Belgique, festival de fake news

On en viendrait presque à croire que le gouvernement belge a recruté une boîte de marketing pour venir avec des idées toujours plus créatives, toujours plus fausses, aussi, pour autant qu’elles soient bien anxiogènes.

Eh oui, au moment où l’on fait remonter artificiellement le nombre de cas en augmentant tout simplement le nombre de tests, et en vue d’un probable reconfinement qui commence à pointer le bout de son nez dans une majorité de pays européens, il fallait trouver du lourd, bien glauque, alors si en plus ça rappelle les heures les plus sombres de la main de ma soeur dans la culotte du zouave, allons-y!

Ainsi le journal Le Soir, le quotidien le plus lu du pays titrait hier :

Coronavirus: la plus forte surmortalité depuis la seconde guerre mondiale

Une étude de l’UCLouvain analyse finement le phénomène de surmortalité lié au Covid. Les villes et les campagnes d’un côté, les hommes et les femmes de l’autre, ne sont pas égaux devant le virus.

On s’en doutait un peu mais une nouvelle étude pilotée par le centre de recherche en démographie de l’UCLouvain vient le confirmer : « En Belgique, comme dans de nombreux autres pays dans le monde, les mois de mars, avril et mai 2020 se sont avérés être exceptionnellement dramatiques du point de vue de la mortalité. Ce constat est particulièrement vrai pour la période qui s’étend de mi-mars à fin avril, caractérisée par une surmortalité jusqu’à deux fois plus importante en comparaison avec les tendances moyennes de la période 2016-2019 », expliquent les huit chercheurs à l’origine de l’étude. « S’il n’est pas directement attribuable en tant que tel au Covid-19, le phénomène est pourtant largement lié à cette pandémie » (il a par exemple touché des personnes déjà fragilisées par d’autres affections). Les courbes de surmortalité correspondent d’ailleurs à peu de chose près aux décès officiellement liés à la maladie.  Lire la suite (article payant)

À lire ceci, on se dit tout d’abord qu’on a affaire à une hécatombe…  Ensuite on en vient à se poser quelques questions :

  • Pourquoi comparer à la situation durant l’occupation, et pas à un phénomène comparable comme la grippe asiatique (1957) ou celle de Hong Kong (1968)?  Tout simplement parce que ça rappelle les heures les plus sombres, tiens.  Et ensuite parce que si l’on avait comparé à ces épidémies, le coronavirus aurait plus que probablement passé pour un rhume un peu méchant, ce qui aurait été du plus mauvais effet.    Et ajoutons que la mortalité en temps d’occupation avait bien d’autres causes que les épidémies.  On pourrait parler des soldats morts au combat, des victimes civiles, des privations, etc.
  • Pourquoi vouloir se focaliser absolument sur deux mois (mars avril)?  Quand on veut comparer d’une année sur l’autre, on compare le nombre de décès sur toute l’année si possible, sachant que l’épidémie de grippe ne frappe pas tous les ans à la même date. 

Et si l’on en revenait aux faits?

Puisque les données concernant le nombre de décès, toutes causes confondues sont disponibles chez Statbel, j’ai donc été les récupérer, afin de procéder à une mise à jour de ma base de données.

Pour toute sécurité, et afin de limiter les effets de bords dûs au remontées tardives, je me suis limité à la période allant du 1/1 au 31/08 pour chaque année allant de 2016 à 2020.  Dans la mesure où le pic de décès covid s’est produit en mars-avril, cela laisse 5 mois de marge par rapport aux données disponibles (qui s’arrêtent au 27/09/2020).

Et j’obtiens ainsi le tableau suivant :

Année Décès
2016 71.985
2017 74.003
2018 75.391
2019 73.235
2020 81.580

Et si l’on compare 2020 à 2018, on a une surmortalité de 81.580 – 75.391 = 6.189 unités.  Sachant qu’on a désormais largement laissé derrière nous le pic de l’épidémie, on peut supposer que la mortalité sur le reste de l’année sera égale ou légèrement inférieure à celle de 2019 sur la même période.  Pourquoi?  Tout simplement parce que le coronavirus a eu pour effet de faire mourir sur une courte période des gens âgés et perclus de comorbidités qui seraient normalement morts plus tard dans l’année.

Conclusion

Sachant que parmi tous les gens qui ont été déclarés morts du covid, il y a gros à parier que seuls 6% environ sont morts du covid et non avec le covid, on peut se demander où les autorités, les médias, et la VUB vont chercher les 10.151 personnes supposément décédées du COVID.

Toujours sans parler du fait qu’une bonne part de la surmortalité résulte précisément de la gestion calamiteuse de cette épidémie : opérations annulées, soins ambulatoires annulés, confinement de personnes âgées malades dans les résidences pour personnes âgées avec interdiction de les transférer en réanimation, etc.

