Connais ton ennemi

Temps de lecture : 7 minutes

Connais ton ennemi et connais-toi toi-même1

Sun Tzu, l’Art de la Guerre.

Mars 2020, une majorité des pays les plus riches, mais aussi les plus endettés de la planète basculaient dans la dictature sanitaire.  Incarcération domiciliaire en dehors de tout cadre constitutionnel, décrets et arrêtés toujours plus liberticides, absurdes, humiliants, contradictoires, contraires au bon sens et à l’évidence scientifique.  Tout ça pour quoi?  Pour un virus qui ne tue pas plus qu’une mauvaise grippe.

Lassé de courir après la baballe en attendant le prochain train de mesures quasi-dictatoriales décidées dans le confortable entre soi d’un quarteron de pourritures et claironnées le lendemain par tous les médias de grands chemins, j’ai décidé de m’arrêter un instant pour réfléchir.  Eh oui, la vraie question à se poser c’est comment des pays réputés démocratiques ont-ils pu basculer simultanément dans la dictature sanitaire, et donc comment l’ensemble des politiques aux pouvoir dans ces pays ont-ils pu s’affranchir du droit pour imposer des mesures dont on se rend parfaitement compte aujourd’hui qu’elles ont tué par centaines de milliers?

Prenons l’exemple d’Olivier Véran, Ministre français de la Santé.  Le 28 mars 2020 était publié le fameux décret Rivotril, pour « soulager » les patients covid en état de détresse respiratoire.  En pratique le Rivotril les a « soulagés » comme l’avaient été les handicapés mentaux victimes du tristement célèbre programme Aktion T4 des nazis2.  On les a piqués comme des chiens.  Or en France, l’euthanasie est illégale, elle est assimilée à un meurtre.  Logiquement donc, en cas de retour à la normale, Olivier Véran devrait être mis en examen en tant que responsable de plusieurs milliers de meurtres, voire de crimes contre l’humanité, ce qui lui vaudrait une condamnation à perpétuité.  Pourtant, aucun de ces hommes de pouvoir ne semble craindre un seul instant l’éventualité d’être traduit en justice un jour, et ils se vautrent toujours plus avant dans l’abjection et la tyrannie3.  Comment cela est-il possible?

Ce qui suit est une opinion, une tentative d’expliquer ce qui est apparemment inexplicable si l’on ne prend pas la peine d’articuler les causes et les événements qui nous ont amenés là.  C’est une étape cruciale pour savoir qui est à la manoeuvre, et pour savoir précisément jusqu’où ces gens sont prêts à aller.  À la lumière de ce qui précédait, vous devez déjà vous en douter un peu, non?

En règle générale, les hommes politiques sont d’une prudence de Sioux, ne s’engageant qu’à coup sûr, s’assurant que leur responsabilité n’est jamais engagée au point que l’on pourrait ultérieurement les poursuivre en justice sur base de leurs actions, et le timide docteur Véran ne fait pas exception à la règle.  Comment transforme-t-on des paisibles chapons4 en sociopathes prêt à tuer sans l’ombre d’une hésitation?

Au commencement était l’effondrement

En 1991, la chute du bloc soviétique était consommée, le communisme avait vécu.  Ca s’est passé sans un bruit, sur fond de déclarations insipides des dirigeants de l’époque qui évoquaient la question comme s’il s’agissait d’une simple formalité.  En pratique c’était le principal opposant au bloc capitaliste qui disparaissait brutalement de la carte, laissant libre cours au néolibéralisme le plus débridé.

Ce qu’on a oublié de vous dire à l’époque, c’est que le système capitaliste était lui-aussi en phase d’effondrement, et que c’était inéluctable.  L’usure ayant tout dévoré, les pays les plus riches, écrasés par le service de la dette détruisirent méticuleusement ce qu’il restait du tissu industriel, pour le convertir en actions plus lucratives, mais ne reposant que sur la spéculation.   Le crash qui se produisit en 2008 signa l’arrêt de mort de l’économie capitaliste.  La seule chose qui a pu retarder l’échéance jusqu’à présent, c’est que tant les États-Unis que l’Europe se sont mis à faire tourner la planche à billets à un rythme toujours plus vertigineux.

Par des mécanismes douteux, la FED s’est mise à racheter la quasi-totalité des actifs boursiers américains, afin d’éviter l’effondrement total de l’économie, mais au prix d’endetter toujours plus les citoyens américains, et en diluant leur pouvoir d’achat.  La diplomatie de la canonnière trouvant ses limites dans le fait que désormais, tous les pays étaient plongés dans les mêmes difficultés.

Ainsi l’Europe n’était pas en reste pour produire par tombereaux de la fausse monnaie ultimement destinée à maintenir les banques systémiques sous perfusion.  Vous avez sérieusement cru qu’il s’agissait d’aider les États?

Ayant atteint le bout du bout, craignant par-dessus tout un effondrement généralisé qui serait inévitablement cause de révoltes un peu partout, et donc de leur disparition, les vrais dirigeants de ce monde ont décidé de prendre les choses en main. 

À qui profite le crime?

Dans l’hypothèse normale d’un système failli, et sachant que personne ne pourra jamais rembourser la dette colossale des États, la question logique à se poser aurait été celle de l’effacement de la dette.  C’est bien ainsi que cela se passe dans le monde de l’entreprise, pourquoi devrait-il en être autrement s’agissant du système capitaliste dans son ensemble?  Eh bien tout simplement parce que les détenteurs de la dette, une toute petite brochette de fonds requins, de multinationales et de banques ne l’entendent pas de cette oreille.  Ils veulent le beurre et l’argent du beurre, et n’ont pas l’intention de rien lâcher de ce qui constitue leur pouvoir de domination sur le monde.

