifestation à Montréal le 30 octobre :

(Cette vidéo inclut quelques commentaires et discours )

 

Crédit de photo : Micheline Ladouceur

Dans le désespoir ou l’espoir, le peuple québécois s’adresse au ciel.

Des manifestants ont brandi des pancartes blanches au bout de leur bras pour écrire ce message en anglais : « Dieu aidez-nous » (God Help Us) (malheureusement ce n’était pas en français, « Dieu est-il anglophone ? »)

Crédit de la photo : Québec Debout

La bataille n’est pas terminée et plusieurs événements contre les politiques « sanitaires » et contre la dérogation aux droits et libertés sont en cours… Des milliers de travailleurs sont encore menacés de perdre leur emploi (au Québec et dans le reste du Canada) et bientôt on commencera à injecter les jeunes enfants. La guerre du gouvernement contre le peuple se poursuit. La lutte continue !

avatar

Micheline Ladouceur

Ph.D. en géographie. Spécialiste des questions latino-américaines et brésiliennes. Directrice associée du Centre de recherche sur la Mondialisation, Rédactrice de Mondialisation.ca et des pages en portugais et en italien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.