Une fois de plus, on nous prend pour des quiches, mais ça, on commence à en avoir l’habitude, malheureusement.

avatar

Philippe Huysmans

Webmaster du Vilain Petit Canard, citoyen de nationalité belge, né à Schaerbeek le 16.10.1966. Marié et père de deux enfants. Je vis en Belgique et j’exerce la profession d’Informaticien à Bruxelles. Mes articles

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Malbrough dit :

    Salut,
    Bah , pendant que « l’on ne parle » que du covid 19, on ne parle pas du reste .
    Le reste c’est essentiellement à mes yeux , toutes les mesures de libéralisation , de privatisations et de délocalisations , de concentrations à l’intérieur d’un système qui fabrique davantage de riches , de joyeux actionnaires ,mais qui détruit systématiquement la solidarité au profit des détenteurs de fonds qui n’en manquent jamais .
    Avec à la clé une paupérisation majeure d’une partie de la population la plus vulnérable et une taxation record des classes moyennes .
    Le tout avec la bénédiction de la commission européenne qui ne recule devant aucun argument crassouilleux comme « le respect de la concurrence publique/ privée « .
    Un exemple : les mutuelles santé .
    Il y a des vraies mutuelles d’origine corporatistes et de fausses mutuelles qui ne sont que des assurances complémentaires , vouées à faire des bénéfices .
    Quand ce système aura fait disparaître les véritables mutuelles , ne resteront que les assurances complémentaire en situation de monopoles pour imposer des prix individualisés : t’es jeune, t’a peu de problèmes de santé , donc tarifs attractifs …. T’es vieux tu deviens forcément un consommateur de santé , tu raques un maximum si tu veux prétendre à continuer à être soigné , sinon , si t »‘a pas les moyens de cotiser , tu ne te soignes plus ….
    En France nous avons vu exploser « le marché de la vieillesse » avec des Ephad hors de prix et n’ayant pas vocation à soigner, mais à héberger ce qui n’est pas véritablement explicite dans les brochures publicitaires ….
    Cette épidémie de covid nous a éclairé sur la mortalité invraisemblable dans ces institutions trop lucratives .
    A tel point d’ailleurs que ces ephad aujourd’hui complètement décrédibilisées, changent de nom , mais certainement pas de but ni de fonctionnement .

    • Salut JP,

      Oui d’ailleurs le coronatsointsoin n’est là que pour faire diversion et forcer les gens à accepter des coupes drastiques dans leur libertés fondamentales qui ne reviendront jamais.

      C’est un prétexte, pas une cause.

  2. Deborah dit :

    La plupart des décès des personnes âgées ont été dans les maisons de repos, et n’a t’on pas entendu pas d acharnement thérapeutique !
    En France cela a été le fameux Ritrovil et en Belgique ?
    Une amie me faisait remarquer qu’à Eupen il y a avait une maison de repos publique quasiment vide.. ce serait intéressant de savoir le taux de mortalités entre le publique et le privé.

  3. MT dit :

    J’aime bien cette vidéo, elle permet de relativiser le délire ambiant:

    https://youtu.be/oywOkAWwKWE

  4. Fred dit :

    Bonjour Philippe,
    Je viens de discuter avec une personne de ma famille qui travaille à l’hôpital de Charleroi. 10 Lits en réanimation pour un total de 20…… Oui simplement 20 lits, pour 200k/ habitants. Je lui ai demandé quelles étaient les mesures structurelles qui avaient été prises pour augmenter le nombre de lits depuis mars : Aucunes !
    Là les guignols qui administrent le pays vont une nouvelle fois tout fermer, mettre des couvre-feux (utilisé normalement dans les guerres anciennes pour empêcher les bombardiers ennemis de se repérer avant l’invention des systèmes de guidage), ce qui n’a aucun sens face à un virus, encore moins face à un virus bénin.
    Les gens qui sont morts l’ont été pour la plupart par manque de soins ou par application de soins inappropriés. Rappelez-vous qu’en avril, ils ont dû envoyer les militaires dans certaines maisons de repos …. Si vous aimez un membre de votre famille qui est en maison de repos, allez l’exfiltrer sur le champ !
    Jusqu’à preuve du contraire, ce gouvernement n’a pas les pouvoirs spéciaux. Ce genre de décision est purement illégale.
    Mais qui s’en soucie encore ? malheureusement personne

    • Bonjour Fred,

      C’est là le plus frustrant, les gens sont apathiques, résignés, et ne semblent pas comprendre qu’ils sont en train de basculer dans la dictature, et que ça n’a rien à voir avec la grippette corona. Je ne sais plus quoi dire pour tenter de réveiller mes contemporains. Tout a été dit, les chiffres sont là, implacables, et en dépit de cette preuve de manipulation, les gens continuent à bouffer le discours de la peur.

  5. Hellings dit :

    Salut merci de tes articles éclairants j ai quant a moi regardé la mortalite en france sur l insee entre 2009 et 2019 et il y a en 10 ans une augmentation de 61459 morts par an en dix ans simplement par un viellissement de la population de plus sur la belgique en juillet aout on a eu 30% de mortalité en moins c est l effet « moisson » cad des deces avancés de quelques mois le plus drole sur l insee est que 2017-18 et 19 sont provisoires mais pour 2020 on connait parfaitement il faut savoir que l equipe chargée de compiler ses données est pléthorique ils sont trois ! ! Courage a tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *