Édifier votre forteresse

Temps de lecture : 5 minutes

Quel plus terrible fléau que l’injustice qui a les armes à la main? – Aristote

Voilà 18 mois que ça dure, 529 jours1 pour être plus précis, et chaque jour qui passe apporte son lot de nouvelles anxiogènes et de nouvelles confiscations de nos libertés individuelles.  Il semblerait que rien n’arrêtera les psychopathes au pouvoir dans la plupart des démocraties occidentales.  Nous vivons désormais sous le régime de la loi du plus fort.  L’exécutif détenant le contrôle de la force publique s’arroge de fait tous les pouvoirs, au mépris complet de la constitution et des lois, sauf celles qui les arrangent.  Les lois n’ont pas de bras, on le mesure trop bien aujourd’hui.

Ceci s’accompagne d’un discours tantôt culpabilisant, tantôt menaçant, d’injonctions paradoxales et d’une propagande aussi ahurissante que clairement déconnectée de la réalité.  Le seul but de la manoeuvre étant de briser la résistance psychologique du peuple.  De tels moyens relèvent clairement de la guerre psychologique et laisseront des séquelles permanentes chez beaucoup de gens, et peut-être plus encore chez ceux qui y auront cru.  Combien de suicides?  Combien de gens qui ont totalement lâché la rampe pour basculer dans l’abattement et la dépression?  Combien se sont réfugiés dans l’alcool, les antidépresseurs ou les deux, totalement terrifiés à l’idée de reprendre contact avec la réalité?

La mauvaise nouvelle, c’est que cette torture infligée de manière parfaitement consciente sur le peuple par nos dirigeants, s’ajoutant aux autres crimes comme le refus de soins, l’enfermement, et l’assassinat de personnes âgées par sédation nous montre combien ils sont déterminés à aller jusqu’au bout, et qu’en aucun cas ils ne reviendront en arrière, parce qu’ils savent que ça se terminerait très mal pour eux.  Quel chantage, quelle terreur les tient qu’ils soient prêts à tuer par centaine de milliers si nécessaire, pour appliquer un agenda dont on voit bien qu’il est le même partout?

La bonne nouvelle tient dans la résilience naturelle de l’être humain lorsqu’il est confronté à l’adversité.  Sa capacité à faire corps, aussi, vous savez, cette qualité qui provoque littéralement de l’urticaire chez nos maîtres au point que c’est là l’un des premiers sujets de leurs « attentions ».

Mets le ma-masque, ne t’approche pas des autres, ne ris pas, surtout, la situation est grâaaave!  Ne sors plus, ne vois plus tes amis, ta famille.  Il est interdit de se divertir, il faut souffrir en silence, mais surtout, dans la solitude. 

C’est une marotte récurrente dans toutes les dictatures que de bannir le rire avant même la libre expression, et d’atomiser l’opposition en réduisant chaque citoyen en électron libre, déconnecté des autres et de ses racines.  En dictature la parole libre devient une arme par destination, et est, à ce titre, réprimée de toutes les façons.

C’est gros comme un mammouth laineux, mais la majorité n’ose pas s’insurger contre de telles méthodes, préférant faire le dos rond en attendant que ça passe.  On leur souhaite bon courage, puisque que c’est précisément parce qu’on ne s’oppose pas qu’ils iront toujours plus loin dans l’ignominie.

Se protéger de l’obligation vaccinale déguisée

On le voit aujourd’hui avec l’application du pass sanitaire notamment dans les hypermarchés, les lois liberticides bâclées sur un coin de table et entérinées par un Conseil Constitutionnel totalement corrompu ne résistent pas cinq minutes devant un juge, dès qu’il est saisi au titre que ces arrêtés sont discriminatoires et portent gravement atteinte à la liberté d’aller et venir.

De même avec les lois sur le travail, les arrêtés n’ont en rien modifié le droit antérieur et les lois existantes, d’ailleurs le législateur (en l’occurrence l’exécutif, eh) a prudemment pris soin de ne rien imposer aux employeurs, or :

Nul ne peut être contraint d’obéir à ce que la loi n’ordonne pas.

En pratique donc, si votre employeur vous contraint à produire un certificat de vaccination, c’est bien lui qui en prend la responsabilité et qui se met en tort de toutes les façons possible vis-à-vis de la loi.  S’il vous suspend sans salaire, il ne fait que s’enfoncer.   Pourquoi?  Tout simplement parce que vous avez un contrat avec votre employeur, soit un accord conclu entre deux personnes (une personne physique, une personne morale), et que les délires gouvernementaux ne changent rien aux conditions tant que le contrat reste d’application.  Pareil si vous êtes fonctionnaire, les lois existantes restent d’application.

Ainsi, si l’on vous met en demeure de produire un certificat vaccinal pour le 15 septembre, par exemple, exigez de votre employeur qu’il vous notifie ceci officiellement, par courrier signé d’un responsable.  En réponse à ce courrier par AR, notifiez à votre employeur que :

  • L’exigence d’un certificat de vaccination, sous quelque forme que ce soit, viole les lois sur le secret médical.
  • Le vaccin contre le covid n’est nullement obligatoire, exiger d’un employé qu’il le prenne sous la menace d’une suspension ou d’un licenciement relève de l’extorsion (art. 312-1 du code pénal), ce qui est un délit passible de 7 ans de prison et 100.000 € d’amende.
  • La loi n’impose nullement la suspension, qui reste donc l’initiative de l’employeur, qui en assumera la responsabilité le cas échéant.
  • Par ailleurs, votre contrat (et donc votre salaire), lui, ne peut être suspendu si cette clause n’y figure pas dans l’exemplaire signé.  Il se placerait donc en situation de rupture unilatérale de contrat, ce qui lui vaudrait une lourde condamnation devant les prud’hommes.

Il y a de bonnes chances qu’à la lecture de ceci, l’employeur consulte soit le service juridique, soit un avocat, et qu’à l’issue de cette consultation ses ardeurs à faire appliquer des lois liberticides se trouvent considérablement diminuées au point qu’il sera bien forcé d’acter votre refus de vaccination (ce que la loi lui enjoint, d’ailleurs), et de vous permettre de continuer à travailler normalement.

Dans le cas contraire?   Eh bien vous n’auriez rien perdu par rapport à ce qui sera votre situation de fait au 15 septembre, et vous ne vous serez à aucun moment mis en tort dans l’exécution de vos obligations contractuelles, ce qui vous permettra de contre-attaquer devant les prud’hommes, pour commencer.

La logique ici consiste à laisser l’employeur faire les pas nécessaire pour se mettre lui-même hors-la-loi, et de faire acter ceci à toutes fins que de droit, comme disent les bavards2.

Édifier votre forteresse

Presque aussi important que ce qui précède est de vous protéger des effets délétères de la propagande anxiogène, qui atteint littéralement des niveaux stratosphériques, ces temps-ci.   Les injonctions paradoxales, les mensonges et les menaces véhiculés par les médias et les politiques ont pour seul objectif de vous briser psychologiquement, afin de vous extorquer un consentement, l’acceptation de leur nouvel ordre mondial, qui ne sera qu’une dictature féroce dans le droit fil des pires dystopies.

L’un des dangers, que peu réalisent, c’est que ne pouvant réagir légitimement à la violence qui vous est faite, vous la transformez en haine, qui, bien ruminée, ne fait que vous dévorer de l’intérieur et accroît encore, si c’était possible, l’angoisse et le sentiment d’impuissance face à une machine implacable.

Or si vous regardez ça à partir de l’autre bout de la lorgnette, ces discours n’ont aucune conséquence concrète sur notre vie de tous les jours, il suffit, comme dans Harry Potter, de prononcer la formule magique « Ridiculus » pour que l’épouvantard retourne dans son placard.  En l’occurrence, éteindre la télé et ne pas lire les tombereaux de propagande qui se déversent dans la presse mainstream.

Nous devons être les murs de notre citadelle, et au sein de cette redoute, protéger notre famille, les relations humaines si précieuses en ces temps difficiles.  Nous devons sortir, aussi (manifs, par exemple), et tisser des liens avec nos semblables, plus que jamais aujourd’hui. 

Ce système qui s’impose comme étant omnipotent et plus soumis à aucune règle de droit est en fait aux abois, ce qui le rend dangereux, bien sûr, mais cette violence est avant tout un aveu de faiblesse.

Un dernier petit mot pour les éditeurs de blogs ou ceux qui prennent une large part dans le combat pour l’information sur internet : gardez toujours de la hauteur, une forme de distanciation par rapport à ce que vous faites.  Une réussite ou une rebuffade ne doivent être qu’un objet d’étude, pas un motif d’euphorie ou de découragement, les deux allant souvent de concert, en alternance.  Quand ceci se produit, c’est probablement que vous en faites trop au point d’y assujettir votre bien-être, et donc votre équilibre.  Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais c’est l’objectif que nous devrions viser.

Complément d’info : Guide pratique pour éviter la suspension sans salaire à partir de demain

  1. Depuis le 17 mars 2020, début du premier confinement
  2. avocats (ndlr)
avatar

Philippe Huysmans

Webmaster du Vilain Petit Canard, citoyen de nationalité belge, marié et père de deux enfants. Je vis en Belgique et j’exerce la profession d’Informaticien à Bruxelles. Mes articles

30 réflexions sur “Édifier votre forteresse

  • avatar
    28 août 2021 à 21:07
    Permalien

    « …ces discours n’ont aucune conséquence concrète sur notre vie de tous les jours… »
    Parfaitement juste.
    Prendre le temps de réfléchir en quoi « ces discours » touchent à notre vie quotidienne.
    Allons-nous tous les matins, midis, soirs aux restaurants, bars, musées, etc… exhiber son passe dit sanitaire devant des quidams qui n’en n’ont rien à foutre ?
    Pour ce genre de comportement « philanthropique » il faut vraiment avoir un porte-monnaie bien plein et vouloir en jouir comme le recommande les médias en mal d’encourager à requinquer la trésorerie des professionnels intéressés. Or ces derniers ont été étrillés joyeusement par les gouvernants et mis au chômdu pour éclaircir leurs rangs. C’est sans doute là qu’il convient de trouver le rôle du passe : la porte.

    Répondre
      • avatar
        29 août 2021 à 16:36
        Permalien

        Merci Philippe,
        Ce que vous écrivez correspond complètement à l etat d esprit dans lequel je suis : découragée à certains moments au point de penser « à quoi bon continuer » et envisager une que j aurais CHOISi ou prendre une arme et partir en guerre au sens propre du terme contre ces abrutis.
        Merci
        Ingrid

        Répondre
        • avatar
          29 août 2021 à 16:50
          Permalien

          La violence ne ferait que déchaîner la violence, malheureusement. Je ne sais trop comment tout ça se terminera, mais je sais par quoi il faut commencer : s’opposer pacifiquement.

          Et si violence il y a, elle viendra de l’autre bord.

          Répondre
          • avatar
            30 août 2021 à 04:20
            Permalien

            Tu es dans cette situation, parce qu’en bon chrétien tu as donné ta joue gauche pour être frappée, après que ta joue droite a été frappée, à la place après la frappe sur ta joue, tu n’as pas répondu en donnant des coups de pied très forts entre les jambes, de ton agresseur !
            Alors maintenant, continuez à vous faire botter le cul !

          • avatar
            30 août 2021 à 11:00
            Permalien

            Mmh et pendant ce temps, tu fais quoi, toi, tu as pris le maquis et tu fais sauter des lignes de chemin de fer? 🙂

          • avatar
            30 août 2021 à 10:28
            Permalien

            Pour mon compte personnel, je pense que la violence de l’autre bord s’est déjà largement exercée sur les peuples. Si ce virus est une fabrication humaine et qu’il a été sciemment « fuité » des labos qui le contenaient, c’est une déclaration de guerre biologique. Si les traitements qui soignaient ont été sciemment bloqués et interdits c’est de la non-assistance à personne en danger. Si les vaccins ont été conçus pour rendre les vaccinés malades à court, moyen et long termes, afin de faire un maximum de dégâts et donc de morts, c’est un biocide ni plus ni moins. Au stade où en sont les choses, je pense que toute violence exercée en retour envers les agresseurs (une partie, et en disant une partie j’exerce ma diplomation au maximum, des mondes politique, de la justice, de la médecine, de la police, de l’enseignement, de l’administration, …) qui ont assassiné, empoisonné, incarcéré, dépouillé, menacé, diffamé, … un nombre incalculable de gens ne pourra être considérée que comme légitime, proportionnée et salvatrice. Il suffira qu’elle ne soit pas aveugle pour être juste de tous les points de vue, moral comme légal. J’ai peur qu’en laissant les gouvernementaux exercer les premiers une violence pire que celle qu’ils ont déjà exercée, on ne soit plus jamais en état de se défendre sans risquer une guerre civile.

          • avatar
            30 août 2021 à 11:07
            Permalien

            Je pense exactement la même chose que vous, et ne vois pas trop, à terme, comment on pourra faire l’économie d’un graaand coup de balai. Reste maintenant à ce que tous les éveillés en arrivent à cette conclusion pour former une masse critique.

            Pour ça on peut compter sur le camp d’en-face qui ne fera qu’accroître la violence et les dénis de droit, ce n’est qu’une question de temps.

          • avatar
            31 août 2021 à 07:31
            Permalien

            La violence est l’intelligence des imbéciles, l’intelligent dialogue
            laplumeducitoyen.org

          • avatar
            31 août 2021 à 14:14
            Permalien

            > La violence est l’intelligence des imbéciles, l’intelligent dialogue

            lol . allez dire cela aux force de l’ordre qui massacre le manifestant pacifique….

        • avatar
          7 septembre 2021 à 05:58
          Permalien

          Merci infiniment pour cette chronique qui fait du bien ! Du recul en effet.. Ni euphorie, ni découragement, j’aime bien l’idée..
          Ne cédons pas.. Coupons ces radios..
          Et vivons.. En nous rassemblant !

          Répondre
  • avatar
    29 août 2021 à 15:23
    Permalien

    Maintenant, il faut réaliser qu’une des recommandations des GOPE est de laminer le tissus des PME pour laisser la place aux transnationales, parce que de mon point de vue de complotiste, le tissus des petites PME et TPE est LA résilience individuelle, en dehors de l’état.

    Ainsi si 3 personnes ont un « petit commerce » (peut importe le quel) et qu’ils trouvent un ‘marché’ dans leur zone de chalandise, ces 3 personnes sont indépendantes des bons vouloir de l’état, ils ont leur marché, leurs clients, leurs revenus et ils peuvent consommer de ces revenus, indépendamment des réformes de l’assurance chômage, retraite…

    si on multiplie cet exemple sur un territoire on crée une forte résilience, en créant de l’emploi non subventionné, au niveau local et une forme d’économie « circulaire » les bénéfices des uns faisant les recettes des autres. On peut même imaginer que la « localité » économique et entrepreneuriale crée un univers de travail peu toxique ou la limite entre employeur-employé et amis-amis peut être difficile à distinguer.

    On peut aussi imaginer que ce « point de départ » agrège des intégration verticales et horizontales, ainsi le restaurant se fournirait à un maraîcher local, l’hôtel sous -traiterait le ménage à une petite entreprise locale, la restauration aux boulanger et restaurant/traiteur…

    Un pole économique comme cela serait indépendant de l’état et pourrait même s’ouvrir à une monnaie locale puisque avec peu de ressources exogènes. Les relations professionnelles seraient également entachées d’empathie car les décideurs vivraient avec les « décidés », pour le dire autrement leur nouveau monde aliénant ne pourrait avoir lieu.

    Ainsi les GOPE ont pour objectif de laminer le tissus économique local afin de favoriser les transnationales qui sont l’antithèse de ce monde humain. Des décideurs vivant dans d’autres fuseaux horaires et n’ayant de rapport à la réalité qu’à travers des lignes de tableurs. Ou les ajustements ne bougent que des chiffres et ne montrent pas détruire des vies. Et il est plus facile de traiter avec 2 multinationales que 20 000 commerçants indépendants.

    Ainsi la problématique du boycot est compliqué. Pour les grandes chaînes la réponse est plutôt simple (encore que le franchisé n’a comme relation avec le franchiseur que le racket), les grand centres commerciaux…
    maintenant est-ce que détruire le bar-tabac pour qu’il soit remplacé à l’avenir par un starbuck qui a la capacité financière de traverser 5 ans de crises (en licenciant les salariés) est un bon mouvemetn sur l’échiquier global ? je n’en suis pas certain.

    Répondre
    • avatar
      29 août 2021 à 15:33
      Permalien

      Je pense que si de telles communautés devaient se mettre en place, le gouvernement aurait vite fait des les démolir à coups d’amendes, d’interdiction, et s’il le faut, de CRS.

      Répondre
      • avatar
        29 août 2021 à 22:36
        Permalien

        Pas si simple, parce que le circulaire est légal. Si on passait au système d’échange, il y aurai le soucis de la tva : c’est une guerre de longue date de l’état contre les S.E.L. mais cela peut prendre ubne forme de minoration des prix ( et de la tva) en échange de ‘trucs’ hors réseaux. on peut même le « légaliser » avec un prix fidélité, carte chose, association truc…

        Mais bien entendu il est évident que si une masse critique : 30% du PIB passait comme cela, ce serait compliqué pour eux et ils chercheraient à nous « désinciter ».

        mais con peut faire des montages entièrement légaux…

        Répondre
        • avatar
          29 août 2021 à 22:45
          Permalien

          Par exemple : 10% sur un carte ayant 30 points, 15% à 50 pts, 50% à 500 pts. suivant les montants.. on peut calculer par une formule mathématique… et dire qu’il y a aussi du hasard..

          on peut acheter des points on les payent moins cher si on les achète tôt, on peut en gagner en faisant des « trucs » dans l’association…. par exemple une journée chez le maraîcher à désherber (dans le jardin de l’asso…) x pts… ce serait légalement imparables… Ce serait comme les points gratuits dans GMS si on donne ses infos, son mails…

          Répondre
          • avatar
            30 août 2021 à 10:58
            Permalien

            Légalement imparable me fait doucement rigoler quand on voit ce que le pouvoir a fait de nos droits depuis 18 mois.

          • avatar
            30 août 2021 à 11:37
            Permalien

            Oui. mais comme je le professe dans le désert à chacune des rencontres. le pouvoir se moque des lois c’est un fait. MAIS si on utilise les même armes qu’eux ils vont avoir plus de mal. ainsi pour les réunion, les partis politiques n’ont pas besoin de pass sanitaire. Créons un parti politique, cela aura l’avantage de faire venir les avantages qui vont avec comme la défiscalisation des dons…
            Les grosses entreprises ont des holdings pour optimiser fiscalement, créons des holdings.

            copions ce qui est nécessaire pour eux en nous l’appropriant, ainsi s’ils veulent nous combattre, ils devront détruire les armes qu’ils utilisent contre nous. Mettons nous ensemble comme la tortue romaine plutôt que de partir chacun dans son coin à l’aventure comme un franc tireur.

            bien entendu, ils pourront toujours venir nous chercher des poux dans la tête, mais ils le font déjà…

          • avatar
            30 août 2021 à 12:37
            Permalien

            Je suis moyennement convaincu, les avantages, c’est pour eux, ils trouveront tous les moyens pour vous en priver « légalement », confisquant au passage ce que vous aurez accumulé. Le respect des lois n’est ici qu’une couverture, des oripeaux qui peinent de plus en plus à dissimuler ce qui se cache dessous.

          • avatar
            31 août 2021 à 14:16
            Permalien

            ok, il ne reste donc qu’à prendre des *****

            Note de la rédaction :

            Pas d’appel à la violence ici, je vous rappelle quand même que l’éditeur responsable, c’est moi.

          • avatar
            2 septembre 2021 à 07:46
            Permalien

            Ce n’était pas tellement un appel à la violence, que juste la seule alternative qui resterait si on ne veut pas rentrer dans le rang de l’esclave chinois ;-(

          • avatar
            2 septembre 2021 à 12:51
            Permalien

            Appelons un chat un chat, voulez-vous? C’était bien un appel à la violence qui aurait pu me valoir tout à la fois des ennuis judiciaires et la fermeture de mon petit média. Je comprends votre point de vue, mais je n’ai pas l’impression que vous publieriez celui-ci tel quel sur votre blog si vous en aviez un.

          • avatar
            3 septembre 2021 à 00:42
            Permalien

            alors là détrompez-vous. Vous avez l’impression que j’écris ici ce que je n’écrirais pas chez moi ? Rien n’est plus faux, j’écris moins ici que je n’écris chez moi. Je n’écris pas ici pour me défouler mais pour participer, je pourrais seulement écrire chez moi. Cela ne changerais rien pour moi et in fine cela n’aurait ni plus ni moins d’influence sur le monde ou sur les réponses que je pourrais avoir.

            Parce que les messages, « c’est la cata on peut rien faire attendons la mort sans rien faire »… je ne suis pas trop millénariste (si en plus on tient compte du fait que le millénaire est dépassé.) il n’y a pas 36 solutions et l’euphémisation rampante que l’on trouve partout ne trompe pas grand monde.

            Maintenant chacun fait ce qu’il veut chez soit et accueille qui il veut… je ne me sens important et bienvenu nul part. Et rien ni nul part n’est important à mes yeux.

          • avatar
            3 septembre 2021 à 12:39
            Permalien

            J’ai simplement dit que ce que vous aviez écrit, où il était question de fusils d’assaut, je ne pense pas que vous auriez le courage de l’écrire sur un site où vous seriez identifié et donc en position d’être poursuivi pour cela, ce qui ne manquerait pas d’arriver.

            Vous seriez bien naïf de penser que parce que nous ne ferions pas ce genre de déclarations fracassantes (et stupides), nous serions des moutons prêts pour être conduits sans renâcler à l’abattoir.

            Vous vivez désormais dans un monde qui bascule dans la dictature mondialisée, si vous pensez que ce sera une dictature molle, vous pensez mal, sans connaître la nature humaine et les ressorts d’un pouvoir totalitaire. Pour lutter contre ça, notre première tâche sera de rester en vie.

  • avatar
    30 août 2021 à 08:49
    Permalien

    Je suis tout à fait d’accord avec vous, nous sommes devenus les nouveaux jouets en particuliers pour certains partis politiques qui feraient mieux de changer leurs langages, quelle honte pour mieux nous soigner ils supprimeraient toutes nos libertés acquises par nos ancêtres au prix parfois de leur sang…
    Continuez de nous informer et merci.

    Répondre
    • avatar
      30 août 2021 à 11:01
      Permalien

      Ici j’ai quand même l’impression d’avoir affaire a des intentions encore moins avouables comme nous envoyer à la casse. Merci 🙂

      Répondre
  • avatar
    30 août 2021 à 22:22
    Permalien

    Pour la suite des évènements l’OMS pense au suivi par QR-CODE des vaccinés à l’échelon mondial et donc de lancer la chasse au non vacciné.
    Vous pouvez prendre connaissance de leur préconisation en ce domaine en téléchargeant le document suivant : WHO-2019-nCoV-Digital-certificates-vaccination-2021.1-eng.pdf

    Répondre
  • avatar
    31 août 2021 à 10:19
    Permalien

    Juste, très juste même. Vivre hors du courant, les doigt hors de la prise.
    Détaché de la masse mais investi pour ses proches.
    Le sérum et ses effets délétères est au menu de 2022, ce sera gastronomique.
    Catastrophique même.
    C’est comme les prévisions du GIEC, les pires deviennent le scénario le plus optimiste.
    Cette stérilisation de masse des humains, essentiellement occident et Asie, a-t-elle été planifiée ?
    L’explosion de l’immuno-déficience et des maladies le prochain hiver feront elles pencher la balance vers encore plus de folie ou enfin un peu de sagesse ?
    Des milliers d’années d’évolution de cette race humaine pour en arriver là, drôle et pathétique à la fois.
    Notre finitude est-elle tellement angoissante pour certain qu’il nous faille la précipiter ?
    Ce drame qui se joue devant nous, ses mauvais acteurs, son script nullissime et ses spectateurs amorphes me font aimer encore plus mes utopies d’un renversement de table car il n’y a rien à garder de ce système pourri jusqu’à la moëlle.
    Finalement, la covinerie est révélatrice de l’état de déliquescence moral, spirituel, économique, écologique, social de nos soi-disant démocraties.
    Pour ceux et celles qui n’étaient pas encore au courant 🙂

    Répondre
    • avatar
      31 août 2021 à 12:39
      Permalien

      Oui, on dirait que cette civilisation, sachant sa fin approcher, n’a de cesse que d’accélérer constamment le mouvement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.