Dies Irae, toussa

Voici que je sors de la retraite que je m’étais imposée.  Je m’étais juré de ne plus écrire quelque article que ce soit, jugeant que l’immense majorité de la population soit se fichait complètement de ce que je pouvais bien raconter, soit comprenait, mais tel le hérisson se mettant en boule au milieu de l’autoroute, avait fait le choix d’occulter une réalité décidément bien difficile à contempler. 

Coronavirus !   Coronavirus !  Tremblez, bonnes gens, la grand’ peste est de retour.  Calfeutrez-vous en vos foyers, jetez dehors les malades, murez les issues et priez pour le salut de votre âme ! 

Nan, je déconne, en fait il faudrait nommer le coronavirus à la tête du ministère de la santé.  Ben oui, il a quand même réussi à faire ce qu’une palanquée d’incapables n’avait pas réussi à faire avant lui, à savoir éliminer du territoire toutes les affections respiratoires d’origine virale, qui, jusqu’à l’année passée, tuaient plus de 10.000 personnes chaque année en France !  Exit la grippe saisonnière, exit les pneumonies,  les rhinites, les pharyngites, les sinusites et même le rhume, il les a tous éradiqués en moins d’un mois.  Aujourd’hui plus personne ne meurt de la grippe saisonnière en France, plus personne n’attrape le moindre rhume.  Si ça c’est pas une bonne nouvelle !  Et au cas où j’aurais tort, ils sont où les morts de la grippe, cette année ?  On en a fait du soylent green en prévision des pénuries de protéines à venir ?  Je rappelle à toutes fins utiles que vu le nombre de patients réellement testés, on est pratiquement infoutus de savoir qui est mort de quoi… 

Aujourd’hui le moindre péquin qui éternue ou se mouche est une victime du coronavirus.  Jusqu’à cette imbécile d’Amélie Nothomb qui n’a pas hésité à annoncer que son père était décédé du coronavirus, information rapidement démentie par des proches (elle est savoureuse celle-là), pour dire qu’en fait, son daron était mort d’un vulgaire infarctus du myocarde, ce qui est évidemment moins classieux par les temps qui courent.

Drôle d’époque où l’on confine tout le monde, ou l’on voudrait fermer les marchés (comme Belleville), mais ou les sans-dents seraient autorisés à aller s’écharper dans des grandes surfaces bondées pour acheter (investir dans) du PQ.  Ah ça c’est sûr, beaucoup moins de risques d’y attraper une cochonnerie qu’en plein air, hein ?!

Ne comprenez-vous pas qu’on est en plein fear factor ?  On est arrosés en permanence d’injonctions paradoxales destinées uniquement à terroriser.  Surtout, pas bouger !  Les masques sont inutiles, non, enfin si, mais seulement pour vous, il faut que vous ayez la trouille, et n’ayez aucun moyen de vous protéger d’une menace qui n’existe pas dans les faits, et que vous tourniez comme des rats en cage en attendant le prochain bulletin de désinformation qui s’annonce toujours plus anxiogène que le précédent.

Parce que bon, soigner les malades du coronavirus, c’est bien, mais faudrait d’abord les dépister méthodiquement, puis traiter ceux qui portent réellement une charge virale et représentent un risque de contamination pour les autres ?  C’est ce que fait le professeur Didier Raoult à l’IHU de Marseille, et le traitement est une molécule toute simple, l’hydroxychloroquine, pendant une dizaine de jours.  Or je rappelle que l’intéressé est l’un des spécialistes les plus reconnus dans le domaine, pas un charlot de plateau

Eh oui, contrairement à ce que big pharma vous souffle à l’oreille, il semble bien que le coronavirus se soigne nettement mieux que la grippe, et il n’y a pas besoin d’attendre un hypothétique vaccin bien coûteux pour ça.  D’ailleurs n’a-t-on pas entendu çà et là qu’on ne savait même pas si les personnes guéries du coronavirus avaient développé des anticorps contre la maladie ?  Parce qu’en pareil cas, à quoi pourrait bien servir un vaccin ?

