Qui va l’emporter, le 0,01% ou Vandana Shiva ?

Le coronavirus a mis un coup d’arrêt brutal à l’activité humaine sur la planète. Nous avons été stoppés net dans notre élan, et le voile du confinement s’est abattu sur nous, aussi cruellement que la malédiction de la fée Carabosse sur le château de la Belle au bois dormant. Tout comme la malheureuse princesse, nous avons été soustraits au monde et, tout comme elle, nous attendons le baiser du Prince charmant qui nous ramènera à la vie.

Sauf que nous, malheureusement nous ne dormons pas. C’est plutôt comme si nous avions été piqués par une de ces tiques qui peuvent neutraliser certaines parties de notre système nerveux, et ainsi nous paralyser temporairement. Nous ne pouvons pas bouger mais notre cerveau fonctionne encore. Certains d’entre nous réfléchissent, d’autres passent le temps, pendant que ceux qui n’ont pas été piqués se dépensent dix fois plus pour s’occuper de nous, au péril de leur vie.

Mais tous, ceux qui courent deux fois plus vite que d’habitude comme ceux qui sont figés dans l’état où le confinement les a saisis, nous nous sentons comme suspendus à un fil au-dessus d’un précipice, et chacun se demande, avec angoisse, où il va tomber, lorsque le film redémarrera. La question est d’autant plus angoissante qu’une part de nous-mêmes ne comprend pas pourquoi « les gens se cachent dans leurs maisons comme si l’apocalypse des zombies avait finalement fait son apparition » alors que « nous ayons affaire à un virus qui, oui, est clairement mortel pour les personnes âgées et les personnes souffrant de morbidité, mais c’est un virus qui ne représente pas non plus une menace mortelle pour la majorité de l’espèce humaine », comme dit CJ Hopkins, un talentueux auteur dramatique étasunien basé à Berlin. Chacun de nous voit bien que la Suède les Pays-Bas et l’Allemagne qui n’ont pas du tout ou très peu confiné n’ont pas plus de morts que les autres pays dont le nombre de morts ne dépasse d’ailleurs pas le nombre habituel des épidémies annuelles de grippe. Pour Hopkins, « Nous approchons d’un niveau d’hystérie de masse fabriquée et de mentalité de troupeau que même Goebbels n’aurait pas pu imaginer. »

Comme au moment de la guerre en Irak.

« Les gens qui pensent ainsi savent que ce qu’ils croient n’est pas réel. Néanmoins, ils sont obligés d’y croire — et en fait d’y croire de façon littérale, aussi impossible que cela puisse paraître — parce que les conséquences de ne pas y croire sont encore plus effrayantes que la dissonance cognitive de croire un récit qu’ils savent être une fiction. Ne pas croire le récit officiel signifie l’excommunication de la « normalité », la perte d’amis, de revenus, de statut et, dans de nombreux cas, des punitions bien pires. »

On apprend d’ailleurs que celui qui, à coup de prédictions terrifiantes (550 000 décès du Covid-19 au Royaume-Uni) avait poussé la France et l’Angleterre à mettre en place un confinement généralisé obligatoire, prenait tellement au sérieux ses propres recommandations qu’il recevait sa petite amie chez lui en plein confinement ! Pris sur le fait, il a été obligé de démissionner du Conseil scientifique consultatif pour les situations d’urgence britannique (SAGE). J’ai nommé le professeur Ferguson, un statisticien tristement célèbre pour avoir « conseillé, en 2001, au Premier Ministre, Tony Blair, d’abattre six millions de têtes de bétail par crainte de la fièvre aphteuse, une mesure qui coûta 10 milliards de livres à l’agriculture britannique et marqua la fin de son élevage bovin ».

Gageons qu’il reparaîtra, telle la fée Carabosse, à la prochaine opportunité, car s’il a réchappé à son premier forfait, c’est sans doute qu’il sert des intérêts.

Et les intérêts de qui ? La réponse est facile, on la trouve partout sur Internet, les intérêts de ceux qu’on appelle le 0,01%. Il s’agit de quelques milliers de personnes si riches qu’elles peuvent acheter tout ce qui bouge et influencer la marche du monde. Toutes vouent le même culte fanatique au dieu Profit, et certaines, parmi les plus mégalomanes, veulent en plus diriger le monde et le modeler à leur image.

Docteur Mabuse

On a découvert le rôle trouble, pour ne pas dire malfaisant, que Soros avait joué pendant les révolutions de couleur. A l’heure du covid-19, c’est Bill Gates qui est sous le feu des projecteurs. Liliane Held-Khawam lui consacre un article particulièrement incisif. Il apparaît que Bill Gates a, très jeune, décidé d’être le « maître du monde » et qu’il a fait ce qu’il fallait pour cela. Dans l’article, il y a la vidéo d’un extrait de son discours à la Conférence annuelle TED2010, du 18/02/2010 :

« Il y a 6,8 milliards de gens sur la terre, et bientôt 9 milliards. Si on fait du bon boulot sur les nouveaux vaccins, services de santé, la santé reproductive, on pourrait réduire ça de 10% ou 15% ».

Lorsque j’ai entendu cela, j’ai cru à un lapsus, peut-être révélateur parce que je sais qu’il fait partie de ceux qui trouvent qu’il y a trop de monde sur terre. Le Monde, qui appartient à des milliardaires, s’est courageusement porté au secours du valeureux milliardaire calomnié par de méchants complotistes :

« Attention, ce n’est pas la population que Bill Gates espère réduire de 10 à 15 %, mais son accroissement, qui est actuellement très rapide ».

Peut-être, mais moi, en tout cas, il me fait penser au docteur Mabuse. Même la Maison Blanche le trouve louche, c’est dire ! Le 10 avril dernier, elle a lancé, avec dix ans de retard, une pétition, pour que sa fondation soit poursuivie : We Call For Investigations Into The « Bill & Melinda Gates Foundation » For Medical Malpractice & Crimes Against Humanity. Je l’ai signée.

Bill Gates possède, comme le docteur Mabuse, le don de changer d’apparence. Après son procès retentissant et sa condamnation pour abus de position dominante et pratiques anticoncurrentielles, il s’est métamorphosé en bon docteur. C’est ce qui s’appelle transformer un échec en succès. La philanthropie a permis à l’homme le plus riche de la planète (sa fortune s’élève à 96,5 milliards de dollars, selon le classement Forbes 2019) de redorer son image, tout en lui ouvrant une voie royale pour parachever sa conquête du monde. La philanthropie fait recette en Occident où les milliardaires, après avoir volé la plus grande partie de la richesse produite par les travailleurs, en restitue une poignée aux malheureux qu’ils ont dépossédés avec l’appui des gouvernements qu’ils ont achetés, sous les applaudissements enthousiastes des médias qu’ils possèdent.

C’est là que vous allez me dire, d’accord, mais le docteur Mabuse voulait dominer le monde pour le détruire tandis que Bill Gates veut le sauver. Hélas, c’est oublier que charité bien ordonnée commence par soi-même ! Le journaliste français Lionel Astruc, ne fait pas mystère que son objectif, en écrivant L’art de la fausse générosité – La Fondation Bill et Melinda Gates, était « de faire en sorte qu’on sache à qui on a réellement affaire ! »

Il affirme que Bill Gates « maîtrise l’art de transformer cette pseudo-générosité en pouvoir pour alimenter un système qui le porte, lui, en haut de la pyramide », et que son agenda « menace la démocratie ».

Sa Fondation Bill et Melinda Gates, dégrevée d’impôts, s’est donné « pour missions la lutte contre la pauvreté, la protection de la santé, le renforcement de l’éducation, la promotion d’une agriculture intensive ».

Qui ne trouverait pas cela admirable ?

Bill Gates n’a pas besoin d’hypnotiser ses proies comme le docteur Mabuse, il se contente d’utiliser une partie des économies que sa fondation lui fait réaliser pour s’infiltrer partout où ça lui chante et faire à peu près tout ce qui lui chante. Et son truc, c’est l’eugénisme, la manipulation génétique, la vaccination tous azimuts, le traçage électronique, le transhumanisme, bref tout ce qui nous prépare un avenir radieux. Selon Astruc :

« Bill Gates a la conviction que la technologie et les grandes entreprises sont la solution pour sauver le monde. Dans le domaine agricole, il choisit de soutenir l’agriculture chimique, biotechnologique, et en particulier le développement des OGM, notamment en Afrique, au détriment des semences libres, de l’agriculture vivrière et des petits paysans ».

Dans un article intitulé L’armée américaine et Bill Gates investissent dans la manipulation génétique à grande échelle, de Bastamag, on apprend que la DARPA, une agence étasunienne, met au point le « forçage génétique » qui « vise à modifier un gène et à faire en sorte que ce trait nouveau se transmette ensuite le plus rapidement possible à toute une espèce animale ou végétale, dans le but, par exemple, de limiter sa capacité de reproduction ou de la rendre plus vulnérable à une maladie ou à un produit chimique » et que « La Fondation Bill & Melinda Gates aurait versé 1,6 millions de dollars à l’entreprise de « relations publiques » Emerging A.G. « Cette entreprise a notamment recruté des scientifiques pour influencer un des forums en ligne mis en place par les Nations unies sur les questions de biologie synthétique et de forçage génétique. »

Son rêve est de vacciner 7 milliards d’individus, de gré ou de force. Comme par hasard, le vaccin « SynCon » d’Inovio pour le covid-19 qu’il promeut, se retrouve, selon Whitney Webb, en tête du peloton :

« Le soutien de Gates aux vaccins à ADN et à ARN est significatif, étant donné que Gates – un milliardaire ayant une influence et un contrôle inégalés sur la politique mondiale de santé – a récemment affirmé que les meilleures options pour un vaccin contre le Covid-19 sont ces mêmes vaccins, malgré le fait qu’ils n’aient jamais été approuvés auparavant pour une utilisation chez l’homme. » Et que leur efficacité ne soit pas prouvée comme l’a indiqué Nature.

Astruc appelle cela le « philanthrocapitalisme ». Il dit que cela « devient un nouveau signe extérieur d’appartenance à la communauté des super-riches, comme ont pu l’être les jets privés et les villas somptueuses ».

Mais cela n’a rien d’anodin, comme le souligne la sociologue Linsey McGoey :

« Ce déluge de philanthropie a contribué à l’avènement d’un monde où les milliardaires concentrent toujours plus de pouvoir sur les politiques d’éducation, l’agriculture mondiale et la santé comme jamais auparavant ».

Et Astruc de renchérir :

« Où est le contrôle démocratique ? Ce pouvoir permet au 1 % de la population mondiale qui possède la moitié des richesses de la planète de consolider le système qui les a conduits à cette situation ».

On en est arrivé là parce que depuis les années 1980, la dérégulation a permis aux gros de manger les petits. Les multinationales sont devenues si puissantes qu’elles ont pris le pouvoir sur les États et qu’elles absorbent toute la richesse produite par le travail, comme les tiques qui sucent le sang de leurs victimes paralysées.

Bill Gates et ses comparses sont très performants. D’abord, ils ont des objectifs clairs, précis et détaillés qui couvrent toutes les options. Ensuite, ils ont toujours une longueur d’avance sur le commun des mortels, vu qu’ils ont les moyens de s’offrir les meilleurs services des meilleurs professionnels dans tous les domaines . De plus, le règne de l’argent-roi leur ouvre toutes les portes, du fait de la corruption galopante des élites compradores. Enfin, ils ont le pouvoir de détruire sans difficulté ceux qui osent les critiquer.

Ils rencontrent donc peu d’opposition, mais la faiblesse de l’opposition tient aussi à la faiblesse des projets de société alternatifs. On ne peut s’empêcher de penser avec nostalgie à l’époque où le communisme représentait un espoir assez puissant pour soulever les masses. Bien sûr, il y a toutes sortes d’idées et d’expériences alternatives, certaines même impressionnantes, mais chaque effort pour aboutir à un projet commun tourne en eau de boudin à force de vouloir satisfaire tout le monde, comme en témoigne cet appel du 1er mai qui ne remet même pas en cause le capitalisme. Et même dans les groupes radicaux qui veulent sortir du capitalisme, les idées vraiment révolutionnaires, comme celles de Bernard Friot qui prône une société sans employeurs, sans actionnaires et sans prêteurs, ou celles de Benoît Borrits qui propose des pistes pour supprimer la propriété privée des moyens de production ne rencontrent qu’un succès d’estime.

Une bonne fée

En dehors de tous les lanceurs d’alerte qui au péril de leur carrière et parfois de leur vie dénoncent les méfaits de cette caste toute puissante, une bonne fée lutte pied à pied, sur le terrain, en Inde, pour défendre l’écologie et l’agriculture biologique. Elle combat, dans son pays et dans le monde, l’action prédatrice des multinationales comme Monsanto. Il s’agit de Vandana Shiva, une écologiste, écrivaine et féministe qui dirige la Fondation de la recherche pour la science, les technologies et les ressources naturelles. Elle a reçu le prix Nobel alternatif en 1993.

Vandana a eu affaire à Bill Gates en Inde, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne le porte pas dans son cœur. A 5’45, dans cette vidéo, elle le décrit comme un Christophe Collomb dont la mission serait « d’imposer des organismes génétiquement modifiés et la dictature digitale aux petits fermiers du monde entier ». Selon elle, « il ne veut pas du tout aider les gens, il veut appauvrir les gens et les rendre dépendant. Il continue le travail de Monsanto » (qui a détruit l’agriculture locale et ruiné les paysans), en promouvant les OGM et les produits chimiques qui détruisent le vivant. Elle l’accuse de « biopiraterie » parce qu’il manipule les semences pour se les approprier. Pour elle, « Zucherberg et lui veulent surveiller le monde entier et ils manipulent les élections (Cambridge analytica) ». Ce sont des « dictateurs qui veulent détruire la démocratie », (criminalisation de l’argent liquide, des graines naturelles, surveillance digitale, etc.)

La bonne fée et ses amies feront-elles le poids face au redoutable docteur Mabuse? On se souvient que si Flora, Pimprenelle et Pâquerette n’ont pas pu conjurer complètement le mauvais sort de la fée Carabosse, elles ont tout de même réussi à transformer la mort en sommeil.

Pendant l’épidémie, les guignols qui nous gouvernent au quotidien ont occupé le devant de la scène avec leurs frasques, leurs bévues et leurs délires, mais pendant que nous nous gaussions d’eux, les vrais maîtres, ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre, préparaient leurs mauvais coups. Et à l’approche du déconfinement, nous sortons de notre engourdissement pour nous apercevoir qu’en guise de Prince charmant, nous avons le docteur Mabuse.

Pour garder notre liberté, pour empêcher les tout-puissants seigneurs du 0,01% de faire de nous des esclaves robotisés, il faudra que la vie elle-même se mette de notre côté.

Vous aimerez aussi...

31 réponses

  1. thierry dit :

    Article intéressant mais à prendre avec des pincettes. Comme toujours beaucoup trop dirigé vers les complots et autres balivernes. Que Bill Gates ne soit pas un saint évidemment, c’est un homme d’affaires avant tout. Qu’il a fait vulgairement des choses pas très catholiques avec sa société d’informatique, très probablement. Maintenant, qu’il soit décrit comme une immonde crapule à l’affût , vu ce que l’on pourrait croire en lisant cet article, il y a un pas que certains n’hésitent pas à franchir. Je me méfie comme de la peste des personnes qui prônent le tout blanc ou le tout noir. En plus, admettons que ce soit vrai, vous l’avez écrit avec quel logiciel votre article… Jusqu’à preuve du contraire, la majorité sont écrits avec quoi vous savez…

    • Bonjour,

      Tout d’abord cet article est signé Dominique Muselet, il n’est pas de moi.

      Pour ma part, je n’ai rien écrit d’autre que des faits, lesquels se trouvent être largement documentés par la presse mainstream (Arte par exemple), même si ces temps-ci ils ont la mémoire courte. La collusion entre Gates et l’OMS, dont il est le principal donnateur, et la propension à cette même OMS de pousser partout et en tout temps à la vaccination, ne sont un secret pour personne.

      Saviez-vous que la France vient de publier par décret un accord cadre étendu de collaboration avec l’OMS ? Dans la hiérarchie des normes, c’est apparenté à un traité international, placé de fait au-dessus des lois et de la constitution. Oui, par décret. Devinez qui va recevoir sa petite piqûouse obligatoire de vaccin « covid » dès qu’il sera prêt ? Le Dannemark a déjà voté pareille loi et il s’en est fallu d’un cheveu pour qu’ils permettent aux forces de l’ordre de pénétrer chez tout citoyen qui serait ne serait-ce que « soupçonné » d’être infecté par le covid ?

      Je ne suis pas conspirationniste, mais comme dirait Frank Lepage, il y a deux erreurs à ne pas commettre avec les conspirations : en voir partout et n’en voir nulle part.

      Ah, aussi je suis en train de creuser un peu un autre sujet qui tient à coeur de notre « ami » Bill, le philantrope. L’ajout d’HCG dans des vaccins anti-tétaniques distribués en Afrique à l’époque. Pour info, c’est de la stérilisation forcée puisque ce petit ajout n’était mentionné nulle part. Drôle de façon de faire du planning familial, eh ? Pour l’instant j’en suis à la phase de documentation et de recherche de sources fiables, et le cas échéant, j’en ferai un article.

      Accessoirement j’écris mes articles directement dans l’éditeur de WordPress, et les rend publics après relecture et correction.

      • thierry dit :

        Bonjour,
        Oui effectivement j’aurai dû préciser le nom.
        Je ne sais pas quoi penser de Bill Gates, mais si son comportement est réellement celui-là, c’est affligeant de médiocrité, et il est complètement timbré.

        Maintenant, la désinformation sur les vaccins, est aussi affligeante.
        Les vaccins sont indispensables, (mais pas n’importe comment) et bien entendu en Afrique.

        De là à faire 11 vaccins comme en France, par rapport à la Belgique qui en fait nettement moins, et dont les enfants ne s’en portent pas plus mal, il y a de quoi se poser évidement des questions sur les neurones de certains dirigeants et de certains médecins.