J’entends d’ici les pleureuses opposer que l’effacement de la dette signifierait aussi la disparition des fonds de pension qui reposent largement sur des produits financiers basés sur la dette, mais c’est un faux problème, les pensions pourraient être financées sans aucun problème en y consacrant seulement quelques pourcents des moyens aujourd’hui consacrés au service de la dette.

Magistrature de collusion, corruption et technique des petits pas

Maintenant que nous avons identifiés les donneurs d’ordre, reste à comprendre comment ils ont pu prendre le contrôle total des leviers du pouvoir dans tous les pays concernés, soit l’ensemble des pays les plus endettés et les plus soumis aux diktats du FMI, de la Commission Européenne et de l’État profond américain.

On pourrait d’abord parler de magistrature de collusion, puisque l’ensemble de ces donneurs d’ordre, même s’ils ne représentent pas un corps social homogène, même s’ils ne partagent pas forcément la même vision politique, sont les représentants d’une petite élite ultra-minoritaire qui forme à elle seule une classe au sens marxiste du terme.  C’est par sa cohésion autour d’un projet (préserver leur domination à tout prix), ses moyens illimités, et son réseau de contacts s’étendant dans toutes les strates du pouvoir autour du globe —tels les tentacules d’une pieuvre gigantesque— qu’ils ont pu mettre en place leurs hommes de paille : nos dirigeants.  Ceux qu’ils ne peuvent acheter, ils les font chanter5.

La technique mise en oeuvre recouvre plusieurs méthodes de manipulations visant à mettre leurs obligés dans l’impossibilité de reculer.

  • La peur : on évoque une pandémie gravissime, qui pourrait bien être la cause de millions de morts, mais dans le même temps on présente ça comme une fenêtre d’Overton6 qui permettrait l’instauration d’une société plus contrôlée, dans laquelle il serait plus facile d’empêcher l’émergence des inévitables mouvements sociaux que la crise ne manquera pas d’engendrer dans les mois et années à venir.  Pour instaurer cette société largement amputée de ses attributs démocratiques, il faut nécessairement en passer par la violation des garde-fous que sont les constitutions.  Le passage en force s’impose désormais partout comme la nouvelle norme7.
  • Brûler ses vaisseaux : on pousse les dirigeants à tout fermer, quitte à écraser pour de bon ce qui restait de la classe moyenne, et dans le même temps, on incite les États à s’endetter toujours plus pour distribuer de l’argent hélicoptère afin d’indemniser les entreprises lésées.  On parle là de centaines de milliards de dette qui étrangleront toujours plus les États, les rendant d’autant plus tributaires des donneurs d’ordre.
  • L’intérêt supérieur : on présente l’ensemble des mesures comme une sorte d’opération de la dernière chance qui viserait justement à minimiser l’impact de la crise8, et de son cortège de victimes.  Certes on va faire très mal, mais c’est pour éviter des maux bien plus grands encore.  Les tortionnaires se verront ainsi en sauveurs et il ne subsistera plus l’ombre d’une prévention dans leur esprit puisqu’ils croiront agir dans l’intérêt de la population.
  • Liés par le crime : on poussera les dirigeants à commettre, et à faire commettre par leurs subalternes des actions passibles de poursuites pénales, ce qui leur fermera ensuite toute possibilité de retraite.  C’est une méthode mafieuse qui a fait ses preuves.
  • Les petits pas : les hommes de paille n’ont aucune connaissance du plan et le découvrent au fur et à mesure au travers des feuilles de route qui leur sont transmises par d’obscurs cabinets conseils américains à la solde des donneurs d’ordre.   Finalement, ces hommes politiques sont tout aussi manipulés que nous, mais à un autre niveau.  C’est un peu l’histoire de la grenouille qu’on met à cuire doucement dans la casserole.  Se rendent-ils compte de ce vers quoi ils se dirigent, et comment ça se terminera?  Peu importe, en fait, parce qu’il ne leur sera pas donné le choix de revenir en arrière.

Ne vous y trompez pas, ce que vous vivez actuellement n’a rien à voir avec une crise sanitaire, c’est un coup d’État planétaire visant à asseoir le pouvoir absolu des donneurs d’ordre sur une dictature féroce.  Vous aurez le pire du communisme (pour les masses) et le pire du capitalisme (le seul bénéfice étant réservé à l’élite).

Quand comprendrez-vous que vous êtes victime d’une guerre psychologique visant à briser la résistance des peuples avant de les mettre en esclavage?  Si j’ai réussi à exprimer correctement mes idées, vous devriez avoir réalisé à présent que non seulement ce cauchemar ne s’arrêtera jamais, mais qu’on en est qu’aux préliminaires, et qu’ils ne reculeront devant rien.

