Le Soir tombe, toujours plus bas

Si l’on en croit la récente étude de l’Institut Reuters menée dans 38 pays, la confiance (traditionnellement élevée) des Belges dans leur presse écrite s’est littéralement effondrée entre 2016 et 2019, passant de 45% à 39%.  À noter que pour la seule partie francophone du pays, cet indice est encore surestimé compte-tenu du fait que globalement, la confiance dans les médias est de 55% en Flandre contre seulement 41% en Wallonie.

Bien sûr on est encore loin des seuls 24% de gens qui croient encore ce que les médias leur racontent en France, surtout depuis la couverture hallucinante par les médias dominants du mouvement des gilets jaunes, mais quand même, avec un petit 69,3% d’indice de confiance pour le seul quotidien « Le Soir », ça nous laisse quand même un bon 30% de gens qui ne sont plus disposés à avaler leurs bobards.

En cause ?  La même raison qu’en France, on observe une collusion avec le pouvoir et l’argent qui influencent lourdement la ligne éditoriale, poussant les journalistes à l’auto-censure quand ce n’est pas carrément à écrire des contre-vérités.  La question que l’on pourrait alors se poser est celle de la responsabilité : paresse ou malveillance ? 

Exemple : armes retrouvées chez des militants d’extrême droite

Initialement, la nouvelle avait été publiée sur le site de la police nationale italienne, dans lequel on pouvait lire :

Traduction : « L’enquête a commencé il y a environ un an, quand le quartier général de la police de Turin, coordonnée par la Direction Centrale de la Police de prévention, a surveillé certaines personnes liées à des mouvements politiques d’extrême droite et qui ont combattu contre les séparatistes dans la région ukrainienne du Donbass. »

Ce qui ne semble pas vraiment aller contre la logique, on imagine assez mal des néonazis se battre aux côtés des pro-Russes contre d’autres néonazis ?

Et pourtant, l’article est paru lourdement caviardé tout d’abord sur le site de l’AFP, puis une bonne part des journaux en ligne :

Arsenal de guerre saisi chez des sympathisants d’extrême droite – AFP/Le Soir, 16.07.19

…Italie Arsenal de guerre saisi chez des sympathisants d’extrême droite La police italienne a annoncé lundi avoir saisi un véritable arsenal de guerre, y compris un missile air-air et une vingtaine de fusils sophistiqués, lors d’un coup de filet chez des sympathisants de l’extrême droite dans le nord de la péninsule. Cette opération antiterroriste visait des Italiens «d’idéologie extrémiste» ayant combattu aux côtés de rebelles pro-russes contre les troupes ukrainiennes dans le Donbass. «Durant l’opération, un missile air-air en parfait état de marche et utilisé par l’armée du Qatar a été saisi…

Désormais, les médias parlent d’un missile « quatari » alors que c’est un missile français (Matra), et surtout, on parle d’Italiens «d’idéologie extrémiste» ayant combattu aux côtés de rebelles pro-russes contre les troupes ukrainiennes dans le Donbass

Faut-il préciser que ces « erreurs » ne sont pas passées inaperçues et qu’un certain nombre de lecteurs, furieux, ont exigé, notamment de l’AFP, qu’elle rectifie, ce qu’elle aurait apparemment fait…  Mais un peu tard, la plupart des journaux n’ayant pas pris la peine de corriger la fake news.

D’autres, en revanche, ont relaté correctement l’histoire :

Italie : Un missile et des fusils retrouvés chez des militants d’extrême droite Times of Israël / par AFP

La police qui enquêtait sur des sympathisants d’extrême droite a découvert dans un entrepôt du nord de l’Italie un véritable arsenal de guerre, avec un missile air-air de fabrication française en parfait état de marche et un stock de fusils d’assaut « de toute dernière génération ».

Le raid faisait suite à une enquête dirigée par le parquet de Turin contre des personnes adeptes d’une « idéologie extrémiste » ayant combattu contre les rebelles prorusses dans le Donbass, une région de l’est de l’Ukraine où une guerre oppose depuis cinq ans les troupes de Kiev à des séparatistes.

Et aussi dans l’Obs :

Italie : un missile et des fusils dernier cri chez des sympathisants d’extrême droite L’Obs avec AFP, 16.07.19

Rome (AFP) – La police qui enquêtait sur des sympathisants d’extrême droite a découvert dans un entrepôt du nord de l’Italie un véritable arsenal de guerre, avec un missile air-air de fabrication française en parfait état de marche et un stock de fusils d’assaut « de toute dernière génération ».

Le raid faisait suite à une enquête dirigée par le parquet de Turin contre des personnes adeptes d’une « idéologie extrémiste » ayant combattu contre les rebelles prorusses dans le Donbass, une région de l’est de l’Ukraine où une guerre oppose depuis cinq ans les troupes de Kiev à des séparatistes.

Un autre exemple : le spectacle « clandestin » de Dieudonné

Plus de 500 personnes pour assister au spectacle de Dieudonné à Verviers Le Soir, 14.07.19

Dieudonné ne peut plus se produire dans des salles de spectacle en Belgique depuis sa condamnation pour propos racistes par la cour d’appel de Liège en 2017.

Plus de 500 personnes sont rassemblées dans une prairie à Stembert pour assister au spectacle de Dieudonné, a constaté une journaliste de Belga sur place.

Selon la bourgmestre de Verviers Muriel Targnion qui n’a appris que tardivement la tenue du spectacle, le terrain sur lequel se produit le polémiste français appartient à la fabrique d’église qui le sous-louerait à un agriculteur.

«J’ai été informée vers 16h40, par le bourgmestre de Liège, que ce spectacle se tenait sur le territoire de Verviers», explique la bourgmestre qui a immédiatement pris contact avec la police locale pour faire annuler l’événement.

«Prise de cours et en effectif réduit, la police locale n’a pas été en mesure de faire évacuer les lieux alors que plusieurs centaines de personnes, qui ont payé 35€, étaient installées. La police fédérale a été appelée en renfort», ajoute Muriel Targnion, qui précise que le propriétaire du terrain risque des poursuites.

A 18h30, les renforts n’étaient pas encore présents.

Dans son chapo, Le Soir, qui ne doute décidément de rien, annonce que Dieudonné ne pourrait plus se produire dans des salles en Belgique depuis sa condamnation….  C’est étrange, puisque ladite condamnation, dûment publiée en grande pompe dans les mêmes feuilles stipulait seulement :

Dieudonné condamné à deux mois de prison par la justice belge Le Soir, 22.01.17

[…] Verdict ? Deux mois de prison ferme, ainsi qu’une amende d’un montant de 9.000 €. L’avocat représentant les organisations juives de Belgique a, également, précisé que “ trois mois de prison subsidiaires à défaut de paiement de l’amende et à la publication de l’arrêt dans deux journaux belges ”.

Nulle trace d’une quelconque « interdiction à vie » de se produire sur le territoire belge, qui est une impossibilité en droit :

  • Ce serait une atteinte au droit à la liberté de circuler et de travailler garanti par la constitution européenne
  • Ce serait une atteinte au droit à la liberté d’expression, et une violation du droit à une justice équitable
  • Une condamnation ne peut que sanctionner des faits précis ou empêcher qu’ils se reproduisent : le spectacle joué n’a plus rien à voir avec ce qui avait motivé le premier jugement.

Tout cela, le premier stagiaire pigiste venu le sait aussi bien que vous et moi, sans parler du devoir de vérification.  C’est donc une fake news.

L’article relate également que la Bourgmestre aurait fait appel à la police locale pour faire annuler l’événement

Le spectacle était organisé sur une propriété privée qui reste, sauf troubles à l’ordre public,  un sanctuaire inaccessible aux forces de l’ordre : pour le dire autrement, je puis inviter qui je veux dans mon jardin et aucun policier n’a le droit de s’y inviter, encore moins de tenter de faire annuler l’événement.

Faut-il ajouter que ceci s’applique tout également aux salles de spectacle ?  La soi-disant interdiction frappant Dieudonné est en réalité une menace voilée à l’intention des exploitants de salle…  Si vous programmez Dieudonné, on prendra un arrêté communal au titre de je-ne-sais quel hypothétique trouble à l’ordre public pour le faire annuler.

Et de même, ce genre d’article n’a pour autre objectif que de terroriser le chaland en essayant de lui faire croire que les autorités seraient en mesure de faire annuler des représentations privées, lui faisant ainsi courir le risque de perdre l’argent investi dans le billet…

À cette aune, je suppose que nous n’aurons pas à attendre longtemps un article nous disant que l’un ou l’autre bourgmestre aurait évoqué l’opportunité de poursuivre les spectateurs eux-mêmes au titre de complicité d’incitation à la haine ou de négationnisme ?

avatar

Philippe Huysmans

Webmaster du Vilain Petit Canard, citoyen de nationalité belge, né à Schaerbeek le 16.10.1966. Marié et père de deux enfants. Je vis en Belgique et j’exerce la profession d’Informaticien à Bruxelles. Mes articles

Vous aimerez aussi...