Le silence des pantoufles

Temps de lecture : 3 minute(s)

Mes lecteurs fidèles l’auront remarqué, je n’écris plus guère ces temps-ci, lassé par le cruel constat que c’est parfaitement vain.   Pas que j’aurais eu tort, non, mais simplement que même la réalité observable aujourd’hui cède le pas à une hyperréalité anxiogène entretenue par le pouvoir et ses chiens de garde médiatique.

Cette hyperréalité, créée de toutes pièces aux fins de propagande vise à maintenir, par le moyen de violence psychologique, d’injonctions paradoxales et de lois iniques la population dans un état de prostration résignée, terrorisée par une « pandémie » qui n’a jamais existé.   On le sait maintenant, les chiffres sont là, ce virus n’a pas tué plus qu’une grippe, et aujourd’hui moins que jamais.   On ne vend plus du rêve, désormais, mais du cauchemar.  On sait qu’au plus fort de la crise, seuls 2% des personnes hospitalisées en France l’étaient en raison du covid, c’est officiel, et pourtant la comédie continue comme si de rien n’était, et une majorité de la population a été réduite à l’état de serpillères dociles et stupides1.

L’histoire s’accélère et nous basculons de plus en plus vite dans un monde totalitaire, glaçant, dans l’indifférence générale.  Samedi 20 novembre, lors de manifestations anti pass sanitaire à Rotterdam, les forces de l’ordre ont tiré à balles réelles sur des manifestants désarmés et en ont mis au moins trois sur le carreau.  Avez-vous seulement entendu un seul pays s’offusquer contre ces méthodes dignes des pires dictatures?  Non, pas un mot…  Mais il y a nettement plus grave encore, ceci n’a pas suscité la moindre indignation dans la population, ils acceptent ces dérives comme si elles étaient désormais tolérables, voire normales.

Dans le même temps, l’Autriche avait instauré, le 15 novembre dernier, l’apartheid sanitaire, en reconfinant les non-vaccinés, ce qui n’a absolument aucun sens, sauf à penser qu’il ne s’agit aucunement de politique sanitaire.  Aujourd’hui, ils vont plus loin, et ont reconfiné l’ensemble de la population et ont annoncé la vaccination obligatoire pour le 1er février.

En Australie, les autorités en sont à envoyer la police et l’armée pour faire appliquer le confinement à Katherine (territoires du Nord), officiellement pour « aider les gens à se faire tester ».  Apparemment, au pays des kangourous, ça prend deux bidasses pour faire retrouver aux sauvages du cru le chemin du dispensaire, sont-ils évaporés!

Ce qui m’inquiète n’est pas tant les agissements des psychopathes qui nous gouvernent que l’apathie de la population.   Attendez-vous, dans les semaines qui viennent, à une banalisation des tirs à balles réelles sur tout qui oserait manifester un peu résolument contre l’instauration du pass sanitaire qui se transformera bien vite en obligation vaccinale, puis en dictature féroce.

Les ténèbres s’en viennent, et nos libertés s’en vont doucement, sur la pointe des pieds, suivant ainsi la raison qui a depuis longtemps déserté ce banquet d’ivrognes.  Enivrés de la croyance illusoire que d’être le serviteur le plus zélé, au prix d’abdiquer jusqu’à sa moindre dignité d’homme, suffirait à leur garantir les bonnes grâces de leur maître.  Pauvres fous qui ne voient pas qu’ils sont les instruments de leur propre déchéance.