  1. Connais ton ennemi et connais-toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux. Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.  Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par tes défaites.  – Sun Tzu, l’Art de la Guerre.
  2. Aktion T4 est le nom donné, après la Seconde Guerre mondiale, à la campagne d’extermination d’adultes handicapés physiques et mentaux par le régime nazi, de 1939 à août 1941, et qui fait de 70 000 à 80 000 victimes.  Fondée sur un terreau idéologique fertile prônant une politique eugéniste active, antérieure au nazisme mais exacerbée par celui-ci, favorisée par une intense campagne de propagande en faveur de la stérilisation et de l’euthanasie des handicapés, elle est le fruit d’une décision personnelle d’Adolf Hitler.  Source : Wikipedia
  3. Clin d’oeil à Pierre-Yves Rougeyron qui, dans sa dernière émission avec Pierre Jovanovic avait reconnu avoir mésestimé le pouvoir de nuisance des politiques (il ne croyait pas qu’ils pourraient aller aussi loin), mais sans parvenir à expliquer ce glissement inexorable vers toujours plus de tyrannie et de violence.
  4. L’ensemble des dirigeants politiques des pays ayant réduit drastiquement les libertés, incarcéré leur population à domicile, détruit l’économie et poussé les gens au suicide soi-disant pour lutter contre une pseudo-pandémie qui n’était pas —on le sait aujourd’hui— plus mortelle que la grippe de 2015.
  5. Cfr. affaire Epstein
  6. La fenêtre d’Overton, aussi connue comme la fenêtre de discours, est une allégorie qui désigne l’ensemble des idées, opinions ou pratiques considérées comme acceptables dans l’opinion publique d’une société. […] Selon la description d’Overton, sa fenêtre comprend une gamme de politiques considérées comme politiquement acceptables au regard de l’opinion publique existante, et qu’un politicien peut donc proposer sans être considéré comme trop extrême, pour gagner ou conserver une fonction publique.   Source : Wikipedia
  7. La majorité des décrets et arrêtés concernant le confinement, le port du masque, et bientôt le passeport sanitaire sont parfaitement insconstitutionnels et contraire au droit.
  8. Ce qui est un faux dilemme puisqu’à aucun moment on ne tirera les conséquences de la faillite du système, on entend juste se dispenser d’avoir à en assumer les conséquences.
avatar

Philippe Huysmans

Webmaster du Vilain Petit Canard, citoyen de nationalité belge, marié et père de deux enfants. Je vis en Belgique et j’exerce la profession d’Informaticien à Bruxelles. Mes articles

41 réflexions sur “Connais ton ennemi

  • avatar
    18 mai 2021 à 18:29
    Permalien

    Quelle lucidité! Quel sens du raisonnement! Bravo! Mais je crois que ce plan est parti des USA dès la fin du 19e siècle: domination mondiale, par tous les moyens. Les USA (grandes banques) sont derrière quasiment tous les conflits armés depuis cette époque. L’Europe a deux ennemis, les USA et la Chine. Les USA veulent éliminer nos industries. La Chine veut transformer le monde non chinois en zone agricole pour nourrir la ruche bridée. Cela explique le succès des Verts dans nos contrées. Ils servent très exactement les desseins des USA et de la Chine et sont financés, directement ou indirectement, par ces deux omnipuissances.

    • avatar
      18 mai 2021 à 18:47
      Permalien

      Merci pour votre gentil commentaire,

      Je crois que le plan actuel est surtout une fuite en avant éperdue, une tentative désespérée d’éviter l’inévitable. Il n’y a pas de projet de société derrière.

      Nulle dictature ne peut durer sans s’appuyer sur l’adhésion d’une bonne partie de la population (contre les autres).

      Ici à par la peur, je ne vois pas de levier, et rien qui pourrait susciter l’adhésion.

    • avatar
      22 mai 2021 à 21:09
      Permalien

      « L’Europe a deux ennemis, les USA et la Chine. »
      L’Europe n’existe pas en tant qu’Etat, c’est une simple marché économique. L’Europe n’a pas d’existence politique. Le résultat du référendum de 2005 sur la constitution européenne en est la parfaite illustration.

      « Les USA veulent éliminer nos industries. »
      Les USA ne veulent pas éliminer « nos » industries. Les capitalistes des USA comme les pays autres pays capitalistes ont pour seul but la recherche du profit maximum. A cette fin, les capitaux privés se déplacent là où ils peuvent exploiter la main d’oeuvre au meilleur coût pour vendre les marchandises produites au meilleur prix. Depuis le 16ème siècle les capitaux voyages où bon leur semblent sous la férule de la bonne conscience de leurs propriétaires qui se foutent des frontières.

      « Cela explique le succès des Verts dans nos contrées. »
      Les « Verts » ne sont qu’une tripotée de réactionnaires au déclin du capitalisme. Le trop de capitalisme pollue la planète depuis plusieurs siècles et ce n’est pas des taxes, seule solution proposées des « Verts », qui changera les pollutions de la production capitaliste y inclus celle des esprits.

  • avatar
    18 mai 2021 à 20:22
    Permalien

    Pourquoi ne pas appeler un chat un chat ?
    Pour les donneurs d’ordre : Rockefeller et Rothschild.
    Conseil de lecture :
    – « Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine » de Carroll Quigley
    – « Les origines secrètes de la première guerre mondiale » de Gerry Docherty & Jim Macgrégor
    Conseil de personne à pister : Maurice Strong (pour y voir clair quant à la propagande sur le climat)
    Il y a urgence.

    • avatar
      18 mai 2021 à 20:46
      Permalien

      Ils sont peut-être dans le lot mais je doute que le club se limite à deux familles.

      • avatar
        21 mai 2021 à 21:30
        Permalien

        Ce sont deux familles qui ont tissées des réseaux derrière lesquels ils se cachent, ceci en prenant des parts dans des sociétés… Il est vrai qu’il est rare de voir figurer le nom des Rothschild. Quant à Rockefeller, regardez qui est Maurice Strong, ce qu’il a créé… vous comprendrez que là aussi derrière les slogans actuels sur le climat c’est l’argent qui règne en maître jusqu’à nous rendre esclave.
        Les mots de résilience, durable, équitable, inclusif ont été déclinés par les Rockefeller et sont repris par tout un chacun, sans comprendre leurs véritables sens. Il faut chercher pour débusquer les mensonges de l’histoire. Le malheur est que ces mensonges sont maintenant dans la bouche de monsieur tout le monde. Il est crucial d’aller au fond des choses et de ne pas se contenter se surfer sur des idées toutes faites. Car nous sommes dans un monde conditionné, par les médias, et par nous-même quand nous de faisons pas attention aux idées que nous véhiculons sans avoir au préalable vérifier leurs fondements.
        Alors oui le club se limite à deux familles, les autres ne sont que des pions.