        Ces derniers, comme tout le monde le sais sont sensés avoir tous un diplôme de médecin, mais sont-ils tous pour autant des médecins sensés? Par expérience, je sais que non, et des véritables abrutis, il y en a dans cette profession.

        (Sur votre site) votre profil me parle bien, et je partage avec vous pas mal de vos convictions.

        • MaudBT dit :

          Effectivement la désinformation sur les vaccins est affligeante mais pas de la façon dont vous l’entendez.
          Les vaccins sont indispensables ? Ah oui ?
          Allez sur les sites de Marc Girard ou de Michel de Lorgeril et vous trouverez des études fouillées sur les vaccins. Vous comprendrez vite que la vaccination est un dogme « qui ne se discute pas ». Or, en science, tout peut et doit être discuté.
          Heureusement, il reste des scientifiques rigoureux qui ne se satisfont pas de la parole officielle dominée par big pharma et qui étudient les vaccins et leur efficacité réelle ou supposée. C’est difficile de reconnaitre qu’on a été manipulé depuis tant d’années et pourtant….

          • thierry dit :

            MaudBt Donc pour vous aucun vaccin n’est utile? Ah bon!
            J’ai habité toute ma jeunesse en Afrique et mon propre père s’occupait des pays en voie de développement. La pauvreté, la misère, je l’ai vue de mes propres yeux là bas, et ailleurs, comme en Inde par exemple.
            Donc allez raconter ça ailleurs.

          • Faut arrêter le manichéisme, entre « tout » et « rien » il y a de la place pour l’utilisation raisonnable quand les bénéfices sont supérieurs aux risques (polio par ex).

      • MT dit :

        Bonsoir,

        Vous dites que » la France vient de publier par décret un accord cadre étendu de collaboration avec l’OMS ? Dans la hiérarchie des normes, c’est apparenté à un traité international, placé de fait au-dessus des lois et de la constitution. Oui, par décret.  »

        Je ne comprends pas: le décret est en-dessous des lois et de la constitution, non? Pourriez-vous m’expliquer ce que vous voulez dire?
        Dans l’absolu, je suis persuadée que s’ils arrivent à mettre au point un vaccin, ils le rendront obligatoire. Ils ont raté le coche en 2009 avec Pandemrix; Marc Girard, expert en pharmacovigilance et pharmacoépidémiologie les avait bien fait chier (ce vaccin bâclé et défectueux s’était avéré neurotoxique entrainant des narcolepsies entre autres, les conséquences auraient été encore plus dramatiques s’il avait été généralisé)

        Par ailleurs, auriez-vous une référence pour le Danemark et ce qu’il a failli s’y passer?
        J’avais lu au début du confinement que: « Parmi les initiatives, une loi permet au ministre de la santé de pouvoir lancer des examens forcés, un traitement forcé et une mise en quarantaine en cas de suspicion d’infection par coronavirus.
        De plus, la vaccination peut être administrée par coercition. Cependant, il n’existe aucun vaccin contre le nouveau virus. […] La police a la possibilité d’utiliser le pouvoir nécessaire pour assurer la mise en œuvre des mesures d’urgence. […] Nous devons également nous occuper des éléments fondamentaux de notre démocratie que nous sommes prêt à compromettre pour sauver des vies ». Mais je n’ai pas suivi depuis mi-mars ce qu’il en était là-bas.

        Pour cette histoire d’HCG et de vaccin anti-tétanique, j’en ai déjà entendu parler sans jamais creuser l’affaire. Ils en discutent sur le site de Michel de Lorgeril:
        – Pour: https://fr.sott.net/article/35562-Quand-Bill-Gates-sterilisait-des-millions-de-femmes-a-coups-de-seringue (info à prendre avec des pincettes je pense…)
        – Contre: https://www.snopes.com/fact-check/tetanus-vaccine-sterilization/

        • Bonjour Mélanie,

          Non, les traités sont bel & bien au dessus des lois et même de la constitution, raison pour laquelle ils devraient être à tout le moins validés par la population ou a défaut, l’ensemble des parlements. On pourrait comparer au TFUE, si vous voulez.

          Je ne vais pas détailler, mais croyez que j’en connais un brin sur la question pour en avoir discuté avec des juristes et étudié la question. Rien ne vous empêche au demeurant de vous informer sur internet, voyez par exemple les traités comme TAFTA ?

          Pour le Dannemark, je vois que non seulement vous comprenez, mais vous sentez qu’il y a quelque chose. Moi aussi, mais je ne vois pas pour l’instant le but, même si ça se généralise (on observe ça dans d’autres régions du monde). Quel est le but ? Je n’en sais rien à ce stade, mais pour mettre en cause la liberté individuelle et l’inviolabilité de votre domicile, j’imagine que ça ne peut pas être banal.

          Espérant avoir pu répondre à vos questionnements (au moins partiellement, je ne suis pas devin).

          • MT dit :

            Désolée d’insister… Vous parlez d’un décret et non d’un traité.
            Ca doit être celui-ci:
            https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041721661&categorieLien=id

            Je n’y connais absolument rien en droit mais j’avais été voir justement dans la hiérarchie des lois et le DECRET (pas le traité) est en-dessous. Il doit y avoir une chose qui m’échappe, vous me semblez quelqu’un de sérieux.

            Je connais bien mieux le sujet des obligations vaccinales en France et ça n’est pas sans rapport avec ce qu’il se passe aujourd’hui.
            En 2008, l’industrie pharmaceutique a rendu sciemment indisponible le DTP sous un prétexte fallacieux pour imposer l’hexavalent, bien plus rentable; un coup de force tellement hallucinant quand on pense que seul le DTP était obligatoire à l’époque, les parents se sont retrouvés dans l’incapacité de respecter la loi sans être obligés de « consommer » des valences facultatives, ça s’apparente à une vente forcée, fallait oser quand même!

            Marc Girard explique que c’était une provocation-test. Il avait prédit que les obligations vaccinales s’élargiraient: bingo et ce dans l’indifférence quasi-générale.
            L’industrie pharmaceutique crée depuis l’hépatite B de fausses alertes sanitaires avec l’aide des experts et des politiques corrompus ou manipulables pour ouvrir toujours plus de nouveaux marchés. Les vaccins sont vraiment le mode opératoire préférentiel de Big Pharma pour engranger des bénéfices. Nous sommes entrés dans l’aire de la dictature médicale et ça n’est pas prêt de s’arrêter…
            Ils voudraient rendre obligatoire le Gardasil (encore un vaccin inutile et bâclé, qui n’a jamais fait la preuve de son efficacité).
            Alors, on imagine sans peine que s’ils arrivent à mettre au point un vaccin contre le COVID-19, il sera rendu obligatoire. Heureusement, il semble que ça ne soit pas gagné, avec cette histoire d’anticorps facilitateurs ça semble compliqué.

            Il fut un temps où les maladies infectieuses représentaient un vrai problème de santé publique en France et où la mise au point des vaccins avait un sens bien que leur efficacité et innocuité soit sujette à caution (même pour la polio, on se retrouve aujourd’hui avec des souches circulantes d’origine vaccinale, c’est la galère).
            Depuis les années 80, c’est la débandade: plus les maladies sont bénignes et/ou rares, plus on vaccine: la santé de nos enfants s’est-elle pour autant améliorée? Personne pour répondre à cette simple question de santé publique alors que le bénéfice-risque tend de plus en plus vers l’insoutenable.
            Les essais cliniques sont d’une telle médiocrité que je peine à comprendre comment la pharmacie industrielle a pu en arriver là et tous les verrous de sécurité (agences de contrôles) ont sauté.

            Marc Girard résume bien la situation: « De façon imagée, on peut dire que par rapport aux médicaments “classiques”, les vaccins sont des voitures de Formule 1: le paradoxe, c’est que pour avoir le droit de conduire de tels bolides, les autorités n’exigent qu’un permis de conduire simplifié…  »

            Pour ce qui est des pays pauvres, c’est d’eau potable, de nourriture dont ils ont besoin et certainement pas de vaccins en priorité. Une étude tendait même à prouver une surmortalité en Afrique avec le DTC il me semble.

            Je m’éloigne un peu du sujet avec les vaccinations mais pas tant que ça car la dictature médicale en marche et la soumission des populations qui s’en remettent entre les mains des experts corrompus ne présage rien de bon. Il y a le vaccin mais aussi les autres traitements, les tests, le contrôle des populations…

            Raoult est probablement un type compétent dans certains domaines mais sa position sur les vaccins est réellement insoutenable. Hormis le fait qu’il soit opposé à l’obligation vaccinale ce qui est pour moi une bonne chose, il préconise de vacciner à peu près tout le monde contre tout et n’importe quoi. C’est réellement irresponsable de sa part. Ce type a été complètement à côté de la plaque lors de la grippe porcine. Alors pour la Chloroquine, je ne sais pas, mais pour le reste, je ne lui ferai aucune confiance!

            Pour terminer (désolée je parle beaucoup), vos écrits sont un rayon de soleil: continuez++!

          • Et désolé moi-aussi d’insister mais il s’agit bien d’un traité international… activé par décret, même si c’est juste aberrant. Contrairement à vous j’ai de bonnes notions de droit mais en particulier, cette remarque a tout d’abord été faite par une avocate française, voyez ici aux alentours de 10 min. https://youtu.be/aXwd-iLhmPY?t=570

            On la sent venir, l’obligation, mais dans la mesure où la maladie aura disparu, on peut se poser la question du « pourquoi ». Ce qui m’amène à autre chose, dans les campagnes de vaccination de Bill, on a remarqué que si le vaccin paraissait relativement inoffensif, lorsque les gens, après, étaient confrontés à la version « sauvage » du virus, ils mouraient comme des mouches en raison d’orages cytokiniques.

      • MT dit :

        Pour la vaccin anti-ténanique et l’HCG, il y a ça:

        https://www.scirp.org/journal/paperinformation.aspx?paperid=81838

        • Rebonjour Mélanie,

          J’avais vu les papiers d’Oller, la question que je me pose à ce stade, est-ce « peer reviewed » ?

          Le gars est décrié, je ne sais si c’est à raison, ou pas, je n’aime pas balancer de fausses informations, j’ai trop de respect pour mon lectorat.

  2. MaudBT dit :

    C’est bien ce que je dis : c’est un dogme ! Aux 18è et 19è siècles, les ouvriers des pays européens vivaient dans des conditions inimaginables (taudis, promiscuité, pas d’eau potable..). Il y avait la polio, le choléra… Heureusement si on peut dire, les bourgeois tombaient aussi malades. Ils ont détruit les taudis, amélioré les conditions sanitaires et les maladies ont disparu. Dans les pays comme l’Afrique et l’Inde, il faudrait faire la même chose ; il y aurait moins de maladies. Mais il faut croire que c’est plus rentable de vacciner.

  3. thierry dit :

    Pr Didier Raoult:
    « Etes- vous pour ou contre les vaccins? n’a pas de sens, et elle a tort de caricaturer la discussion »
    En réalité, face à une épidémie grave et menaçante , tout le monde devrait être pour le vaccin.
    Face à une maladie disparue,tout le monde devrait être contre. »

  4. MaudBT dit :

    Le Pr Raoult est infectiologue. On le voit beaucoup à la TV parler de choses qui ne sont pas forcément de son domaine de compétence.
    Le Dr de Lorgeril est médecin, expert international en épidémiologie et physiologie. De plus, il est spécialiste en méthodologie des sciences. Il sait de quoi il parle quand il parle des vaccins. C’est donc lui ma référence.
    Sur ce, j’arrête là la discussion. Nous ne serons jamais d’accord.

    • Bonjour Maud,

      Je constate quand même que les gens qui contestent Raoult sont bien souvent nettement moins compétents dans le domaine et que ses résultats parlent pour lui. Saviez-vous que l’épidémie sur le « Charles De Gaulle » a été soignée à la Chloroquine ? 1 mort en tout pour tout.

      Et dans plein de pays, pareil.

      Voilà, moi je ne suis pas docteur en médecine, mais je ne suis pas aveugle non plus, ni sourd.

