La crise morale de l’Europe : L’UE est-elle un partenaire direct du génocide israélien à Gaza ?

Temps de lecture : 6 minute(s)

Israel’s Foreign Minister Israel Katz and EU Foreign Policy Chief Josep Borrell. (Photo: via Ambassador Hair Regev TW Page)
M. Borrell est-il sincère?

L’Europe est restée silencieuse lorsqu’Israël a commencé à pilonner la bande de Gaza assiégée avec une férocité qui ne pouvait conduire qu’à un génocide. En fait, l’Europe est restée silencieuse lorsque le mot « génocide » a rapidement remplacé la référence antérieure à la « guerre Israël-Hamas », à partir du 7 octobre.

Ceux qui connaissent le discours et l’action politiques de l’Europe concernant Israël et la Palestine doivent déjà se rendre compte que la plupart des gouvernements européens ont toujours été du côté d’Israël.

Cependant, si cela est entièrement vrai, que pouvons-nous penser des derniers commentaires du responsable de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, lorsqu’il a semblé s’en prendre à Israël le 23 janvier, l’accusant de « semer la haine pour des générations » ?

Lors d’une conférence de presse conjointe à Bruxelles avec le ministre égyptien des affaires étrangères, Sameh Shoukry, et le commissaire européen à l’élargissement, Oliver Varhelyi, M. Borrell a déclaré qu' »Israël ne peut pas avoir un droit de veto sur l’autodétermination du peuple palestinien ».

Mais M. Borrell est-il sincère ?

La frustration de Borrell à l’égard de Tel-Aviv provient du fait qu’Israël ne prend pas l’Europe au sérieux. Il a raison. Tel-Aviv n’a jamais vraiment considéré Bruxelles comme un acteur politique fort et pertinent par rapport à Washington ou même Londres.

Les derniers mois ont encore mis en lumière cette relation inégale.

Peu après l’opération « Al-Aqsa Flood », les dirigeants européens – à commencer par le chancelier allemand Olaf Scholz, le Premier ministre italien Giorgia Meloni et le président français Emmanuel Macron – ont afflué à Tel-Aviv pour, selon les termes du Premier ministre néerlandais Mark Rutte, réaffirmer qu' »Israël a tout à fait le droit de se défendre ».

Mais le soutien européen ne s’est pas limité au langage ou aux gestes politiques. Il a également pris la forme d’un soutien militaire et d’un appui en matière de renseignement.

« Au 2 novembre, le gouvernement allemand a approuvé l’exportation de près de 303 millions d’euros (323 millions de dollars) d’équipements de défense vers Israël », a rapporté Reuters, comparant cette somme importante aux 32 millions d’euros d’exportations de défense approuvées par Berlin en 2022. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Alors que les Américains n’ont pas hésité à assumer le rôle de partenaire dans la guerre de Gaza, la position de l’UE a semblé malhonnête et, au mieux, moralement incohérente. Par exemple, un Macron enthousiaste voulait établir une coalition militaire anti-ISIS pour cibler le Hamas, bien que les dirigeants de l’Espagne et de la Belgique aient conjointement appelé à un cessez-le-feu permanent lors d’une conférence de presse à la frontière égyptienne de Rafah le 24 novembre.

M. Borrell a d’abord abordé la guerre génocidaire d’un point de vue entièrement pro-israélien. « Je ne suis pas juriste », a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé, lors d’une interview en novembre dernier, si Israël commettait des crimes de guerre à Gaza. Une minute plus tard, il affirmait que l’opération « Al-Aqsa Flood » du Hamas était indubitablement un crime de guerre.

Il ne s’agit pas d’un simple cas de double standard occidental. Israël considère l’Europe comme un laquais, bien que l’Europe, collectivement, ait un poids économique important qui, uniquement dans le cas d’Israël, refuse de se traduire en levier politique. Tant que Bruxelles n’aura pas appris à résoudre cette dichotomie, elle poursuivra ce type de politique étrangère bizarre.

L’une des raisons pour lesquelles Israël considère l’Europe comme un acteur politique inférieur à Washington est que les Européens ont lié une grande partie de leur programme de politique étrangère aux États-Unis qui, à leur tour, sont motivés par le programme et les intérêts de Tel-Aviv.