  1. Stupide : (litt.) Frappé de stupeur, paralysé par l’étonnement.
avatar

Philippe Huysmans

Webmaster du Vilain Petit Canard, citoyen de nationalité belge, marié et père de deux enfants. Je vis en Belgique et j’exerce la profession d’Informaticien à Bruxelles. Mes articles

48 réflexions sur “Le silence des pantoufles

  • avatar
    24 novembre 2021 à 06:17
    Permalien

    Il semble qu’il y ait une (faible) lumière au bout du tunnel, nous étions 50.000 dimanche 21/11 alors qu’au bois de la Cambre nous étions à peine 5.000 en mai dernier. Un ras-le-bol généralisé semble se faire enfin jour, non pas que la masse commence à percuter mais tout simplement une lassitude physique après 20 mois de matraquage médiatique et de destruction des lambeaux de liberté dont nous jouissions avant le coup d’état du 12 mars 2020, certains, dont je suis, n’en peuvent plus. Je compte bien ne plus subir les décisions de cette oligarchie covidiste, mondialiste et européiste, espérons donc que le chaos s’installe afin de pouvoir régler quelques comptes dans la confusion. Je crierais bien « aux armes citoyens » mais dans cette société de vieillards-trouillards et de guerriers de PlayStation, il y a peu de chances d’être entendu. Résistons pour l’avenir des jeunes générations et pour le notre…

    Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 09:09
      Permalien

      J’écrivais, il n’y a pas très longtemps, que si la stratégie non-violente s’imposait pour lutter contre cette imposture, ce n’était pas pour épargner le sang de nos tortionnaires, mais celui des innocents qui dans des combats armés servent souvent de chair à canon. Qui plus est, les moyens possiblement mis en œuvre par les béligérants sont ici, complètement disproportionnés…
      J’en viens à espérer comme vous que le chaos nous arrive au plus vite, même si je dois-en être la première victime. Debout citoyens !

      Répondre
      • avatar
        24 novembre 2021 à 17:07
        Permalien

        Moi je me souviens d’images de la dernière guerre qui m’avaient choqué : des convois, de plusieurs centaines de prisonniers qu’une toute petite poignée de soldats (peut-être trois ou quatre) amenaient au lieu de leur exécution sommaire (devant les tranchées creusées). Crever pour crever, j’en aurais emporté un dans la tombe. Et si quelques autres avaient fait la même chose, d’autres auraient pu se sauver.

        Répondre
        • avatar
          24 novembre 2021 à 17:41
          Permalien

          Monsieur, je suis totalement en accord avec vos propos, et je n’arrive pas à m’expliquer cet acceptation, cette anesthésie quasi générale, ce plaisir maso de se soumettre, nous parlons à des murs, c’est terrifiant. Et sincèrement j’ai peur de la suite.et pour nos enfants mais quel monde horrible. Un camp d’internement à l’air presque libre { le masque)

          Répondre
          • avatar
            24 novembre 2021 à 18:19
            Permalien

            C’est la peur, Jacqueline, la terreur volontairement entretenue par la propagande médiatique. Face à un danger mortel, l’homme redevient un animal, il est en mode « fight or flight », comme un lapin pris sans les phares d’une voiture.

            Dans cet état, l’homme ne raisonne plus, seul son cerveau primitif lui dicte ses agissements, son jugement est aboli, ses facultés cognitives tombent à zéro au profit des sens comme la vue, l’ouïe ou l’odorat.

            C’est une forme d’hypnose induite par le stress, et croyez-moi, ça vous détraque un être humain de manière irréversible.

            La solution est l’éveil, sortir de la caverne et briser le charme. On a vu bien des gens s’éveiller, mais des éveillés retourner dans l’hébétude hypnotique, je n’en connais aucun.

            La seule chose à retenir au sujet des moutruches, c’est qu’il n’y a aucun soutien à attendre d’eux, les plus apathiques se contenteront de nous regarder nous faire massacrer sans sourciller, les plus atteints d’entre-eux se proposeront de tenir le fusil, ce sont les fameux :

            d’être le serviteur le plus zélé, au prix d’abdiquer jusqu’à sa moindre dignité d’homme, suffirait à leur garantir les bonnes grâces de leur maître.

    • avatar
      24 novembre 2021 à 09:51
      Permalien

      J’dore :  » Je crierais bien « aux armes citoyens » mais dans cette société de vieillards-trouillards et de guerriers de PlayStation, il y a peu de chances d’être entendu » en effet ça ressemble à ça.. C’est VRAI passer de 5000 à 50.000 en 6 mois, ce n’est pas mal quand-même.. Merci, restons forts et POSITIFS

      Répondre
      • avatar
        24 novembre 2021 à 16:16
        Permalien

        C’est pas de moi…
        Je l’ai lu quelques part, mais je ne sais plus où….

        « Par les temps qui courrnt, je vous dirais bien d’être positifs, mais apparemment ça fout le bordel…! »

        Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 16:25
      Permalien

      Je pense que la violence amènerait un déferlement de répression meurtrière, de terreur. Plus j’y pense plus je me dis que les gens derrière ce qui s’apparente à de la torture psychologique n’attendent que ça.

      Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 07:48
    Permalien

    Tout à fait d’accord.
    A partir de combien de balles entre-t-on en dictature? Quand les Chinois tirent sur des manifestants à Hong-Kong, nos pauvres journalopes hurlent au crime contre l’Humanité.

    Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 08:31
    Permalien

    Toujours un rayon de soleil que vous lire…
    Merci !
    J’ai pour habitude de partager autour de moi des informations qui contredisent les fakenews serinées à longueur de spot radio-télé, ainsi que des articles journalistiques pour contrer les propagandistes lobotomisés de notre presse aux-ordre, également la désinformation gouvernementale.
    Ceci pour tenter d’éviter le naufrage de mes contacts dans la psychose de masse actuelle. Mais j’ai apris récemment avec grande surprise, qu’ils étaient TOUS injectés…!!! ????????
    J’ai pour habitude de leur envoyer un petit couriel en fin de semaine avec mes découvertes et références vers les études, données, explications scientifiques, discours de lanceurs d’alertes…
    Cette semaine je n’ai encore rien préparé… j’y vois un parallèle avec le découragement dont vous nous faites part dans votre analyse des sons grinçants émis par les mules.
    Il y a bien la petite touche d’optimisme relatée dans le premier commentaire, qui moi aussi m’a donné grand espoir sur le réveil tant attendu et espéré de mes compatriotes. Mais apprendre que mon entourage est à100% hypnotisé par la psychose ambiante me plonge dans une certaine torpeur.
    J’ai toujours grandement souffert du climat de notre plat pays. Je me demande si votre état d’esprit, aujourd’hui, n’est pas également un symptômes de l’influence qu’il peut avoir sur notre optimisme.

    Vivement le printemps !

    Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 16:33
      Permalien

      On ne peut endurer deux ans de torture psychologique et n’en être affecté en rien, c’est une évidence. Mais je vais m’astreindre à écrire plus régulièrement, et essayer aussi de mettre l’accent sur les aspects positifs, qui parfois ne sautent pas aux yeux…

      Par exemple le fait que Macron ait fait classifier toutes les infos relatives à la gestion de la crise sanitaire… S’il n’avait pas la frousse, il ne l’aurait pas fait (bien que de toutes façons c’est dérisoire).

      Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 08:46
    Permalien

    L’espoir comme le désespoir ont la même origine…et c’est celle ci qui a créé ces désastres humains millénaires. L’extérieur n’est que ce que nous sommes…alors si il faut le pire pour nous obliger à retourner sur le chemin alors amen..

    Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 09:03
    Permalien

    Hébétées par la dernière guerre mondiale, les populations ont eu quelques décennies de répit, le temps que les derniers témoins meurent et que l’oubli s’installe, de manière à ce que plus personne ne puisse contester les nouveaux dogmes. Maintenant, elles sont à nouveau mûres pour une exploitation totalitaire sans masque (si j’ose dire). Aux Pays-Bas, les policiers ont tiré à balles réelles lors des dernières manifestations. A Bruxelles, des policiers en civil ont joué aux provocateurs pour discréditer la manifestation anti-vaccin. Le système ne reculera devant aucune bassesse. Et au bout du compte, il fera donner l’armée. Mais je regarde du côté de l’Afrique et des Antilles. Là-bas, les citoyens sont plus difficiles à convaincre, car moins corrompus du ciboulot. La révolte du personnel médical nous réservera peut-être aussi des surprises. Dans tout plan parfait, un grain de sable peut se glisser. Faisons confiance à notre vieille amie, la providence.

    Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 09:56
      Permalien

      Plus il fait beau et chaud dans 1 pays et moins on regarde la télé, préparant se reposer sur une terrasse dans la fraicheur de la nuit, seul ou en amicale compagnie..voilà pourquoi les continents du sud sont mions programmés

      Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 16:37
      Permalien

      Ce qui vient est un totalitarisme nettement plus féroce que celui d’Adolf, cela je le sais depuis deux ans, maintenant. j’écrivais en mars 2020.

      Tout aussi évidemment, ce confinement, ou cette incarcération à domicile ne serait, à terme que l’ultime barrière qui séparerait ces salauds du réverbère où ils seraient pendus, il devrait donc rapidement être pérennisé en attendant l’instauration d’une bonne grosse dictature, où l’état d’urgence deviendrait la norme, où le couvre-feu et le flicage généralisé permettraient de couper court aux velléités de rébellion. Pour votre propre sécurité, cela va sans dire.

      Les récalcitrants seront traités de terroristes, et abattus comme des chiens, la propagande médiatique vous expliquera pourquoi il était nécessaire de se débarrasser de ces enragés, et puis si ça peut donner matière à réfléchir aux autres…

      Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 09:25
    Permalien

    Il y a un mot anglais qui décrit bien l’attitude de la majorité des habitants de cette planète: Stubborn. Definition: having or showing dogged determination not to change one’s attitude or position on something, especially in spite of good arguments or reasons to do so.

    Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 16:43
      Permalien

      Deux raisons à cela :

      • La peur de sortir de la caverne de Platon et de contempler la lumière crue de la vérité
      • Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés
      Répondre
      • avatar
        25 novembre 2021 à 18:03
        Permalien

        Convaincre n’est en réalité pas nécessaire car le trompé comprend toujours bien à un moment qu’il a été trompé. Le souci est plutôt que c’est un constat qui lui est difficile à accepter pour plusieurs raisons et donc c’est un processus de désengagement qui prend du temps.

        Tout le monde a déjà vécu ça, peu ou prou. Par exemple lors d’une désillusion amoureuse. Certains sont prêts à beaucoup de sacrifices pour garder l’illusion de l’amour plutôt que d’affronter la dure réalité. Parfois, certains refusent d’y croire même lorsque le partenaire dévoile clairement une tromperie ou qu’il n’aime plus (ou n’a jamais aimé). Lorsque quelqu’un est dans cet état, il est parfaitement inutile d’essayer de le raisonner. Il faut juste qu’il mûrisse jusqu’à ce que le coût de l’illusion devienne plus douloureux que celui de la réalité.

        Dans notre cas:
        – le coût de l’illusion ce sont les mesures liberticides, les effets secondaires des doses de vaccin (3ème, 4ème, 5ème etc) et la dette publique qui s’accumule ce qui a des conséquences sur la vie économique et sociale.
        – le coût de la réalité ce sont la peur du covid, la blessure narcissique d’avoir été trompé et l’acceptation d’être faible et soumis face à un gouvernement qui ne vous veut pas du bien.

        Pour le moment, le coût de l’illusion n’est pas assez fort, ou le coût de la réalité encore trop fort.

        Répondre
        • avatar
          25 novembre 2021 à 18:16
          Permalien

          La peur de contempler la réalité dans ce qu’elle a de plus terrifiant est le moteur de cet aveuglement.

          Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 09:26
    Permalien

    Vous le dites vous-même, ce ne sont pas les masses qui changent la donne, c’est toujours une poignée d’hommes et de femmes, d’honneur, de courage et pleins d’abnégation. Une poignée de braves en « tenaille avancée » ^^). Les autres, c’est de la viande pensante. Il y a des idiots qui parlent encore de liberté de choix et de division des peuples… à ceux-là je dis qu’il n’y a pas de liberté de choix dans le mensonge et que ceux qui divisent le peuple sont ceux qui refusent de voir la vérité en face. L’ignorance et la couardise ont toujours été les moteurs de la dictature. N’ayez crainte… quand une poignée d’hommes et de femmes se lèveront, les autres, ceux qui constituent la masse, se tiendront là où ils ont l’habitude de se tenir, en arrière. Vous avez écrit ce texte, et qui vous lisez tout ceci en vous réchauffant le coeur et l’âme, alors VOUS êtes la résistance. Merci Monsieur Huysmans. Sangre o libertad.

    Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 10:01
      Permalien

      je fais partie des idiots qui parlent encore de liberté de choix et de division des peuples; OUI nous avons encore et toujours la liberté de gérer nous-mêmes notre corps et de penser positif ou pa;, non Zemmour et Cie ne sont pas dans la peur mais dans un esprit de de domination et ce n’est pas peur qu’ils tentent de nous divsier mais bien pour mieux régner

      Répondre
      • avatar
        24 novembre 2021 à 13:56
        Permalien

        Bien entendu, en parlant de liberté de choix et de division des peuples, je pensais à la dictature sanitaire qui s’impose lentement mais sûrement partout dans le monde, surtout là où là soi-disant civilisation occidentale est censée avoir apporté ses lumières au peuple. Quand j’évoque la liberté de choix, je pense à cet argumentaire sans substance utilisé par les adeptes de la vaxxination : bien sûr que la liberté de choix est fondamentale mais comment peut-elle s’exercer dans le cadre d’un contrat biaisé à la base par un mensonge d’Etat? Celui de l’efficacité du vaxxin, de son utilité et de son innocuité. Quand un choix est basé sur un mensonge, il n’est plus question de liberté mais de duperie : votre liberté exercée devient un marché de dupe. Quant à la division des peuples, aussi invoquée par les tièdes critiques et les consensuels peureux, elle n »existe que parce que des gens ont décidé de nier la réalité ou de croire des gens qui sont habitués à leur mentir parce que ce mensonge les rassure. Les gens qui critiquent la politique sanitaire de plus en plus fascisante de nos gouvernements occidentaux ne cherchent pas la division, ils cherchent à rassembler autour d’eux des gens qui ont été dupés et qui feraient bien de l’admettre avant qu’il soit trop tard, pour les uns comme pour les autres. Pour ce qui est de Zemmour… je ne vois absolument pas ce qu’il vient faire là… mais il me semble que votre intervention est un tantinet « orientée »… On est en Belgique, donc Zemmour, R.A.F.! Je vous abandonne au pays des rêves et des espoirs sans lendemain… puisque vous avez besoin de croire que les choses vont s’arranger d’elles-mêmes. Je préfère le réalisme des hommes et des femmes d’action, qui savent où se trouvent leurs ennemis et qui, pour le bien de tous, ont un jour le courage de faire ce que tous les autres attendent d’eux, dans le confort de leur retraite intellectuelle et la sécurité de l’arrière-garde.

        Répondre
      • avatar
        24 novembre 2021 à 16:52
        Permalien

        Ce droit, y compris celui de vivre « tout court » vous sera bientôt enlevé. Profitez-en donc tant que ça reste possible.

        Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 17:02
      Permalien

      Merci, cela me va droit au coeur 🙂

      Je suis contre les rodomontades et les grandes déclarations bien planquées derrière un écran. Ca me fait toujours penser à ces supporters bedonnants, en train de descendre un casier de roteuses en regardant leur équipe favorite de foot qui hurlent « on a gagné » quand ils ont le plus grand mal à s’extraire de leur fauteuil pour aller jusqu’au frigo.

      Il y a un temps pour tout, et ce n’est pas parce qu’on ne se présente pas comme des Che Guevara d’opérette qu’on serait automatiquement des larves.

      Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 09:47
    Permalien

    Autant j’aime le début de votre message autant la fin anxyogène me déplait, elle m’a le moral bien boosté au départ. Dommage..Du coup je ne transfère pas..Nous devons rester au pays des rêves de joie et paix pour TOUS plus que jamais si nous voulons le cocréer ensemble

    Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 11:25
      Permalien

      Je suis en accord avec vôtre ressenti Elisa.
      Pour l’instant les forces de l’ombre ou du diable, comme vous préférez, imposent leurs lois mais ne
      pourront rien quand les Femmes et les Hommes demanderont avec humilité l’aide du Seigneur, quel que soit
      le nom que l’on Lui donne.

      Répondre
      • avatar
        24 novembre 2021 à 11:47
        Permalien

        En veillant, si possible, à ce que le seigneur ne se transforme pas en saigneur. Car le chaos/la révolte débouche souvent sur une dictature encore plus féroce, comme nous l’a montré ce cher consul Buonaparte, le Bo(n)kassa français.

        Répondre
      • avatar
        24 novembre 2021 à 14:07
        Permalien

        A moins que vous vous attendiez à voir Dieu, Allah ou Yahvé débarquer et balayer les malfaisants qui nous entourent, je ne comprends pas le sens de votre intervention. « Aide-toi, le Ciel t’aidera »… Dieu se manifeste par l’entremise des hommes, et personnellement, si je crois en Dieu, je crois surtout en la volonté des hommes de bonne volonté. Tout ça me rappelle cette blague où Dieu envoie toutes sortes de secours à un curé perché dans son clocher pendant une inondation. Les plus beaux combats sont ceux où tout est perdu d’avance… tous les résistants de 39 pourraient en témoigner, surtout ceux qui l’ont payé de leur vie.

        Répondre
        • avatar
          24 novembre 2021 à 16:46
          Permalien

          Mon article n’avait pour autre but que de mettre en garde : le système s’emballe et part à vitesse géométrique.

          Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 16:57
      Permalien

      Je n’écris pas pour faire plaisir, vous savez. Si c’est des happy ends que vous voulez, il y a Disney 🙂

      C’est un peu paradoxal de reprocher à un auteur de relater honnêtement l’état de la situation alors qu’il n’y est pour rien. Je vous rappelle que ce sont les sociopathes au pouvoir qui vous torturent, pas moi.

      Répondre
      • avatar
        24 novembre 2021 à 18:28
        Permalien

        Il est temps de se rendre compte que nous sommes en guerre!
        C’est difficile de l’admettre, mais il suffit d’ouvrir les yeux pour le remarquer !
        Tout en le disant, je ne suis pas sûr moi-même d’en comprendre toute les conséquences…
        Et je préfère, en fait, laisser la place à l’idée que je pourais me tromper.

        Répondre
        • avatar
          24 novembre 2021 à 18:40
          Permalien

          Ca fait bientôt deux ans que j’ai compris ça, et moi j’en ai bien pris la mesure. C’est juste terrifiant, mais refuser de voir la situation en face n’améliorera en rien notre situation, bien au contraire.

          Ca prendra encore du temps avant que nous parvenions à faire passer le destin des générations futures avant la préservation du petit pré carré qu’ils nous reste (et qui ne durera que ce que durent les roses).

          Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 12:01
    Permalien

    Nous vivons dans un immense puzzle, sur la planète terre (c’est pas une raison de se taire ou d’être enterré… bref). La tendance est de se restreindre à une vision bien souvent limitée pour observer et comprendre ce que nous vivons actuellement. Beaucoup sont observateurs d’une seule pièce, notre pays, la France, avec de temps à autre un coup d’œil rapide aux pièces voisines (vision en plus parfaitement déformée si elle provient des « BFMRMC etc…). Chaque pièce de ce puzzle est coordonnée à l’ensemble du jeu mondial (jeu mortel oui). Il y a des pièces maîtresses (les USA entre autres). Avoir une vision plus globale permet de saisir les enjeux qui se déroulent actuellement: guerre entre « mondialistes et souverainistes ». Les moyens de la communication, de l’information, de la connaissance existent aujourd’hui (nous ne sommes plus en 1790). Partout dans le monde des « alerteurs » diffusent de vraies informations permettant de com-prendre la stratégie menées. (il ne s’agit pas de « croire » tout ce que l’on nous dit – « croire » c’est se soumettre à une autorité qu’elle soit religieuse, politique etc). Nous pouvons ainsi comprendre que nous sommes en effet bel et bien dans un tunnel très sombre et dangereux, mais que la sortie du tunnel – la lumière – est assez proche.
    j’ai toujours en mémoire cette formule: celui qui emprunte le chemin de la vérité doit d’abord traverser tous les mensonges ». C’est la culture du discernement.(le mensonge est actuellement une vraie religion). Et puis une autre: « quand on veut quelque chose, on trouve un moyen, quand on ne veut pas, on trouve une excuse ».

    Répondre
    • avatar
      24 novembre 2021 à 16:48
      Permalien

      Je partage très largement votre analyse, mais les masses ne s’éveilleront que lorsqu’elles crèveront de faim ou se feront massacrer.

      Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 13:37
    Permalien

    Zut… j’ai laissé une énorme faute grammaticale… je voulais écrire « Vous qui avez écrit ce texte, et vous qui lisez tout ceci… ». L’erreur est humaine, je suis humain… donc… Allez, courage à vous. Vous m’en donnez, j’espère vous en rendre une peu.

    Répondre
  • avatar
    24 novembre 2021 à 16:49
    Permalien

    Cette crise est surtout politique avant d’être une dictature sanitaire et nous nous rendons compte chaque jour qui passe que la violence engendrée de part et d’autre par diverses provocations ne même nulle part.
    Que même des milieux religieux se positionnent en faveur des argumentations sanitaires et politiques ne résoudra rien non plus seules nos libertés sont entravées et ce n’est sûrement pas en allant manifester pour une démocratie que seule jusqu’à présent le parti libéral défend et reste jusqu’à quand un rempart pour nos libertés… Souvenons-nous que même sous le gouvernement de Vichy les forces de l’ordres étaient habilitées à déporter des hommes et des femmes au nom de la loi sanitaire et raciale, réfléchissons alors avant d’aller manifester car les forces en présence sont redoutables et vicieuses… Un pantouflard.
    .

    Répondre
  • avatar
    25 novembre 2021 à 10:03
    Permalien

    « Magnifique texte dans un Français impeccable Chose devenue rare , il faut le souligner … » comme l’a dit une commentatrice sur RI

    Je pense comme l’auteur que pour le moment il n’y a pas grand chose à faire. On entend les bruits de botte. Le fascisme s’installe en Occident avec le soutien des populations, et l’Occident va sans doute attaquer militairement la Russie au prétexte de l’Ukraine, etc…

    Heureusement, j’ai appris à ne pas laisser mes sentiments/émotions me dicter mes états d’âme ni mes actions. Et donc, je refuse de me laisser décourager. Ce serait me reconnaître vaincue. J’ai donc changé mon fusil d’épaule. Je n’écris plus beaucoup, moi non plus, et je vais moins en manif, mais je m’occupe de consolider ma vie et ma force intérieures et j’essaie d’apprendre au seul de mes petits-enfants qui m’écoute comment développer une confiance et une force intérieure qui lui éviteront de devenir comme la plupart des gens, une coquille de noix ballotée sur l’océan de la propagande…

    Je résiste bien sûr à la vaccination, et si elle devient obligatoire, je tâcherai de me joindre à une action en justice (pour la forme car il n’y a pas de justice…)

    Comme disent les bouddhistes, rien ne dure, tout est impermanent… Tout cela finira…

    Et quand s’abat la dictature et qu’aucun Gandhi ou Martin luther King ne se lève, il faut, à mon sens, suivre la voie de Jésus, de Bouddha ou de Gramsci…

    Répondre
    • avatar
      25 novembre 2021 à 13:40
      Permalien

      Bonjour Dominique,

      Merci pour ces mots gentils. Je tiens moi aussi pour vrai que si nous voulons être de quelque utilité, il nous faut d’abord savoir résister intérieurement, et par les temps qui courent, ce n’est pas un exercice facile.

