Le gouvernement français veut faire interdire TOR

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le ministère de l’intérieur propose des mesures visant à abolir l’anonymat sur internet.  Parmi celles-ci, l’interdiction du célèbre réseau anonymisant TOR, et des réseaux WIFI libres. La démocratie progresse à grand pas, si les français n’y prennent pas garde, elle sera bientôt hors de vue.

photo wikimedia commons.

Comme je l’écrivais en conclusion de cet article, on pouvait s’attendre à ce que le locataire de la Place Beauvau surfe sur la vague du terrorisme pour tenter de mettre en place ce dont le gouvernement français rêve depuis longtemps.

Abolir l’anonymat sur internet :

  • En interdisant et en bloquant le réseau TOR.
  • En interdisant les réseaux WIFI ouverts, y compris les services tels Free Wifi ou SFR Wifi
  • En obligeant les fournisseurs de service VoIP à identifier les utilisateurs et transmettre copie des clés cryptographiques de chiffrement.

Le Patriot Act… en pire.

Même dans leurs rêves les plus fous, les néocons de Washington n’auraient jamais imaginé pouvoir faire passer de telles mesures.

Et de fait, de telles lois ne pourraient pas être votées aux Etats-Unis tout simplement parce qu’elles iraient contre le quatrième amendement.

Le droit des citoyens d’être garantis dans leurs personne, domicile, papiers et effets, contre les perquisitions et saisies non motivées ne sera pas violé, et aucun mandat ne sera délivré, si ce n’est sur présomption sérieuse, corroborée par serment ou affirmation, ni sans qu’il décrive particulièrement le lieu à fouiller et les personnes ou les choses à saisir.

La France qui avait déjà une réputation désastreuse en termes de respect des droits individuels va se retrouver en bonne place dans le classement, entre  la Chine et la Corée du Nord.

Les motifs

Evidemment, le gouvernement de Manuel Valls va présenter ça comme une grande avancée démocratique… un peu comme retirer une bonne partie des droits constitutionnels aux français pour…  mieux les protéger.

Or le motif est évidemment fallacieux.  Les kalachnikovs sont interdites, je pense ?  Et les ceintures d’explosifs ?  Ah, aussi !  Eh ben on est  déjà en sécurité, alors…

Au lieu de proposer ce genre de mesures liberticides, ou de publier un petit guide pratique du parfait garenne le jour de l’ouverture de la chasse,  le gouvernement français serait bien inspiré de commencer par réfléchir au moyen de lutter efficacement contre le terrorisme et les terroristes.

Ce que j’écris ici, les décideurs le savent aussi bien que moi.  Ces lois ne sont absolument pas faites pour les terroristes, mais très précisément taillées pour les quelques 65 millions de français qui n’ont strictement rien à se reprocher.  Et d’ici peu, je le crains, pour 11 millions de Belges, mimétisme oblige.

Les moyens de cryptographie sont avant tout pour les citoyens, un moyen de protéger leur vie privée, ce qui correspond à un droit élémentaire.  Les priver de leurs droits au titre que quelques personnes mal intentionnées pourraient utiliser ces mêmes outils pour commettre des actes condamnables est clairement abusif et disproportionné.

Les mesures

  • Pour les réseaux wifi ouverts, du genre de ceux que vous trouvez chez Mcdo ou tout simplement dans les squares, la mesure vise à les interdire.  La France va encore faire un énorme bond technologique… en arrière.
  • Pour TOR : apparemment les petits génies qui ont imaginé la mesure n’ont pas une idée très précise du fonctionnement de ce réseau.  Il est virtuellement impossible de le bloquer totalement ou d’en prendre le contrôle.  Le principe est le suivant : votre navigateur reçoit une série d’adresses IP (les noeuds), puis choisit une route aléatoire entre le point d’entrée dans TOR et le point de sortie.  Entre les deux, les noeuds se comportent comme de simples routeurs, se chargeant d’acheminer les blocs de données vers le prochain noeud.  Les chinois, dans le cadre de leur grande muraille numérique (entendez la censure) ont mis au point des techniques pour identifier, puis bloquer le trafic vers des noeuds reconnus comme faisant partie de TOR.  Mais le système est dynamique, des noeuds disparaissent pour être remplacés par d’autres.  Sinon, ce serait presque amusant de voir qu’un gouvernement européen veut bloquer un réseau qui est financé à 60% par les Etats-Unis dans le cadre du soutien à la liberté d’expression et à la recherche scientifique.
  • Imposer au fournisseurs de service de téléphonie via internet (VoIP) d’identifier les clients et fournir les clés cryptographiques aux autorités.  Encore une mesure inapplicable, à tout le moins pour les protocoles point-to-point, c’est-à-dire que les blocs sont encryptés entre les deux points qui ont instauré la communication.  Le fournisseur d’infrastructure réseau ne dispose pas des clés, et c’est très bien ainsi.  Pour les autres protocoles, eh bien c’est peut-être le moment de laisser tomber Skype et autres applications dont la sécurité est inexistante ou illusoire.

Législation

A supposer que toutes ces mesures soient concrétisées sous forme de projet, et pas retoquées d’une manière ou d’une autre, elles seront intégrées dans un projet de loi dès le début de l’année 2016.  On pourra compter sur la droite pour voter ces mesures de rêve le doigt sur la couture du pantalon, et on peut raisonnablement s’attendre à ce que la gauche apporte servilement toutes les voix nécessaires (consigne oblige) afin de concrétiser cette belle avancée démocratique.

avatar

Philippe Huysmans

Webmaster du Vilain Petit Canard, citoyen de nationalité belge, né à Schaerbeek le 16.10.1966. Marié et père de deux enfants. Je vis en Belgique et j’exerce la profession d’Informaticien à Bruxelles. Mes articles

Vous aimerez aussi...