Et finalement, le coronatsointsoin, c’est bien utile pour ne pas avoir à vous informer du méga-crash boursier qui s’est produit le 9 mars dernier…  Ah, on me souffle dans l’oreillette qu’il ne faut pas en parler, enfin, que c’est bien moins grave que ce que les mauvaises langues en disent.  Selon ces oiseaux de mauvaises augure, la crise de 2008 serait de la roupie de sansonnet à côté de celle qui nous arrive sur le coin de la carafe !  Mais n’allez surtout pas croire ça, d’ailleurs la FED imprime pour 150 milliards de dollars chaque jour et même Christine Lagarde, présidente de la BCE est descendue à la cave pour imprimer 750 milliards d’euros de fausse monnaie, ce qui a eu pour effet de calmer instantanément les marchés…  Pour quatre heures avant de replonger de plus belle.

À quelque chose malheur est bon, et au cas (très improbable, hein) où les banques tomberaient comme des dominos suite au défaut de paiement des entreprises suivi immédiatement par le défaut des réassureurs, déjà on ne risque pas le bank run en état d’urgence, les gens ayant l’interdiction formelle de sortir.  Et ça c’est plutôt bien (surtout pour les banques, et aussi pour nos gouvernants qui doivent commencer à baliser ferme).

Les zotorités nous diront que la pandémie est la cause de la crise tandis que les plus malicieux (voire carrément complotouilleux) se poseront la question de savoir si tout ce cirque ne serait pas un tout petit peu téléphoné, puisqu’on sait que l’économie s’effondre depuis des mois avec une régularité qui rendrait jaloux un horloger suisse, et que la solvabilité des banques aujourd’hui équivaut à celle de Bernie Madoff la veille de son arrestation.

Alors oui, je sais, à l’issue de votre lecture, vous allez probablement vous inquiéter pour vos avoirs bancaires, et je tiens tout de suite à vous rassurer : une fois que vous placez un euro sur un compte bancaire ou un livret A, il ne vous appartient plus, tout ce que vous avez, c’est une créance sur la banque.   Comment ça, pas rassurant ?  Vous avez déjà vu un banquier malhonnête, vous ?   D’ailleurs votre argent est garanti par le fonds d’indemnisation à concurrence de 100.000 boules…  À condition bien sûr que ce fonds soit abondé au point de pouvoir résister à un crash bancaire systémique, ce qui me paraît légèrement douteux.

Vous avez toujours rêvé de visiter Chypre ou le Liban mais vos moyens ne vous le permettaient pas ?  Vos banquiers ont trouvé la solution, c’est Chypre et le Liban qui s’inviteront en France, et tout comme les Chypriotes ou les Libanais, vous serez appelés sous peu à devoir faire la file durant quatre ou cinq heures chaque semaine pour pouvoir retirer 150 euros de votre propre compte.  Somme généreuse qui vous permettra d’acheter environ 500 rouleaux PQ (4 épaisseurs), dont vous aurez un usage intensif puisque dans les mois à venir, il semble bien que tout le monde va en chier.

avatar

Philippe Huysmans

Webmaster du Vilain Petit Canard, citoyen de nationalité belge, né à Schaerbeek le 16.10.1966. Marié et père de deux enfants. Je vis en Belgique et j’exerce la profession d’Informaticien à Bruxelles. Mes articles

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Jacques dit :

    Merci Philippe, ça fait du bien de retrouver la finesse de ton esprit !
    Tu m’es sympa, aussi je te dis : repars vite te protéger !

    • Bonjour Jacques,

      Se protéger c’est bien, protéger les autres c’est encore mieux. Nous devons retrouver notre capacité à nous soucier de l’humain, qui nous est forcément proche, en évitant les sociopathes.

      Nous devons mettre la finesse de l’analyse à la portée des gens qui n’ont pas forcément les moyens de la réaliser, parce que c’est en protégeant les plus faibles que nous affirmons notre empathie.