        • avatar
          22 mai 2021 à 12:58
          Permalien

          Je ne vois pas trop comment deux familles, donc en gros trois ou quatre personne pourraient avoir monté ce genre de plan, et comment il pourraient l’imposer. Au fait, cela n’a pas vraiment d’importance, que l’on parle de 4 personnes ou de 500.

          • avatar
            22 mai 2021 à 14:13
            Permalien

            Conseil de lecture :
            – « Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine » de Carroll Quigley
            – « Les origines secrètes de la première guerre mondiale » de Gerry Docherty & Jim Macgrégor
            Conseil de personne à pister : Maurice Strong (pour y voir clair quant à la propagande sur le climat)

  • avatar
    18 mai 2021 à 20:26
    Permalien

    Dès le départ, je me souviens qu’un financier observait la concordance entre un prochain crack boursier plus catastrophique que le dernier, car faisant exploser de multiples bulles spéculatives (concoctées par des mathématiciens de haut vol), faisant s’effondrer la bourse comme une baudruche. Déjà en 2008, M. Sarkozy avait été la risée de certains analystes car il avait vendu un bon quart de la réserve d’or… à l’un des taux les plus bas. Pas très grave puisqu’on est « sous » euro mais dès lors, impossible de revenir au franc (lu dans un livre américain édité au « Jardin des livres » de P. Jovanovic).
    En effet, toute l’analyse de M. Huysmans met en scène des informations qu’on peut recouper ; ainsi, les terres agricoles françaises que des paysans exsangues sont soulagés de vendre à des compagnies chinoises.
    Quand on dénonce la mondialisation, Event 201 et K. Schwab, on a mis le doigt sur le nœud gordien mais lui-même n’est qu’un think tank.
    Désormais nous serons sous la coupe des I.A. (Gates et Musk), de Soros (minorités de toute obédiance) et les Trusts (Big Pharma, Agro-alimentaire : Monsanto et « codex alimentarius »).

    • avatar
      18 mai 2021 à 20:51
      Permalien

      Merci pour votre gentil commentaire

      Pierre Jovanovic tient une place de choix dans mes lectures, et ses analyses de la crise financières sont souvent très justes. La pseudo-crise sanitaire masque mal l’effondrement du système.

      • avatar
        19 mai 2021 à 09:32
        Permalien

        Au tout début de cette « crise », j’ai été étonnée de la virulence des économistes et en lisant votre analyse, je comprends à quel point les Philippe Herlin (« philippeherlin.fr ») et les Eric Verhaeghe (« Le Great Reset : mythes et réalités » et « lecourrierdesstrateges.fr ») avaient raison car finalement l’ouvrage majeur du père des conspirationnistes (ainsi qu’on les nommait alors) m’avait fait sourire il y a 30 ans quand il décrivait l’agenda secret de quelques sociétés obscures (Bilderberg, Trilatérale et autres C.F.R.) visant au délitement du système capitaliste et la suppression de la classe moyenne. Tout se déroule sous mes yeux, avec le prétexte d’un virus que David Icke n’avait pas prévu. On ne fait référence qu’au Big Brother de Orwel mais je le dirais mâtiné du « Brave New World » de Aldous Huxley, via l’I.A. et le transhumanisme (qui n’est jamais que de l’eugénisme technologique car si certains vivent très/trop longtemps, ils n’auront pas besoin de 7 milliards d’esclaves).

        • avatar
          19 mai 2021 à 12:01
          Permalien

          Bonjour Marylise,

          Tout se déroule selon le plan, en effet, et la pandémie n’est qu’un prétexte, un levier pour agir sur la capacité des gens à se rebiffer. Pour vous tenir au courant des aspects financiers de cet effondrement, je ne puis que vous conseiller l’excellente revue de presse de Pierre Jovanovic.

  • avatar
    18 mai 2021 à 20:42
    Permalien

    Nous vaincrons

    • avatar
      18 mai 2021 à 20:51
      Permalien

      C’est lapidaire pour dire le moins, mais oui, espérons-le 🙂

  • avatar
    18 mai 2021 à 21:22
    Permalien

    C’est assez juste, mais l’explication est un peu courte.
    La confusion, le désarroi, la dépression dans laquelle nous vivons remonte à 1968 et le barrage politique mis en place avec le Programme Commun en 1972 !
    Programme de réformes politiques appliqués cahincaha depuis bientôt 50 avec des fortunes diverses par les différents gouvernements qu’ils soient de droite ou dit de gauche, mais avec une seule vision le maintien vaille que vaille des institutions de la Vème république et donc du régime capitaliste.
    Une république qui vacille, qui flanche, qui menace de s’effondrer surtout par le délitement de son parti fondateur, le parti gaulliste, devenu LR aujourd’hui et qui peut se fondre dans le RN ce qui rompra le lien organique. Pour éviter cette catastrophe des soutiens sont indispensables, des pour-faits-et-causes ont été bâtis, des oppositions de façades, ripolinés souvent, sont avancées comme autant de voile et qui porte comme nom : l’UNION NATIONALE. Fourre tout politique, but du Programme Commun, à large spectre coloré de la fleur de lys aux drapeaux noirs avec un but commun : tenir !
    Pourquoi ?
    De nombreux intérêts y concourent. Les positions sociales dans diverses organisations politiques, syndicales, associatives, subventionnées directement ou indirectement ont pour fonction leurs existences et donc la mise en oeuvre des béquilles de soutien aux gouvernements, donc des réformes nécessaires qui consistent essentiellement à la mise au rebut des conquêtes sociales du prolétariat. Si ces béquilles politiques disparaissent, l’huile dans les engrenages sociaux disparait avec comme conséquences la violence des frictions qui croissent, exponentiellement.