      • MaudBT dit :

        Bonjour,
        Juste un mot pour vous dire que, quand vos lecteurs utilisent un pseudo, il y a une raison. Vous devriez vous en servir et éviter de donner des infos sur leur nom.
        Au fait, je n’ai jamais parlé de la chloroquine mais des vaccins.

  5. MaudBT dit :

    Bonjour,
    Vous dites que les traités sont au-dessus des loi et même de la constitution.
    Mais là, il s’agit d’un accord-cadre. C’est la même chose qu’un traité ou y a-t-il une différence ??

    • Vous plairait-il d’écouter ce qu’en disait Valérie Bugault ? C’est juste un autre nom pour un Traité international.

      • MaudBT dit :

        Je suis en train de naviguer sur le site Strategika mais il y a beaucoup de choses !
        Si vous avez un lien utile, je veux bien que vous me l’indiquiez. Merci

        • thierry dit :

          Bonjour,

          Suite à la discussion que j’ai eu avec vous, et comme je suis d’un tempérament curieux, je suis allé voir sur le site du dr de Lorgeril.

          Son site est intéressant, et on y apprend évidemment certaines choses.
          J’y ai passé quand même un peu de temps, et regarder les commentaires de certains.

          Monsieur de Lorgeril, n’est pas un adepte de la vaccination et le laisse bien entendre.

          Maintenant, est-il dans le vrai, je ne suis pas à même de juger, mais il est visiblement en désaccord avec le milieu médical sur ce sujet.

          Il est certain que la vaccination est une rente pour les firmes pharmaceutiques, c’est absolument évident, mais est-ce inutile, là je suis beaucoup moins convaincu.

          Dans certaines discussions sur lesquelles il participe, il y a des personnes qui visiblement émettent des réserves, se posent des questions parce que c’est aussi leur droit.
          Là, il n’est pas toujours diplomate, à la limite un peu condescendant.

          C’est une personne certainement compétente, mais il y en a d’autres.

          Les autres médecins, scientifiques ne sont pas non plus que des ignares.

          Ces débats sur les vaccins existent, très probablement parce qu’en réalité, ce sujet n’est pas totalement bien maîtrisé ou compris par le corps médical.

          Il y a une chose intangible, en science, dans n’importe quel domaine, quand un problème, une théorie, une thèse, est parfaitement comprise de A à Z et démontrée sans le moindre doute, tous les débats contradictoires, exposés, conférences, annonces diverses, s’arrêtent. Le sujet est clos.

          Donc, pour la vaccination, il a peut-être raison sur le fond, mais il faut le démontrer sans le moindre doute.

          Je reste perplexe quand dans cette vidé
          o, vers la fin de l’entretien, le journaliste lui pose une question simple: « Que doivent faire des jeunes parents avec leurs jeunes enfants, vacciner ou pas »?.
          Quand on est opposé à la vaccination, que l’on écrit des livres sur ce sujet, qui évidemment sont vendus dans le commerce, et que l’on ne répond pas à une question aussi simple et directe, eh bien…. sans commentaire.
          Il faut assumer, c’est aussi simple que ça.
          A 18.35mn
          https://youtu.be/N-4a8TSGruo

          • Bonjour,

            En science dure comme en histoire, un débat n’est jamais « vidé ». Einstein a méchamment mis du plomb dans l’aile des travaux de Newton pourtant considérés comme « la vérité ». Newton n’avait pas « tort », on parle d’un autre domaine d’application (hautes vitesses, masses énormes), il n’aurait pas pu le savoir.

            Perso je ne suis pas « antivax », mes enfants sont vaccinés : à l’époque j’ai posé la question à mon doc, il m’a répondu « il y a du pour, et du contre », mais on parle bien des vaccins de base…

            Ici on parlerait plutôt de saloperies qui ne seront pas (vraiment) testées, ce sera nous les cobayes. Moi je dis merci, mais non merci !

            Les vaccins, j’avais écrit dessus en 2017, en évoquant les questions qui piquent

            Et notamment celles des adjuvants, dont les sels d’alu (au deumeurant inutiles et dangereux seulement utilisés pour limiter les coûts de production).

  6. thierry dit :

    Bonjour,

    Votre commentaire est juste, en science rien n’est éternel, et toutes les théories peuvent êtres mises à mal.
    Isaac Newton c’est le 17ème siècle, c’était impossible pour lui de le savoir, c’était 300 ans avant Einstein.

    Sur Einstein, il y a visiblement pas mal de controverses.
    L’accès à certaines archives contenant des millions de documents ayant été ouverts aux Etats-Unis, on y aurait découvert entre autre des incohérences de dates.
    Des scientifiques américains (physiciens) seraient même venus à Paris avec des documents démontrant que ce serait en réalité Henry Poincaré qui aurait été à la base de la fameuse théorie de la relativité.
    Ce qui est étonnant effectivement, c’est que Albert Einstein n’a jamais reçu un prix Nobel pour cette théorie, mais bien un prix Nobel pour la photoélectricité.
    Je ne peux pas en dire plus. Et de toute façon, ça n’empêchera pas la terre de tourner.

    Ce que je sais en revanche, c’est que le monde scientifique n’est pas un monde de bisounours, et que certains n’hésitent pas à s’approprier les idées des autres sans vergogne.
    Un de mes cousins physicien en optique et travaillant à L’ULB en a fait l’amère expérience en retrouvant des publications et articles de lui et de son équipe dans un magazine scientifique, alors qu’il n’avait pas donné son accord, et a vu cela en plus par hasard. C’est purement du vol de données.

    Pour continuer sur les vaccins, je ne suis pas un fan de la vaccination. Le tétanos quand j’y pense.

    En science, il y a évidemment la formation que l’on a, mais avant tout l’observation et la curiosité.

    On retrouve avec ce problème sur la vaccination, le même problème que dans d’autres sciences.
    Le domaine climatique, en est un parfait exemple. Ayant lu pas mal de livres sérieusement sur ce sujet depuis des années, je me suis fait une certaine idée.

    Je pense que l’on fait fausse route avec les problèmes climatiques, parce qu’en réalité ils ne sont pas encore totalement compris, loin de là.
    Je pense que certains me décriraient volontiers comme un climato -septique . Je dirais climato-réaliste parce que je ne nie pas un certain réchauffement, mais que ce soit l’homme qui le provoque et uniquement lui, ça c’est une autre histoire. L’homme pollue oui certainement, fait des conneries oui, mais pas que, pour le reste.

    • Pour poincarré j’étais déjà au courant, en fait, dès les travaux de Maxwell, la relativité était dans l’air et la formule e=mc2 avait déjà été exprimée, notamment par Poincarré mais pas dans le même ordre.

  7. Moi dit :

    Vous écrivîtes:  » il y a deux erreurs à ne pas commettre avec les conspirations : en voir partout et n’en voir nulle part. » … Votre fort intéréssant article énonce tant de vérités et d’effarants constats quasi-incroyables, qu’il paraît complotiste. C’est handicapant si l’on veut le faire lire à des moutons bienpensants.

    • Vous mettez le doigt sur un problème bien réel. En fait c’est à chacun de faire son propre cheminement vers la sortie de la caverne de Platon, et généralement ça prend plusieurs années tant on a été biberonnés à la propagande depuis notre plus jeune âge.

      • Moi dit :

        Je vous remercie pour votre réponse

      • thierry dit :

        Bonjour,
        J’ai trouvé cet article de l’AFP.
        Vérité ou pas, That’s the question?

        FactuelLe fact-checking par l’AFP
        Non, le vaccin contre la polio promu par Bill Gates n’a pas paralysé près de 500 000 enfants en Inde

        Ladka Mortkowitz, AFP Czech Republic Facebook Twitter Email Publié le mercredi 20 mai 2020 à 17:58Mis à jour le mercredi 20 mai 2020 à 23:11
        Des publications qui circulent sur les réseaux sociaux depuis fin avril affirment qu’une campagne de vaccination contre la polio soutenue par la Fondation Bill Gates en Inde aurait laissé 496.000 enfants paralysés entre 2000 et 2017. La Fondation Bill Gates dément ces accusations. Si ce type de paralysie existe réellement, seule une vingtaine de cas développés à cause de virus dérivés de souches vaccinales ont été répertoriés sur cette période, selon l’OMS.

        « Les médecins indiens accusent M. Gates d’une épidémie dévastatrice de polio à souches vaccinales qui a paralysé 496 000 enfants entre 2000 et 2017. En 2017, le gouvernement indien a abandonné le régime de vaccination de M. Gates et l’a expulsé. Le taux de paralysie due à la polio a chuté de façon précipité » : c’est ce qu’affirme un article, publié sur le site No Signal Found, et partagé plus de 3500 fois dans des groupes Facebook (1,2) depuis le 27 avril.
        Capture d’écran de la publication Facebook prise le 20 mai 2020

        Cette affirmation a également été reprise dans un discours de la députée Sara Cunial devant le Parlement italien le 14 mai. Ancienne élue du Mouvement 5 Étoiles, elle en a été définitivement exclue le 17 avril 2019 après avoir qualifié la vaccination de « génocide gratuit » sur Facebook. Parmi les « crimes contre l’humanité » dont elle accuse Bill Gates, figure la paralysie de près d’un demi-million d’enfants en Inde.

        La vidéo de ce discours traduit en français a été partagée à 4600 reprises sur Facebook depuis le 17 mai, et vue plus de 50 000 fois sur Youtube depuis le 15 mai.

        Ces accusations circulent aussi dans plusieurs langues sur les réseaux sociaux, comme l’anglais ou le tchèque, et sont même diffusées par des personnalités comme Robert F. Kennedy Jr, neveu de l’ancien président John F. Kennedy. Un message posté à ce sujet sur Instagram par ce célèbre activiste anti-vaccins américain a généré plus de 65 000 réactions depuis le 8 avril.

        Interrogée par l’AFP, la Fondation Bill et Melinda Gates a affirmé dans un email transmis le 11 mai que ces « allégations étaient fausses ». De plus, les statistiques de l’OMS font seulement état d’une vingtaine de cas dans lesquels la polio a été contractée à cause de virus dérivés de souches vaccinales.
        De rares cas de polio causés par des virus dérivés de souches vaccinales

        La poliomyélite est une maladie très contagieuse, provoquée par un virus qui envahit le système nerveux. Elle touche principalement les enfants de moins de cinq ans, et peut entraîner une paralysie totale en quelques heures. Des centaines de milliers de cas de cette maladie, paralysante et parfois mortelle, étaient encore recensés dans les années 1980.

        Le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO), utilisé en Inde, a la particularité d’être administré sans injection, en dose unique. Contrairement à ce qu’affirme la publication, Bill Gates n’a pas « imposé l’administration de 50 vaccins contre la polio (au lieu de 5) à chaque enfant avant l’âge de 5 ans ».

        Ce vaccin ne peut pas « directement » donner la polio aux enfants vaccinés. En revanche, ce vaccin oral de type 2 peut muter à de rares occasions, comme l’explique l’OMS : « les poliovirus dérivés de souche vaccinale sont des formes rares du poliovirus, qui ont évolué génétiquement à partir du virus atténué (affaibli) présent dans le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) ».

        Ce virus affaibli, une fois excrété par les personnes vaccinées, peut en effet muter en des formes plus résistantes. Le risque est alors qu’il entre en contact avec des populations ayant une faible immunité. « Dans de très rares cas, le virus acquiert, par mutation, la capacité de provoquer une paralysie et il est devenu ce que l’on appelle un poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale », confirme l’OMS.

        Selon les données de l’organisation, il y a eu 17 cas officiels de polio causés par des virus dérivés de souches vaccinales en Inde entre 2000 et 2017. En allant sur ce lien et en sélectionnant l’Inde, il est possible de vérifier le nombre de cas répertoriés par l’OMS chaque année. Comme on peut le voir sur ces captures d’écran, 15 cas officiels ont été relevés en 2009, et 2 autres en 2010.
        Capture d’écran du site de l’OMS prise le 20 mai 2020

        Aujourd’hui, la mutation de ces virus dérivés de souches vaccinales de type 2 reste une source d’inquiétude pour certains pays comme les Philippines. Même si la polio a officiellement été éradiquée dans la quasi-totalité du monde, les mutés virus sont très résistants et peuvent vivre pendant plusieurs années – notamment dans l’eau.

        En 2018 et 2019, plusieurs dizaines de paralysies de ce type ont ainsi été recensées. Contrairement à ce qu’indiquent ces publications sur Bill Gates, il ne s’agit pas d’une « explosion mondiale de la polio » pour autant. Grâce à la vaccination, « plus de 10 millions de cas de poliomyélite ont été évités, soit un recul du nombre de cas de 99% », affirme l’OMS.

        Pour limiter les risques d’infections occasionnées par le vaccin de type 2, 155 pays et territoires ont remplacé ce vaccin antipoliomyélitique oral trivalent (VPOt) en 2016 par une version dite « bivalente » plus stable (VPOb), qui ne contient plus que des souches de types 1 et 3.

        « En outre, une dose de VPI [vaccin antipoliomyélitique inactivé] est ajoutée pour renforcer la protection contre les trois types de poliovirus », précise l’OMS. La polio de type 2 ayant aussi disparu à l’état sauvage depuis 1999, le vaccin de type 2 a cessé d’être utilisé.
        Pas de suspension de la coopération avec la Fondation Bill Gates

        Ce programme d’éradication de la polio en Inde, soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates, fait partie de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, un partenariat public-privé lancé par l’OMS, auquel participe l’association Rotary International, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis, ou encore l’UNICEF.

        Le chiffre d’1,2 milliard de dollars, qui apparaît dans certaines publications, correspond au montant investi par la Fondation Bill Gates dans des projets de santé publique et de développement en Inde depuis 2003, comme le rappelle son site.

        La Fondation Bill et Melinda Gates n’a pas non plus été « expulsée » d’Inde en 2017. Le Ministre de la santé a démenti avoir suspendu la coopération médicale avec la Fondation : « C’est une affirmation trompeuse et erronée. La Fondation Bill et Melinda Gates continue de coopérer et de soutenir le Ministère de la santé et du bien-être de la famille ».

        Après de vastes campagnes de vaccination nationales, l’OMS a officialisé l’éradication de la polio en Inde en 2014, trois ans après le dernier cas enregistré dans le pays, soulignant qu’il s’agissait d’une « victoire monumentale », rappelle cette dépêche de l’AFP de 2014.

        L’Inde reste toutefois sous la menace constante d’une transmission de la maladie par ses voisins, le Pakistan et l’Afghanistan, où la maladie est toujours au stade endémique – autrement dit, le virus à l’état sauvage se transmet toujours entre les habitants.

        Déjà nombreuses depuis des années, les infox et théories du complot visant le cofondateur de Microsoft Bill Gates ont trouvé un nouvel élan à la faveur de la pandémie de nouveau coronavirus. Le milliardaire américain – très engagé dans la lutte contre le Covid-19 – est accusé de vouloir exterminer une partie de la population, la contrôler via la vaccination et/ou l’implantation de puces électroniques, ou encore d’avoir contribué à la propagation du virus.

        Dans cet article, l’AFP a décortiqué plusieurs affirmations, infondées mais extrêmement virales sur les réseaux sociaux.

        Traduit et adapté de l’anglais par Clara Lalanne

        Vous souhaitez que l’AFP vérifie une information?

        E-mail
        Facebook Messenger
        Message @afpfactuel

        • Yep, le vaccin de Monsieur Bill Gates est parfaitement inoffensif, et c’est… l’OMS qui nous le dit. Donc au pénal, ça reviendrait à entrendre le receleur du braquo pour qu’il assure le juge que ce pauvre homme est innocent comme l’agneau qui vient de naître. Pourquoi pas, eh, au point où l’on en est.

  8. tobor dit :

    Il est facile de constater que depuis la crise actuelle, dans chacune de ses interviews, Bill jubile, il exulte, c’est son grand moment. On ne sait pas exactement quoi (?) mais s’en dit beaucoup !

    L’autre évidence, c’est que notre assurance santé est notre système immunitaire. Cette défense a besoin de s’éprouver pour se fortifier et de s’entretenir, comme un muscle. Les maladies dites enfantines (oreillons, rougeole, varicelle) étaient connues en tant que formatrices du système immunitaire en général et avaient un faible taux de complications avant l’adolescence. Les parents amenaient leurs enfants pour qu’ils/elles se fassent refiler la maladie (ce qui ne va pas trop dans le sens de A Béchamp) et ne risquent plus de les attraper adultes et d’en être potentiellement bien plus affectés. Chaque rhume ou grippe, est l’occasion d’entretenir sa mécanique, d’éjecter des déchets accumulés et les poussées de fièvres font parties du processus… Bref, si on prive les enfants de ces maladies et qu’on les soigne à coups d’anti-inflammatoires et antibiotiques au moindre atchoum, sans défense naturelle propre, ils/elles seront très vulnérables face à n’importe quelle maladie résistant à ce genre de traitement, traitement lui-même source de désordre complet du métabolisme…

    Presque tous les vieux/vieilles qui avaient un système immunitaire sont suivis par un généraliste et ont un cocktail de pilules à avaler trois fois par jour jusqu’à la mort! Ils/elles ne savent même souvent pas ou plus quelle pilule sert à quoi à part le somnifère… Anti-douleur, cortisone, anxiolytiques, fluidifiants, hormones de synthèse etc. etc. et tout les ans, ils se font prescrire et prennent le vaccin anti-grippe sans compter l’aspartame dans le café. C’est là un amas de toxines à évacuer, à tomber malade dès qu’il y a moyen !

    Les vaccins viennent d’office bousculer le processus naturel, créent une situation improbable d’inflammation contrôlée en présence de corps étrangers pour appeler à la formation d’anti-corps spécialement dédiés à une cible …ou à onze cibles ! Non-fiables à 100%, ce qui est sûr, surtout pour les très jeunes c’est qu’on a mis le souk dans leur organisation naturelle et que donc, certains vaccins sont des facteurs aggravant pour d’autres maladies futures ou provoquent ce qu’ils sont sensés prévenir, ou entraînent des troubles bien plus graves que ce qu’on risquait en se prenant la maladie ciblée.