      Merci encore pour votre gentil commentaire,

      Philippe

      • Jacques dit :

        Oui, tu dis très bien, cher Philippe, ce qui t’anime – et qui est également ma fibre essentielle, à savoir altruisme et générosité . . . que n’a pas (encore ?) réussi à éteindre le constat pourtant si souvent fait – après Auguste Lumière (biologiste, 1862-1954) : « inertie intellectuelle non seulement des masses populaires, mais aussi de la plupart des hommes cultivés. [. . .] ne prête attention qu’aux choses qui viennent à l’esprit sans travail, sans effort. » (Extraits de son ouvrage « Les fossoyeurs du progrès »). Très cordialement, vraiment ! Jacques

        • Merci Jacques pour ce gentil commentaire,

          Le système dans lequel nous vivons fait tout, absolument tout pour dresser les gens les uns contre les autres, les enfants contre leurs parents, les femmes contre les hommes, les partis politiques entre eux alors qu’ils s’entendent comme larrons en foire s’agissant de nous plumer. Notre seul espoir résidera dans notre capacité à être humain, et solidaires face au pouvoir des multinationales.

          1789 c’était le remplacement de la noblesse et du clergé par les bourgeois et les banquiers, qui ont eu l’intelligence de mettre en place une « classe politique » faisant office d’hommes de paille. 2020 c’est bas les masques, désormais le véritable pouvoir ce sont les multinationales, et elles n’ont plus besoin ni de banques ni de classe politique ni d’États.

          On vit une époque historique, en fait. Un rien glauque, un rien terrifiante, mais historique, pour sûr !

  2. Benoit dit :

    content de ne pas être seul!

    • Merci Benoît,

      C’est pour ça que j’ai écrit. Pour ne pas que les gens qui pensent de façon normale s’imaginent que ce seraient des demeurés ou des inconscients. On a toujours raison de se poser des questions, et on a toujours raison de tenter d’y répondre par une approche rationnelle !

      Take care (et retirez votre fric de la banque avant le haircut)

  3. Esteban dit :

    L »avantage de ce « confinement » est que l’on peut prendre le temps de réfléchir et que tout ce qui nous paraissait déjà étrange auparavant devient flagrant voire inquiétant. Vous avez trouvé les mots pour le dire!

    • Bonjour Esteban,

      C’est précisément lorsqu’on s’arrête pour un moment et qu’on se livre à l’introspection qu’on réalise que la réalité qu’on nous décrit dans les médias n’a plus aucun rapport avec celle que nos sens nous rapportent. Ensuite vient la recherche des causes, la peur, le déni, la violence, pour finir par accepter de contempler le tableau sans avoir les yeux qui saignent. Ceux qui ont fait ce travail ont un avantage sur les autres : plus rien ne les surprend vraiment et ils sont capables d’anticiper les événements. Et une des raisons pour lesquelles j’avais arrêté d’écrire était précisément que cette connaissance est terriblement anxiogène en soi.

  4. boukhelif dit :

    VRAIMENT CONTENT QUE VOUS AYEZ REPRIS LA PLUME ? çà MANQUAIS VRAIMENT !!!

  5. Welcome back Philippe, ça fait du bien de te relire! Sache toutefois qu’en sortant de ton silence, tu contreviens aux injonctions de Jean-François Kahn (un de nos penseurs les plus illustres) qui estime « qu’il devrait être interdit de faire des articles pour montrer à quel point on est intelligent » (https://www.lepoint.fr/politique/jean-francois-kahn-etre-confine-et-montrer-du-doigt-les-responsables-c-est-indecent-21-03-2020-2368096_20.php). Par contre, prendre la parole pour étaler son crétinisme ne semble poser aucun problème à notre JFK tricolore (ainsi qu’à l’immense majorité de ses confrères, cela va sans dire).

    • Ah que coucou mon ami,

      Bah, c’est juste que j’ai pa pu résister, ça m’a pris comme ça, tout d’un coup, comme le symptôme de la danse macabre, que l’on observait quelquefois en nos contrées en plein épisodes de peste, alors que la psychose était proprement insupportable et rendait les gens complètement marteau. Un peu comme aujourd’hui, en somme :p

  6. matabre dit :

    Plantez vos lélés, allumez vos cerveaux, éteignez les supermarchés, arrosez votre voisin, échanger des légumes… Relisez kropotkine, proudhon, elisé reclu…
    Christine imprime du PQ et transfomer nos actifs (dettes) en crypto monnaie, c’est trop tard…

    • Bonjour,

      Oui et selon moi la mobilisation de l’armée (pour aider, eh) en France est encore un signe de plus que les choses risquent de déraper très vite, désormais.