    • avatar
      18 mai 2021 à 22:09
      Permalien

      La seule chose que je reprocherais à votre explication c’est qu’elle se limite à une analyse franco-française là où on voit bien qu’on a affaire à un phénomène si pas global, en tout cas s’étendant dans toutes les zones du globe.

  • avatar
    19 mai 2021 à 09:39
    Permalien

    Superbe analyse et grand merci.

    Les plus impactés par leur dépendance à big finance semblent être les occidentaux.

    France :
    À la fin du deuxième trimestre 2017, la dette publique s’établit à 99,2 % du PIB (2231Milliards)
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/3129002

    La dette publique de la France a atteint son niveau le plus élevé depuis 1949. (2650Milliards)
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/03/26/la-dette-publique-de-la-france-a-atteint-115-7-du-pib-en-2020-le-niveau-le-plus-eleve-depuis-1949_6074521_3234.html
    (Liens volontairement choisis sur des sites difficile à classer chez les complotistes)

    la dette passe de 99.2% du PIB à 115,7% en 4 ans; croissance moyenne de la dette sous cette dictature 105 milliards/an.

    Quand l’argent de l’état ne nous appartient plus, comme disait mon professeur de musique, ce sont ceux qui payent les violons qui choisissent la partition.

    Je suis effaré par la contagion de soumission autour de moi. Vous lire m’a sorti de mon isolement. Merci encore !

    • avatar
      19 mai 2021 à 11:58
      Permalien

      Bonjour Sigé,

      Merci pour votre gentil commentaire,

      Après la gabegie de l’argent hélicoptère vous en êtes probablement autour des 130% au moment où j’écris. Moi aussi je suis effaré par l’attitude de soumission de la population, y compris d’amis et de membres de ma famille, parfois. Mélange de peur et de résignation, ne voulant perdre ce qu’ils ont pour défendre leur droit, ne se rendant pas compte qu’ils le perdront quand même… après avoir perdu leurs droits.

  • avatar
    20 mai 2021 à 15:33
    Permalien

    Vous ne dites rien de la nouveauté de loin la plus importante, bien davantage que l’évolution, somme toute prévisible, des « élites » sous chantage/corruption/intimidation : celle de la SOUMISSION… VOLONTAIRE… EN MASSE… non pas de petites vieilles apeurées, mais de gens éduqués encore relativement jeunes (seuls les très jeunes ayant montré des velléités de résistance si maladroites fussent-elles).
    En d’autres termes, la situation est la suivante : lors du précédent coup d’État au niveau d’un continent (la IIe dite mondiale), contre les Auschwitz, Büchenwald, Dachau et autres horreurs, il y a eu des résistances, dans toutes les classes de la société, et ceux qui n’ont pas eu le courage de résister – tout le monde n’en étant pas capable et abstenons-nous de juger – ont au moins souhaité que ceux qui résistaient réussissent. Situation humaine normale.
    Cette fois, le coup d’État est planétaire, nous nous retrouvons face à des Auschwitz, des Büchenwald et des Dachau au cube, si pas pire… et non seulement PERSONNE NE RÉSISTE [mis à part un certain nombre de médecins et de scientifiques in-et-méconnus du grand public, bâillonnés jusqu’à la réclusion psychiatrique], mais ceux qui, pourtant éduqués et professant des opinions politiques (de quelque couleur qu’elles soient) se sont soumis sans la moindre coercition physique ni mentale ni morale (ni kidnappings d’enfants pour faire pression, ni menaces ni intimidations directes), et CRIMINALISENT ceux, y compris de leurs proches, qui osent seulement être « pas d’accord », lesquels deviennent ipso facto et sans examen, des « complotistes », des « rebelles », des jamais contents, des gens QU’IL IMPORTE DE FAIRE TAIRE. (La dernière fois, au moins, toute l’Allemagne n’a pas été nazie ni judéophobe !)
    Ce n’est pas la super-« élite » mafieuse, là, qui est aux manettes, ce sont les ex-classes moyenne, petite-bourgeoise et ouvrière. Contre leurs proches, voisins et amis. Il me semble que cette nouveauté mériterait qu’on la regarde en face et qu’on tente de la comprendre, si on veut tenter d’échapper avec quelque succès à l’annihilation totale.
    Dans un film important de Nanni Moretti sorti en 2018 – Santiago, Italia – un des personnages (réels, historiques) du film termine cette évocation sur une phrase très pessimiste : il dit en substance que les choses ont bien changé et que l’énorme mouvement de solidarité que la tragédie chilienne a suscité en Italie dans les années 70 ne serait plus possible aujourd’hui, parce que « les gens ont changé ».
    Ils ont pourtant beaucoup moins changé en Italie qu’ailleurs, mais les F 35 décollent aujourd’hui d’Italie (en Europe) pour aller bombarder Gaza, et les Européens se soucient de qui porte ou ne porte pas un masque, ceux qui n’en portent pas constituant un mortel danger pour eux-mêmes qui ne veulent pas mourir.
    Il serait temps que les cathos fassent leur examen de conscience et les ex-cocos leur autocritique. Quant aux néocons… sait-on combien ils sont, et où ?

    • avatar
      20 mai 2021 à 22:48
      Permalien

      Je partage largement votre point de vue, et puis vos inquiétudes, aussi. Parfois j’ai l’impression d’être seul au monde, tant la folie est partout.

