Porochenko a signé la loi de réintégration du Donbass – Ci-gît Minsk II…

Quelques jours à peine après la conférence sur la Sécurité de Munich, où Porochenko s’est fendu de déclarations plus délirantes les unes que les autres (comme celle où il demande que les drapeaux russes ne flottent plus nulle part dans le monde, à cause des prétendues violations de certaines « valeurs » par la Russie), le président ukrainien vient de signer cette loi de réintégration du Donbass, votée par la Rada le 18 janvier 2018.

Nous y voilà donc. La guerre va reprendre sous peu dans le Donbass, puisque cette loi, qui enterre définitivement les accords de Minsk (et ce malgré les déclarations contraires et lénifiantes de Kiev, Paris et Berlin), et étend la possibilité d’utiliser l’armée pour résoudre le conflit, entre en vigueur dès sa signature par le président ukrainien.

Pour rappel, cette loi désigne la Russie comme l’état agresseur qui occupe les territoires de la République Populaire de Donetsk (RPD) et de la République Populaire de Lougansk (RPL). Cette loi rend aussi la Russie responsable des dommages moraux, financiers et physiques infligés à l’Ukraine du fait de la guerre dans le Donbass. Le tout alors que la Russie n’a rien à voir dans le conflit en cours.

Il n’y a aucune unité de l’armée russe dans le Donbass. Aucune ! Mais cette loi a pour but de provoquer un bain de sang suffisamment important pour provoquer la Russie et la pousser à intervenir pour de bon cette fois.

Ce qui serait une catastrophe, à minima pour la Russie et le continent européen tout entier, voire pire. Car l’OTAN n’attend que ça pour justifier de lancer une guerre contre la Russie.

La seule question qui reste n’est plus de savoir SI l’armée ukrainienne va attaquer, mais quand ? Tout dépendra de la capacité du commandement à motiver et organiser ses troupes de manière suffisamment correcte pour les lancer à l’assaut des lignes défensives de la RPD et de la RPL.

Comme l’a déclaré Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, cette loi enterre les accords de Minsk.

« D’un point de vue juridique, la loi sur la réintégration tire un trait sur les Accords de Minsk approuvés unanimement par le Conseil de sécurité de l’Onu dans sa résolution adoptée quelques jours après la rencontre des quatre leaders du Format Normandie à Minsk. Pour nous, c’est absolument évident, » avait déclaré le ministre le mois dernier.

Malgré la mise en garde de Sergueï Lavrov sur les conséquences qu’aurait la signature de cette loi, Kiev vient donc de briser officiellement les accords de Minsk.

Porochenko a besoin de la guerre pour garder son poste, car il est de plus en plus contesté, et les manifestations appelant à sa destitution se multiplient. Washington a besoin d’une guerre pour sauver son hégémonie, son économie et le système financier. La dette des États-Unis est monstrueuse et irremboursable, les marchés financiers s’affolent alors que les taux remontent, et les bulles financières gonflées à l’hélium durant les dernières années menacent d’exploser à tout moment.

Tous les ingrédients sont réunis pour que le monde de la finance pousse à la guerre comme solution pour ne pas avoir à rembourser la dette, piller les comptes en banque pour se renflouer sans avoir à faire face à des manifestations monstres, et relancer l’économie en produisant des armes et des munitions. La guerre permettra aussi de justifier la suppression des dernières libertés qu’il restait en Occident.

Il est minuit moins deux à l’horloge de l’apocalypse, et le tic tac des secondes a commencé à se faire entendre.

Christelle Néant

Article original sur le Blog de l’auteur

avatar

Christelle Néant

Journaliste française travaillant pour l'agence DONi Press à Donetsk, elle couvre le conflit du Donbass et la vie des Républiques Populaires de Donetsk et Lougansk sur le terrain.

Vous aimerez aussi...