      On doit (ré)apprendre à considérer le monde pour ce qu’il est, et à ne pas se mortifier ou se laisser démoraliser par des événements auxquels de toutes façons, nous ne pouvons rien changer. C’est l’attitude fataliste qui consiste à se dire : les Australiens sont en train de massacrer les Aborigènes dans les territoires du Nord, c’est une abomination… Mais je ne puis strictement rien y faire sinon dénoncer cette situation.

      Le périmètre de nos libertés se rétrécit comme peau de chagrin mais il faut rester stoïquement au centre de ce pré carré. Dans les mois qui viennent nous verrons les gens périr par milliers, par centaines de milliers, parfois de proches : on s’habitue à tout, tu verras. En 1945 les ménagères enjambaient les cadavres dans les rues pour aller acheter un pain.

      Au plaisir de te lire

      Répondre
    • avatar
      25 novembre 2021 à 14:05
      Permalien

      Seule la force intérieure permet de résister à l’oppression lorsque le rapport de forces est clairement en défaveur de la victime. Toute tentative violente est vouée à l’échec, c’est même ce que le pouvoir voudrait pour écraser définitivement les résistants.
      La seule arme des faibles passe par la résistance passive (non-collaboration, désobéissance civile, etc) quand elle est possible et l’attente du bon moment pour renverser le tyran. Parfois il faut se sacrifier, quand c’est utile, mais je pense qu’ici le premier objectif est de survivre.
      En ce qui me concerne, mon objectif est de rester non-vacciné, ce qui va devenir de plus en plus difficile.

      Répondre
        • avatar
          25 novembre 2021 à 18:22
          Permalien

          Tout à fait. Et c’est malheureusement une ligne réaliste qui n’est pas très « vendeuse ». Ce n’est plus le monde de Disney comme vous dites plus haut. 🙂
          D’où la nécessité de devoir se renforcer intérieurement.
          Churchill a dit en 40: « Je n’ai à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur. ». C’est-à-dire le prix de la liberté.
          Je ne sais pas si ça peut en rassurer certains mais la soumission a aussi un prix. C’est là qu’on voit les différences de caractères. Certains trouvent la soumission psychologiquement plus acceptable, d’autres pas. Je ne suis pas sûr d’être l’un ou l’autre, l’avenir le dira, mais ce dont je suis sûr c’est qu’il y aura des caractères indomptables. Il y en a toujours.

          Répondre
          • avatar
            25 novembre 2021 à 18:39
            Permalien

            Le prix de la soumission c’est de finir exactement comme les résistants, avec en prime l’humiliation d’avoir renoncé à toutes ses valeurs. Pour ce qui me concerne, et pour cette raison, ce sera la mort plutôt que la soumission.

  • avatar
    26 novembre 2021 à 19:55
    Permalien

    « Cette crise est surtout politique…' »
    Personnellement je pense qu’elle est surtout civilisationnelle, multifactorielle et due à une crise de sens qui a permis l’hypnotisation des peuples en quête de ce sens, par une manipulation médiatique destinée à les faire sombrer dans une psychose de masse qui les fait retrouver enfin un sens ( la lutte commune contre des virus et leur variants, contre le réchauffisme, contre les antiinjection…).

    « ….pour une démocratie que seule jusqu’à présent le parti libéral défend et reste jusqu’à quand un rempart pour nos libertés.  »

    Vous y avez votre carte ?

    Vous parler de nos libéraux Reyders, Michel, de Croo, vandenbroek,… nos grands défenseurs de libertés ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.