Le Québec en crise: « Les professionnels en marche » contre le diktat du gouvernement Legault

Temps de lecture : 10 minutes

Nous sommes les défenseurs de la liberté, de la vérité et de la santé
(Jessica, Canadian Frontline Nurses)

Le samedi 28 août des professionnels de la santé, de l’éducation et de la sécurité publique ont manifesté contre les mesures covidiennes imposées par le gouvernement Legault. Contrairement à ce que rapportait Radio-Canada aux nouvelles, il n’y avait pas des centaines de manifestants, mais des milliers, des dizaines de milliers de personnes qui marchaient depuis le parc Maisonneuve à Montréal. Cette manifestation était co-organisée par Réinfo Covid Québec, le Collectif du personnel scolaire, Police on Guard for Thee et les Infirmier(e)s de Première ligne du Canada (Canadian Frontline Nurses).  Un cri du coeur venait de la foule qui marchait pacifiquement : « Liberté, Liberté, Liberté »!!! La colère se faisait également sentir « Legault en prison »… contre l’injustice et la crise dans laquelle le gouvernement Legault a plongé le Québec.

« Cette manifestation est un évènement inédit puisque, pour la première fois, des professionnels de la santé, des corps policiers et de l’éducation s’allient pour marcher ensemble et prendre le micro publiquement ! »

Le mercredi 1er septembre 2021, le gouvernement met en place un passeport vaccinal obligatoire pour accéder à plusieurs lieux  publics (restaurants, terrasse-cafés, bars, salle de spectacle, cinéma, événements sportifs et festivals, etc.). Aucun débat national n’a été fait sur ce passe sanitaire et cette décision a été prise sans aucune base scientifique, et sans aucun respect de l’éthique et de la santé générale de la population.

“Oui, on est en situation d’urgence” répète sans cesse le gouvernement du Québec. En déclarant l’urgence sanitaire (le 13 mars 2020), le gouvernement impose ses mesures sanitaires draconiennes  sans aucun droit de remettre en question l’autorité. (Lire : Dominique Muselet, Au nom de la science, obéissez-moi! )

Sous prétexte « d’un état d’urgence sanitaire », voire « dictature sanitaire », M. Legault et son ministre de la santé Christian Dubé veulent rendre obligatoire la vaccination pour tout le personnel de la santé. La France de Macron serait-elle un modèle pour M. Legault ? Cette urgence sanitaire décrétée il y a déjà 18 mois est basée sur des statistiques biaisée sur les cas Covid et la mortalité responsable de cette maladie.

Selon une directive du Ministère de la santé du Québec:

« Si la cause présumée du décès est la Covid-19 (avec ou sans test positif) une autopsie doit être évitée [emphase dans le document] et le décès doit être attribuée à la Covid-19 comme cause probable de mortalité. De plus les décès dont la cause probable est la Covid-19, sont considérés comme naturels, et ne font pas l’objet d’un avis au coroner. » (le 16 avril 2020)

Québec: La falsification des données sur la mortalité attribuable à la Covid-19 Voir également ce texte

Le test PCR n’est pas fiable (Dr Pascal Sacré, Rt-PCR ou comment enfumer toute l’humanité). Il serait ainsi impossible d’isoler le virus avec certitude. (Voir le texte de Michel Chossudovsky, Le virus existe-t-il ?)

« La grippe est disparue » nous disent les soignants. On ne teste plus pour la grippe.

Aucun débat démocratique au gouvernement n’a été amorcé sur les mesures sanitaires. L’arrivée de vaccins devait rétablir la dite NORMALITÉ. A la veille du 1er septembre, on verra surgir la « nouvelle normalité » et la dérogation aux droits et libertés de tous les Québécois, les non-vaccinés et les vaccinés devant se soumettre à un test QR pour fréquenter certains lieux publics ! « Et tout le monde semble trouver ça normal. » (Claude Villeneuve)

« Le directeur national de santé publique Horacio Arruda n’a pas exclu que les restrictions sanitaires puissent devenir permanentes.

Rappelant que l’objectif de 75 % des adultes admissibles adéquatement vaccinés pour un retour à la normale ne tenait plus, il a refusé de fixer un nouvel objectif, parlant même de viser 95 % d’adultes vaccinés. « 

Des vaccins expérimentaux au Québec (un risque énorme pour la santé) étaient pourtant censés nous faire revenir à la « Normalité » « d’avant ». « Une vaccination pour rien » (Philippe Lorange).

Face à un vaccin anti-Covid et à ses risques, les professionnels ont manifesté en disant NON à la vaccination obligatoire.  Les professionnels ont pris la parole et ils nous ont alerté sur les déviances liées au passe sanitaire et à la vaccination obligatoire. Une vaccination expérimentale !

Chacun doit rester maître de son corps. Il n’est pas possible de se faire « dévacciner » (Dre Nicole Delépine, France)… !

Aussi faut-il ajouter que ce vaccin des grandes compagnies pharmaceutiques (Pfizer et Moderna vont s’établir au Québec pour fabriquer des vaccins) n’est pas seulement expérimentale, il estdangereux.

Il n’existe pas de statistiques officielles sur la mortalité et les séquelles dues à la vaccination anti-Covid au Québec et dans les provinces canadiennes. En Europe et aux États-Unis, le taux de mortalité et de séquelles graves dues à la vaccination a été sans précédent depuis l’histoire de la vaccination (lire L’hécatombe post vaccinale s’étend dans le monde par le Dr Gérard Delépine et Le « vaccin tueur » au niveau mondial: 7,9 milliards de personnes par Michel Chossudovsky).

Le chef parlementaire de Québec Solidaire (un parti dit de gauche) Gabriel Nadeau-Dubois demande une « intervention urgente » pour suspendre l’entrée en vigueur du passeport vaccinal. Cependant cet ancien chef de file des carrés rouges (le printemps érable des étudiants) ne s’inquiète pas des droits et libertés des citoyens, ou de la discrimination, mais du piratage de la preuve vaccinale. Tout le problème d’avoir un passe serait issu de la défaillance technologie et du vol d’identité des vaccinés. « Des hackers ont facilement réussi à télécharger les codes QR d’au moins six politiciens et de chroniqueurs » dont le premier ministre Legault et le ministre de la santé Christian Dubé.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) dénonce « l’approche autoritaire » du gouvernement Legault qui veut forcer tout le personnel de la santé à être doublement vacciné. Pourtant, le gouvernement avait récemment alléger les mesures contre la COVID-19 dans les hôpitaux … Le 25 août, 86 % des travailleurs de la santé du réseau public avaient reçu les deux doses du vaccin.

Le rassemblement «Les professionnels en marche». a été co-organisée par Réinfo Covid Québec, Collectif du personnel scolaire, Canadian Frontline Nurses et Police on Guard for Thee.

Les infirmières Sarah, Nordia, Jessica, Johanne et l’infirmier Sébastien ont exprimé leur colère face à la situation dans le domaine de la santé. Elles sont prises en photo devant l’édifice de l’Ordre des infirmiers et infirmières du Québec qui refuse de leur donner tout appui.

Sarah Choujounian, infirmière et co-fondatrice de Canadian Frontline Nurses a livré un discours émouvant sur son cheminement personnel. Prenez le temps d’écouter ce que cette infirmière a à dire.

« Sarah dénonce le sort réservé aux infirmières et infirmiers qui osent remettre en question les mesures sanitaires du gouvernement en lien avec le SARS-Cov-2. »

Voici un extrait du discours :

Nous sommes les fiers défenseurs de la liberté médicale.

Notre mission est d’unir le plus grand nombre possible d’infirmières et d’éduquer le public et de ramener l’éthique dans les soins de santé.

Nous envisageons un système de santé beaucoup plus concentrés sur les soins préventifs, la guérison avec des traitements naturels  et le bien-être de la personne dans son ensemble. (…)

Nous sommes des infirmières qui font ce qui est juste et qui défendent la vérité.

Une chose qui m’a toujours dérangée dans les maisons de retraite cependant c’est qu’il est évident que le gouvernement n’accorde pas beaucoup de valeurs à ces personnes âgées…

C’est pourquoi un énorme signal a sonné l’alarme dans ma tête le jour où le gouvernement a fermé toute l’économie pour protéger ces mêmes personnes vulnérables …

Le syndicat pour lequel j’occupais le poste de Stewart en chef m’ont fait savoir très clairement dès le début qu’ils ne nous soutenaient pas…

On m’a demandé si je me souciais de la vie de mes résidents lorsque je remettais en question nos droits en terme de matière de test de dépistage…

(…)

Jessica, une jeune infirmière a dénoncé les mesures draconiennes à l’hôpital qui mettent en danger des patients arrivant à l’urgence. Une personne avec un cancer refusant de passer le test PCR s’est vue mettre en quarantaine (deux semaines d’isolement) par un médecin malgré les saignements et les risques d’hémorragie. La patiente ne pouvait pas être prise en charge tant qu’elle ne pouvait pas avoir son test Covid.

« Chaque patient qui arrive est traité comme un cas de Covid. Ils ont même arrêté de faire les tests pour la grippe. Il faut croire que l’influenza n’existe plus. Les médecins travaillent avec une vision très étroite de la maladie depuis l’arrivée de la Covid. »

« Tout ce que nous avons vécu les 18 derniers mois n’a absolument aucun sens et nous ne pouvons cesser d’en ignorer les conséquences….

Nous devons toujours respecter la décision médicale de notre patient. Libre choix et consentement.

Pourquoi j’aurais tort de remettre en question les mesures mises en place dans les hôpitaux… »

« Nous sommes dans un système de santé très déficient et très corrompu. »

Des infirmières ont déclaré voir de plus en plus de gens mourir de cancer ne pouvant pas recevoir de traitement à cause de la Covid. Les personnes qui arrivent à l’hôpital sont automatiquement considérées comme un « cas Covid » alors qu’elles doivent se soumettre à un test PCR avant d’être examinées et soignées.

Ces infirmiers et infirmières ne voulant pas être injectés s’indignent face à la commission parlementaire sur la vaccination obligatoire. Québec compte exiger que les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux soient entièrement vaccinés (deux doses) d’ici le 15 octobre, sans quoi ils ne pourront pas travailler. De plus la compagnie aérienne Air Canada et les grandes banques canadiennes veulent obliger leurs employés à être vaccinés. Des universités canadiennes (Université d’Ottawa, etc.) ont déjà décrété la vaccination obligatoire sur leur campus pour la rentrée scolaire en septembre.

Le ministre de la santé Christian Dubé a réaffirmé récemment qu’au 15 octobre, si ces gens ne sont pas vaccinés de deux doses, «ils seront réaffectés à d’autres tâches si possible. Et s’ils refusent la réaffectation, ils devront prendre un congé sans solde». La Fédération des spécialistes du Québec appuie ces mesures «Un médecin pas vacciné ne devrait pas pratiquer» (Dr Vincent Oliva, Président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ),).

De son côté, la Confédération des syndicats nationaux (FSSS-CSN) (centrale syndicale) va plaider devant la Commission parlementaire sur la vaccination obligatoire qu’étant donné le taux de vaccination élevé des travailleurs et des travailleuses de la santé, la mesure est démesurée. Mais ces syndicats sont-ils prêts à défendre leurs membres non-vaccinés en vertu du code constitutionnel et des droits et libertés ?

Le Collectif du personnel scolaire a dénoncé les mesures « sanitaires » à l’école. Le masque sera imposé dans les écoles, les petits (école primaire) comme les grands (écoles secondaires). Dans les écoles secondaires de la province, près de 77% des 12-17 ans sont pleinement vaccinés ou sont en voie de l’être. Les enfants du secondaire non-vaccinés ne pourront pas participer à des activités sportives d’équipe ou activités physiques impliquant des contacts …

Le port du masque demeure tout de même nécessaire dans une majorité d’écoles puisqu’un ado qui a reçu ses deux doses de vaccin peut quand même transmettre le virus (DrArruda, directeur de la santé publique) De plus, la vaccination sera bientôt offerte aux enfants de moins de 12 ans.

« Nous nous indignons devant la découverte des ossements d’enfants autochtones retrouvés dans des fosses communes alors que nous ignorons les corps et les vies de nos propres enfants, eux vivants, piqués, masqués et codés. » (Manifeste des enseignantes et des enseignants du Québec pour la liberté vaccinale, Héloïse Landry, enseignante)

Un groupe d’officiers actifs et retraités étaient également présents. Police on Guard for Thee :

Nous pensons que ces mesures sont non seulement en conflit avec le serment de notre Charte, mais qu’elles placent également les agents de police en service actif dans une position intenable lorsqu’ils reçoivent l’ordre des politiciens et de la haute direction d’appliquer ces mesures d’urgence.

En réponse à la récente politique du gouvernement fédéral imposant la vaccination Covid-19 à tous les employés fédéraux, Police on Guard, ainsi que l’avocat Rocco Galati, du Centre des droits constitutionnels, ont lancé un procès pour les employés fédéraux !

Ces professionnels sont prêts à mener le combat contre le gouvernement et pour le bien et la sécurité de tous les citoyens.

Ce rassemblement laisse un vent d’espoir pour la justice et la liberté alors que la crise Covid a détruit l’économie nationale tout en bouleversant la vie quotidienne de tous les Québécois et de tous les Canadiens.

La propagande du gouvernement a pris des proportions inimaginables. Il a construit un mur, masquant la vérité et provoquant une peur de l’ »ennemi invisible ». « N’attendez pas de frapper un mur », dit la pub signée « Votre gouvernement ». « Faites-vous vacciner ». Cette campagne de peur continue de se propager à travers l’incitation et / ou l’obligation vaccinale, sans éthique, en imposant une passe sanitaire.

Micheline Ladouceur

 

 

La « marche des professionnels de santé » en photos. Toutes les photos de cet article sont de l’auteure.

La fierté du Québec, non à la vaccination obligatoire

« Oui aux droits des enfants »

Protéger les générations futures en refusant le diktat du gouvernement Legault.

Le sourire des enfants est disparu…

« Fuck Trudeau »…

« Nous votons pour la destitution. »

Pancarte jaune à gauche : « Je me souviens de qui je suis » (« Je me souviens est un slogan au Québec ayant trait à l’histoire des Québécois). La pancarte à droite « Make Influenza Great Again » fait référence à la disparition des cas de mortalité de la grippe qui n’est plus testée depuis les mesures sanitaire Covid-19.

Les principaux groupes de professionnels étaient représentés à la marche.

Des familles étaient présentes à l’événement : Pour le droit des enfants

>> Article original : mondialisation.ca

avatar

Micheline Ladouceur

Ph.D. en géographie. Spécialiste des questions latino-américaines et brésiliennes. Directrice associée du Centre de recherche sur la Mondialisation, Rédactrice de Mondialisation.ca et des pages en portugais et en italien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.