      Pour l’instant nous n’avons d’autre choix que la résilience, le temps de la résistance n’est pas venu. Prendre soin de nos familles et de nous mêmes.

      Nous ne sommes que des petites voix, perdues au milieu du désert. Cela changera, forcément.

    • avatar
      23 mai 2021 à 01:36
      Permalien

      Je ne pense pas que la situation soit fondamentalement différente de celle de 39-45. Quand j’ai lu l’article sur l’Aktion T4 de Wikipedia, j’ai retrouvé la même paralysie de la société face à l’horreur du darwinisme social et la même complaisance malsaine des milieux bourgeois, y compris les cadres médicaux. Je ne pense pas qu’il y avait plus de résistants au régime nazi en Allemagne en 39 qu’il y en a qui vont résister au régime autoritaire du gouvernement belge en Belgique. Il ne faut pas oublier que l’Allemagne a déclaré la guerre aux autres pays ce qui rend les choses intellectuellement plus simples : l’ennemi est extérieur. Quand vous dites que toute l’Allemagne n’a pas été nazie, je voudrais dire que ce n’était pas utile. L’adhésion au projet n’est pas requise du moment que ce projet n’entrave pas fondamentalement le cours de votre existence autrement dit, en cas de dictature, passivité vaut presque collaboration, ce qu’Albert Enstein avait synthétisé dans sa citation sur le monde dangereux à cause de ceux qui laissent commettre le mal sans rien faire. J’ai observé le darwinisme social de l’intérieur en étant prof dans le supérieur catholique : la lâcheté et le conformisme des masses expliquent à elles seules le pouvoir d’une frange marginale de psychopathes actifs et conscients. L’éducation n’y fait rien, au contraire, elle sert le plus souvent à se donner de bonnes raisons d’être lâche et soumis. Elle permet d’argumenter. J’ai pris l’habitude de voir la société comme un objet en équilibre indifférent qui va pencher du côté de celui qui pousse le plus fort. Le problème réside dans le fait que nous n’avons pas vécu 70 de franche démocratie depuis la fin de la Seconde guerre mais autant d’années d’un régime que je qualifierais de fascisme mou qui a culminé avec la chute du communisme ou l’adhésion de toute idéologie politique à l’idée du capitalisme incontournable. Ce capitalisme n’a peur que d’une seule chose : la cohésion des masses et leur violence physique (c’est ce que l’histoire des mouvements sociaux du 19ème et du 20ème ont montré, ce que le phénomène « gilets jaunes » à rendu visible). Pour se maintenir, il leur suffisait de déstructurer la société en la rendant matérialiste (société de consommation), conforme et peu critique (via l’enseignement), acculturée (via les médias comme la TV) et désintégrée (en diluant les identités dans un magma mondialiste politiquement correct). Toute forme de singularisation est désormais une tare. Il fallait une religion pour ce monde et on en a fabriqué une avec une patience infinie en inféodant les moyens et les centres savoir à ce fascisme mou : la science désormais pseudoscience a généré des mythes profonds et viciés comme l’origine anthropique du changement climatique, l’apocalypse sanitaire, le transhumanisme en tant que progrès humain, … sur cette base, la science disant le monde mieux qu’aucune religion, toutes les réinventions sont possibles et, via le diktat du progrès, c’est à un avenir digne de la Planète des singes que l’Humanité est destinée. Vous vous sentez seuls… c’est normal, pour un humain entour de singes savants ^^)

      • avatar
        23 mai 2021 à 15:59
        Permalien

        Assez d’accord avec vos propos dans l’ensemble, sauf pour un point, je n’ai écrit nulle part que toute l’Allemagne n’avait pas été nazie, pour la bonne raison que je crois au contraire qu’une immense partie de la population soutenait le régime.

        • avatar
          24 mai 2021 à 15:55
          Permalien

          Je pensais répondre à Théroigne qui a écrit « toute l’Allemagne n’a pas été nazie », désolé. Je pense comme vous qu’une partie significative de l’Allemagne soutenait, d’une manière ou d’une autre, l’effort de guerre. Je visite régulièrement votre site et j’apprécie votre manière d’analyser les choses. Il m’est arrivé de faire référence à votre travail sur Facebook et de me faire traiter de complotiste ^^). L’affaire Jurgen C. me laisse à penser que de plus en plus, le discours critique (qualifié par les officines politiquement correctes de conspirationnisme) sera rapproché d’un discours extrémiste donnant l’occasion aux gouvernements, comme en Allemagne, de faire surveiller les opposants au diktat sanitaire. Je ne sais pas où vous travaillez mais moi, cette position m’a déjà coûté un job ^^/ dans le secteur de l’enseignement (en l’écrivant j’ai une impression de déjà vu, donc pardon si je radote) et je voulais vous remercier pour les « risques » que vous prenez en adoptant volontairement votre posture de « vilain petit canard » ^^) Ne changez rien. Bon courage et à bientôt.

          • avatar
            24 mai 2021 à 18:04
            Permalien

            Oh c’est pas bien grave, en somme.

            Si l’on vous traite de complotiste sur FB c’est plutôt gage d’une bonne santé mentale, je trouve.

            Jurgen C. : vous avez aussi remarqué le « terroriste complotiste d’extrême droite »…

            Au point où l’on en est, c’est se poser clairement contre la dictature et risquer des représailles ou se coucher. Je ne me coucherai pas.

  • avatar
    24 mai 2021 à 17:26
    Permalien

    Merci pour cette petite analyse bien ficelée,

    Nous vivons, à n’en point douter, une véritable apocalypse qui brouille les pistes et risque de détrôner toutes ces idoles qui règnent sur les heures de notre enfermement dans la prison panoptique de la gouvernance du « siècle ». Le « siècle » ou citadelle du Veau d’or n’a plus cours puisque les termes du contrat qui nous liait aux Maitres de la monnaie sont caducs.

    Reprise d’un article-phare composé en juin 2020, depuis j’ai cessé d’écrire … frappé de plein fouet par les mesures d’une police sanitaire canadienne qui ne fait pas dans la dentelle … le PASSE-SANITAIRE pourrait faire son apparition chez nous dès l’été prochain et l’étau va se resserrer autour du cou des résistants et de tous ceux et celles qui souhaitent prendre un recul salutaire face à cette opération de terreur et d’ingénierie sociale de grande ampleur. Bonne lecture :

    https://patricehansperrier.wordpress.com/2020/06/29/sic-luceat-lux/

    Ex-journaliste indépendant, auteur et analyste indépendant, je m’acharne à produire du « sens » depuis près d’un demi-siècle, mais je connais une panne d’inspiration qui s’est muée en désarroi face à la complicité et à l’inertie du plus grand nombre. Il nous reste à réinventer la prière, la méditation et la pensée créative !

    • avatar
      24 mai 2021 à 18:17
      Permalien

      Nous sommes tous en proie, peu ou prou à une certaine sidération face au renversement des valeurs que rien ne semble pouvoir endiguer. On reste coi devant tant d’ignominie, de mensonges. On doit alors puiser au plus profond de nous les ressources nécessaires pour nous ébrouer, et reprendre le fil d’une analyse sereine, en essayant de détacher l’aspect affectif (stress) de l’aspect purement objectif (le logos et l’analyse).

      Et effectivement, le plus décourageant là-dedans n’est pas l’ignominie de nos dirigeants, mais la passivité des masses qui confine à la complicité.

  • avatar
    25 mai 2021 à 19:20
    Permalien

    J’ai compris ca depuis que j’ai lu le rapport meadows du club de rome. La baisse des réserves de pétrole et le ralentissement de la consommation mondiale sont les principales raisons du déclin économique. La bête est affaiblie et elle ne tient qu’a un fil. On peut l’abattre. Personnellement, je débancarise, j’achète terrains et or/argent. Je boycotte les médias. Ca semble plus facile de laisser le système imploser, en refusant de participer.

  • avatar
    26 mai 2021 à 21:17
    Permalien

    Il est temps de nommer la franc maçonnerie (mère de tous les réseaux occultes de pouvoir) qui organise et rend tout ce cirque possible. Si vous ne l’avez pas encore fait, regardez le surprenant témoignage d’Altiyan Childs, un des meilleurs exposé que j’ai vu sur le sujet. https://www.youtube.com/watch?v=Y7G5CKX0je0

  • avatar
    28 mai 2021 à 08:21
    Permalien

    Merci à vous d’exister.
    J’aime à vous lire, j’aime aussi écrire.
    Sans préjuger avoir raison, et surtout pour le plaisir de communiquer avec vous… Vous écrivez  » Ils ….. n’ont pas l’intention de rien lâcher de ce qui constitue leur pouvoir…. »
    N’aurait-il pas fallu écrire;
    Ils ont l’intention de ne rien lâche de ce qui,
    Où,
    Ils n’ont pas l’intention de lâcher ce qui,
    Où,
    Ils n’ont pas l’intention de lâcher rien de ce qui, ??

    Ce n’est qu’un petit détail qui m’a turlupiné à la lecture de votre article.

    Sur le fond, votre analyse me paraît judicieuse, mais ne nous éclaire pas beaucoup sur qui sont réellement ces fameux comploteurs. Je n’ai pas de précisions à donner, sinon la formule qu’emploie Valérie Bugault, les banquiers commerçants.
    J’ai relu votre article hier 27/5 , dans la journée j’avais réécouté une interview de Mike Yeadon publiée sur France Soir en avril 2021.. Les deux, votre article et cet interview, mis en parallèle. Je veux dire vos conclusions et celles de Mike, m’ont donné le cafard…
    La question que je me pose est comment faire pour contrecarrer leur plan ?
    Car si nous sommes nombreux ( malheureusement pas assez ) à faire ce constat, force est de constater que peu de mouvements se revendiquent actuellement de ce vrai combat.

    L’éclairage sur l’ennemi reste assez ténu…

    Bonne continuation dans ce que vous faites.
    Longue vie au vilain canard !

    L.D.

    • avatar
      28 mai 2021 à 13:08
      Permalien

      Ma phrase est parfaitement correcte, même s’il s’agit d’une forme plus littéraire, donc inusitée dans la langue de tous les jours. C’est juste que vous êtes habitué à n’utiliser « rien » que dans une proposition négative, ici la négation ne concerne que l’intention et voyez le « rien » comme la quantité de pouvoir qu’ils ont l’intention de lâcher.

      Contrecarrer leur plan? Il faudrait déjà que nous soyons nombreux, ce n’est pas le cas pour l’instant.

  • avatar
    28 mai 2021 à 17:34
    Permalien

    Oui bien sûr, il s’agissait juste d’une réflexion personnelle. Je n’attendais pas à une réponse. Merci pour l’éclairage sur le rien.

  • avatar
    29 mai 2021 à 01:44
    Permalien

    Rebonjour,

    Nous avons tous un peu trop l’habitude des formules stéréotypées, une fois qu’on en sort, les gens sont perdus, à force de conditionnement. Moi, de temps à autre, je casse les codes et reviens au français du 18ème. Juste pour casser le rythme ennnuyeux des stéréotypes.

    • avatar
      29 mai 2021 à 07:48
      Permalien

      Je vous rassure, j’adore votre prose et l’humour sous-jacent qu’on y retrouve.
      J’avais longuement hésité à faire une remarque sur celle-ci car on ressent en vous lisant un don où et un travaille sérieux.
      Quand en préambule je vous avais indiqué aimer écrire, je ne publie personnellement rien, mis à part quelques messages privés. J’aime notre langue et apprécie ceux qui la triture.
      Dans l’attente de vous lire encore, portez-vous bien!

  • avatar
    29 mai 2021 à 17:20
    Permalien

    Connaître son véritable ennemi c’est d’abord se connaître soi-même.
    Homme de la Terre, en vérité, nul n’est ton ami ni ton ennemi plus que toi-même !
    « Ainsi devras-tu dégager de toi l’être immortel qui dort son calme sommeil et le tendre vers la clarté divine. Comme du ver naît le papillon, de l’homme rampant naîtra l’ange à l’esprit lumineux. Cherche en toi les mystères que tu veux connaître : l’homme possède en lui le miroir profond qui réfracte la Vérité. Mais, de même qu’un lac troublé agité par le vent reflète imparfaitement l’azur, l’âme agitée ou troublée par les passions ne peut refléter dans toute sa pureté la Vérité sacrée. Calme donc en toi les vains tourments de la vie, libère-toi des attaches d’en bas, et la révélation attendue t’apparaîtra éblouissante et claire. Que ton seul ennemi soit l’ennemi caché en toi, car c’est toi-même qu’il faut vaincre. » (M. Boué de Villiers, Les Chevaliers de la Table Ronde)
    Victor Hugo, qui comprenait bien la nature, a dît, très justement : « Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent. »
    https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/ceuxquiviventcesontceuxquiluttent.html

    • avatar
      5 juin 2021 à 01:45
      Permalien

      C’est aujourd’hui ce que je cherche à faire. Appaiser mon esprit pour voir plus loin, m’éloigner de l’émotion pour ne considérer que la compréhension, la raison. Je vous encourage tous à faire pareil, vous décharger du fardeau (stress) pour ne garder que les lignes épurées, que l’on peut aisément analyser.

      Nous mourrons tous, on est programmés pour ça dès le jour où nous sommes créés. Ce qui est important n’est pas tant la longueur de notre vie ici bas, que ce que nous en ferons, non pas pour nous, mais pour les autres, parce que c’est dans leurs yeux que nous réalisons notre valeur.

      Pour vivre sereinement, il est indispensable de regarder la mort sereinement, autrement c’est une perpétuelle fuite en avant qui se termine mal.

  • avatar
    2 juin 2021 à 17:15
    Permalien

    Pourquoi chez nous, France et CE ?
    Crise capitaliste locale et démographie. Que voit-on en fond de tableau.
    On nous bassine depuis longtemps avec les retraites, le chômage, le terrorisme.
    Nous avons une population vieillissante et trop de droits acquis et une natalité déficitaire.
    Trop d’actifs sans emploi, sous-employés, sous-payés qu’il faut assister avec de l’argent magique, donc de la dette intérieure et extérieure.
    En contre-point le système a tenu avec les profits partagés par tous, certes de manière inégale, issus du commerce mondial et de la délocalisation de la production, de la pollution, de la « lutte des classes », sans oublier les profits ou rentes du post ou néo-colonialisme, sur les restes de l’empire français. Ces profits sont en voie d’épuisement et d’extinction.
    Contrôle des populations . Les corps intermédiaires, syndicats et partis des actifs ont été neutralisés depuis longtemps, en tant que forces de rappel, les grandes mutuelles et coopératives aussi.
    Le recours à la protection du droit du travail, de la consommation, de la sécurité du citoyen est en réduction constante. Sans ces forces de la société civile, la démocratie est une enveloppe creuse.

    Attention danger. Le système ne peut tolérer des communautés minoritaires qui pourraient échapper au modèle dominant. Religion, économie grise ou noire (hasch), éducation, alimentation, natalité positive.
    Cette échappatoire au système est stigmatisée, cantonnée ou marginalisée par les politiques sécuritaire et anti-drogue ou anti-terroriste et aussi contrôlée par l’assistanat (gratuités multiples).

    La fin d’un modèle . Vient un moment où les fournisseurs (chinois) refusent de faire crédit, augmentent les prix, se détournent d’une monnaie de singe qu’on ne peut ou ne veut plus employer.
    L’exemple de la dette: on nous dit que les générations futures vont payer sur un demi siècle.
    Non, c’est sans délai aucun que les créditeurs dépensent leurs avoirs, ils investissent en brevets, savoir-faire, ou biens de luxe ou de prestige. Les générations futures seront des locataires de leur pays.

    L’argent magique, helicopter money ou aussi soins palliatifs avant l’euthanasie, non pas des rentiers (qui votent encore) ou des autres inutiles déjà gérés (les jeunes, les chômeurs, ex-employés robotisables ou délocalisables) , mais des actifs indésirables, petits, dispersés, individualistes, indépendants (gilets-jaunes).
    Cette élimination d’une partie des petits concurrents du grand commerce numérisé. est aussi utile dans un marché en rétraction du fait de la paupérisation des classes moyennes. Variante : croissance externe.

    Le choc sanitaire vise comme effets, la mort des vieux (pas efficace ?), la ruine de la sécu (++), de l’État providence (++), la destructuration de la société et de l’économie artisanale et informelle.
    Dans un temps suivant, élimination de la circulation du papier monnaie.
    Le « great reset » est la version optimiste, après une méga purge, si ce n’est pas une liquidation pure et simple.

    • avatar
      3 juin 2021 à 11:08
      Permalien

      C’est une guerre, et comme toutes les guerres elle trouve ses racines dans l’économie vacillante mais ça se termine toujours par une liquidation en masse de la population.

Commentaires fermés.