Voici comment cela fonctionne. Lorsque Macron s’est joint à Biden pour soutenir inconditionnellement Israël au début de la guerre, Netanyahou a fait remarquer qu’il « appréciait beaucoup » la position française. Mais lorsque, le 11 novembre, Macron a osé critiquer l’assassinat par Israël de femmes et de bébés à Gaza, Netanyahou s’est immédiatement emporté, accusant Macron de commettre « une grave erreur factuelle et morale ».

Lentement, l’Europe a commencé à adopter une position un peu plus ferme sur Gaza, bien qu’elle ne soit certainement pas assez forte pour exiger la fin de la guerre ou menacer de conséquences si la guerre ne s’arrête pas. Le 22 janvier, l’UE a organisé une réunion ministérielle à laquelle ont été invités le ministre israélien des affaires étrangères, Yisrael Katz, et le ministre palestinien des affaires étrangères, Riyad al-Maliki.

Cette conférence était une faible tentative européenne de signaler que l’UE était prête à s’affirmer en tant qu’acteur politique pertinent au Moyen-Orient. La vérité, cependant, est que l’UE était motivée par d’autres facteurs, notamment un feu vert de l’administration Biden, qui, ces derniers temps, s’est montrée de plus en plus frustrée par le refus de Netanyahu de s’engager dans le discours de Washington sur les visions d’avenir et la solution à deux États.

Par ailleurs, l’instabilité régionale, que ce soit en mer Rouge ou au Liban, elle-même résultant de la guerre, continue de poser un risque direct pour les intérêts économiques et stratégiques de l’Europe dans la région.

La relation de l’Europe avec le Moyen-Orient est, à certains égards, différente de celle de Washington. Alors que les États-Unis sont toujours prêts à réinventer leurs priorités géopolitiques, l’Europe est indéfiniment liée par les règles de la proximité physique avec le Moyen-Orient – sa géographie vitale, ses ressources et sa population.

L’Europe le sait. Borrell, qui a inventé la maxime selon laquelle « l’Europe est un jardin », « le reste du monde est une jungle » et « la jungle pourrait envahir le jardin », comprend également que l’instabilité du Moyen-Orient pourrait mettre en péril son précieux « jardin », même lorsque la guerre sera terminée.

C’est pourquoi M. Borrell tenait à la réunion ministérielle de l’UE. Mais au lieu d’engager des discussions sérieuses, la réunion a mis en évidence l’inutilité de l’Europe, du moins aux yeux d’Israël.

M. Katz était venu à la réunion pour présenter des projets de construction d’une île artificielle au large de la côte de Gaza, qui risquerait de déplacer les Palestiniens de la bande de Gaza, « des concepts qui n’ont rien à voir avec les pourparlers de paix », a déclaré M. Borrell.

D’autres diplomates de haut rang de l’UE ont déclaré que les vidéos faisaient partie d’idées (anciennes) présentées par M. Katz dans le cadre de ses fonctions précédentes et qu’elles avaient « surpris » toutes les personnes présentes dans la salle.

Mais les diplomates de l’UE ne devraient pas être surpris, car après tout, ce sont leurs gouvernements qui, au fil des ans, ont donné du pouvoir à Israël et privé les Palestiniens de leurs moyens d’action. Aujourd’hui encore, nombre d’entre eux continuent de défendre les massacres perpétrés par Israël à Gaza en invoquant le droit de Tel-Aviv à l’autodéfense.

Si M. Borrell souhaite vraiment développer une colonne vertébrale politique, il devrait soutenir pleinement le droit international et préconiser l’utilisation de l’énorme levier économique de l’UE pour faire pression sur Israël afin qu’il mette fin à sa guerre et à son occupation militaire de la Palestine.

Ne pas le faire confère une grande crédibilité à l’affirmation selon laquelle Bruxelles, tout comme Washington, est un partenaire direct de la guerre israélienne contre le peuple palestinien.

>> Article original paru sous le titre : « Europe’s Moral Crisis: Is the EU a Direct Partner in the Israeli Genocide in Gaza?« 

avatar

Ramzy Baroud

Ramzy Baroud est un journaliste, auteur et rédacteur en chef de Palestine Chronicle. Il est titulaire d'un doctorat en études de la Palestine de l’Université d’Exeter et il est chercheur associé au Centre Orfalea d’études mondiales et internationales, Université de Californie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *