Tout ça pour ça ?

Stats mortalité - Source : StatbelCet article a été mis à jour le 3 août 2020, parce que mon calcul initial était erroné.   J’arrivais à une différence de mortalité de 5.311 entre l’année 2020 et l’année 2018.  En fait, la différence n’est que de 5.171.  

Suite à une discussion avec un ami, qui me disait qu’on avait mesuré une forte surmortalité en Belgique sur la période allant du 01.01.20 au 19.07.20 en comparaison des autres années, je me suis livré au petit exercice qui consiste à vérifier ceci par moi-même.

J’ai donc été chercher le fichier sur la page de Statbel, au format excel.  Ce fichier contient les données relatives aux décès, toutes causes confondues, depuis 2009.   Ensuite, à l’aide d’une requête, j’ai fait les totaux pour chaque année, entre le premier janvier et le 19 juillet, soit le jour où les données s’arrêtent pour 2020.

Voici le résultat de la requête, brut de décoffrage :

Année Décès Delta 2020
2016 60123 8350
2017 62595 5878
2018 63302 5171
2019 61343 7130
2020 68473 0

Et si l’on compare 2020 par rapport à 2018 pour la période allant donc du 1/1 au 19/7, on trouve une surmortalité de 5.171 unités.

Pour ceux qui seraient curieux, voici la base de données contenant les données traitées dans la requête, et vous pouvez vérifier par vous-même que les chiffres sont corrects en comparant au fichier original.

Donc on nous a tous confinés, on a détruit l’économie libérale de ce pays pour une grippette qui a tué 5.000 personnes de plus qu’en 2018, sachant qu’un certain nombre de ces morts sont précisément à imputer aux conséquences du confinement (plus de décès par manque de soins, notamment pour des pathologies cardiaques ou le cancer), sans parler des suicides.

Peut-être serait-il temps de se réveiller.

avatar

Philippe Huysmans

Webmaster du Vilain Petit Canard, citoyen de nationalité belge, né à Schaerbeek le 16.10.1966. Marié et père de deux enfants. Je vis en Belgique et j’exerce la profession d’Informaticien à Bruxelles. Mes articles

Vous aimerez aussi...

27 réponses

  1. remo Zandonà dit :

    Bonjour Philippe, En effet tout cela pour pas grand chose d’autant que cette surmortalité dont, oui bien entendu COVID-19 est un acteur important se jouait dans une pièce déjà occupée par des éléments de co-morbidités majeurs son action n’a fait qu’accélérer un processus qui sinon aurait pris plus de temps et serait passer inaperçu dans les statistiques. SVP, n’oubliez pas de le rappeler. Par ailleurs, pensez-vous qu’il soit possible de ventiler les cas quotidien (aujourd’hui 350 cas dénombrés) par niveau de gravité ? Cordialement et bonne journée. Remo.

    • Pensez-vous qu’il soit possible de ventiler les cas quotidien (aujourd’hui 350 cas dénombrés) par niveau de gravité ?

      En général, quand on en meurt, c’est considéré comme « grave » :p

      Sinon plus sérieusement on pourrait ventiler sur base de l’âge, on s’apercevrait juste que ce sont les petits vieux qui constituent les 5.300 décès supplémentaires, mais aussi ceux qui n’auront pu être opérés, ceux qui auront fait des malaises cardiaques et qui n’auront pas été à l’hosto, ainsi que les suicides.

  2. Anwen dit :

    Bonjour,
    Si vous preniez connaissance de tous les mensonges, qu’ils soient historiques, religieux, philosophiques ou scientifiques, auquel nous sommes arrivés aujourd’hui, et depuis combien de temps l’erreur mène le Monde avec son triste cortège de conséquences désastreuses : le mal, la misère, la guerre, vous ne le croiriez peut-être toujours pas.
    En effet, il est des gens naïfs qui croient que l’histoire est le récit exact des faits du passé. Ils semblent ignorer que le monde est, depuis longtemps, régi par le mensonge et que le désordre de la société actuelle en est la conséquence.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/introduction.html
    Cordialement.

    • Bonjour Anwen,

      Oh je sais que même l’histoire, ce sont avant tout des histoires, généralement écrites par les vainqueurs ou la classe dominante. N’en est-on pas à nous faire avaler que ce sont les Américains qui ont libéré l’Europe du joug nazi ?

      Je ne me fais plus guère d’illusions, mais je veux croire que tant qu’il restera des irréductibles pour défendre les valeurs fondamentales, le monde ne pourra pas basculer dans l’horreur complète. Il suffira d’un seul.

  3. Agostini dit :

    Bonjout, mais il n’y a pas les chiffres de mortalité pour janvier et février. Étant gérant d’une entreprise de pompes funèbres je sais qu’il y a eu moins de décès ces 2 mois de 2020 par rapport aux autres années. Et pour la France également les chiffres ne démarrent qu’en mars…. Curieux!
    J’ai cherché les chiffres de ces 2 mois pour faire le même calcul mais ils sont introuvables….

    • Bonjour,

      Les chiffres de mortalité pour janvier et février sont inclus dans cette analyse, qui porte, pour chacune des années 2016 à 2020 sur les dates comprises entre le premier janvier et le 12 juillet.

      Vous avez pensé à ouvrir les fichiers dans les liens que je donnais dans l’article ?

      • Agostini dit :

        Oui je les avais déjà regardés mais je trouve ces satistiques tellement détaillées que ça en est, pour moi, illisible.
        Je cherchais des graphiques simples comme ceux de cette page. Mais tout commence au 1er mars… C’est pour moi interpellant.
        https://statbel.fgov.be/fr/visuals/mortalite
        Je suis entièrement d’accord d’accord avec vous concernant les personnes qui sont décédées à cause de l’isolement et du manque de soin et non du COVID-19.

        • Il faut comprendre que ces stats (le fichier excel donc) commencent au premier janvier 2009 et couvrent jusqu’au 12 juillet 2020, sans discontinuer.

          Peu importe ce que vous montrent les bribes d’informations éparses dont on vous arrose soir et matin, notamment dans les graphiques.

          Eux présentent uniquement les chiffres de manière à faire peur, moi j’en ai fait une synthèse pour comparer d’une année sur l’autre, et ça, les médias à la botte ne le feront jamais.

  4. PR dit :

    Bonjour ,
    Content de voir que certains font preuve d’esprit critique.
    A propos des bulles de contact et du graphique montré ce matin (centre de crise) qui est loin d’être de la science exacte.
    J’ai cherché la source sur internet. Le graphique est tiré d’une publication non passée en revue (preprint , not peer reviewed) publiée le 6 juillet sur medrxiv : The impact of contact tracing and household bubbles on deconfinement strategies for COVID-19. Conclusions (entre autres) : les bulles ont le potentiel de réduire le nombre d’admissions à l’hôpital jusqu’à 90 %. L’efficacité du tracing dépend de son timing (rapidité). A la page 12 de l’article , on peut lire , entre autres : un modèle est une simplification de la réalité et dépend des suppositions faites. Les résultats du modèle doivent être interprétés avec grande prudence. Notre futur est donc régi par des suppositions. Placés devant des graphiques apocalyptiques les politiques ne feront que céder.

  5. Loïc dit :

    Ça fait un petit moment que je me dis qu’il y a anguille sous roche et qu’on nous prends un peu pour des cons, merci pour votre boulot, ce n’est pas rassurant, mais au moins on sait.

    • Loïc,

      Comme vous dites c’est pas rassurant, mais il vaut mieux savoir à quelle sauce ils veulent nous bouffer.

      • Loïc dit :

        Ce que j’apprécie dans votre journal, c’est que vous soulevez des questions extrêmement pertinentes et documentez très bien vos articles. Vous permettez à vos lecteurs de se poser des questions qu’ils ne se poseraient même pas et d’y trouver des réponses elles aussi documentées.
        Mais il n’y a qu’une chose que je pourrais vous reprocher (et encore puisque vous aviez prévenu que vous le feriez) c’est que vous prenez position, ce qui empêche certains lecteurs de vraiment aller jusqu’au bout de leur lecture, et donc de faire travailler leur intellecte.

        Du coup, durant la lecture, on se retrouve en pleine confrontation avec l’auteur. Je vous invite en toute amitié à envisager de conserver une neutralité parfaite de sorte à ne pas froisser le lecteur qui pense différemment de vous mais qui cherche à se renseigner différemment que par la voie des médias traditionnels. Ce qui ne vous empêche pas de faire un apparté en bas de page/fin d’article et de donner votre avis et analyse personnelle de la situation.

        Je pense que ça ne peut que rendre le plumage de votre vilain petit canard plus beau et d’éviter de vous faire targuer de complotistes dès les premiers paragraphes.

        Bien entendu, votre vilain petit canard votre marre, autrement dis: votre toît, vos lois 😊

        Très amicalement.

        • Bonjour,

          Merci pour votre soutien, et votre analyse fouillée, on m’en a rarement servi d’aussi étoffée.

          Sur le fond, vous avez raison, j’affiche de manière assez claire mon opinion d’emblée, et ne prends pas un point de vue objectif, comme on devrait le faire dans la presse. Notez que c’est ce que je faisais lorsque j’ai commencé l’aventure du canard, mais j’ai renoncé à ceci pour deux raisons, qui nous le verrons, en font trois dès qu’elles arrivent dans la tête d’un moutruche ou d’un journaliste mainstream.

          1) C’est rasant. L’ensemble de mes articles tend à prouver, sources à l’appui, ce que je dénonce. Je pourrais bien prendre le ton faussement objectif, ça ne changerait rien à l’affaire et ne suis pas ou plus assez faux-cul pour tenter de maintenir ce qui n’est, dans le fond, qu’une illusion.

          2) La presse mainstream quant a elle adopte systématiquement ce ton qui se veut bien neutre (quand ils y arrivent encore parce qu’on ne compte plus les pétages de plomb), mais sont-ils objectifs ? Pas plus que moi, sauf qu’eux, en prime, se permettent de mentir à chaque paragraphe et de ne rien sourcer dans la plupart des cas.

          3) L’appellation « complotiste » ne vient pas de la manière objective ou subjective dont je présenterais les faits mais bien du contenu, et des arguments à l’appui. Je pourrais présenter ça comme je veux, ce sont des vérités qu’ils ne peuvent pas accepter, parce que cela détruit leur propre narratif, l’hyperréalité qu’ils tissent autour de leur longue litanie de bobards.

          Je crois que face à la situation que nous vivons, il y a trois grandes catégories de citoyens

          • Ceux qui sont déjà éveillés
          • Ceux qui commencent à se poser des questions
          • Ceux qui sont définitivement perdus pour la science (coma dépassé)

          J’écris pour redonner espoir à ceux qui sont éveillés et tenter d’aider ceux qui cherchent la sortie de la caverne. Les autres sont déjà morts, mais ne le savent pas.

          • Loïc dit :

            Je comprends tout à fait votre point de vue, dans tous les cas, ça n’empêchera pas de continuer à vous lire. D’autre part c’est tout à votre honneur et ça prouve votre engagement envers la cause que vous défendez.

          • Bonjour Loïc,

            Merci, ça fait plaisir. Mon engagement est mon moteur, et mon essence, aussi. Nous devons vivre selon nos vraies valeurs sinon il y aura toujours quelque chose qui va gripper, et nous brider. J’en ai marre de moutonner, je suis né libre et souverain. Je refuserai la dictature, de cela vous pouvez être sûr.

            Courage !

  6. Vivi dit :

    Bonjour,
    Et ce qui sera aussi intéressant, c’est de voir si… dans le futur, on assistera à une légère baisse de la mortalité.
    Si tel est le cas, on pourra se questionner sur cette hausse de 5171 morts: était-ce réellement une hausse ou une anticipation engendrée suites à ces mesures inhumaines…?
    Le problème est qu’il sera fort probablement pas possible de voir cette baisse significativement, ou rapidement… tellement cela peut être lissé sur le temps.
    Merci pour vos articles!

    • Bonjour,

      En effet, le « réservoir de petits vieux fragiles » ayant été vidé au cours de la période épidémique, on va moins mourir dans les mois qui viennent et cette différence va progressivement être lissée. Ce qui restera en fin d’année sera la véritable différence en termes de dangerosité entre le coronavirus et une grippette un peu plus méchante que la moyenne. Et mon petit doigt me dit que ce ne sera rien de bien impressionnant.

  7. Bruhaut dit :

    J’ai fait exactement le même exercice avec les mêmes données que j’ai partagé en format Word avec graphiques vers mes collègues du bureau
    le constat est identiquement le même et j’ai aussi ventilé la mortalité par tranche d’âge (les données statbel le permettent) et là c’est encore plus édifiant, toute la surmortalité se retrouve uniquement dans les + de 65 ans, il y a même eu moins de mortalité dans les moins de 65 ans en 2020 qu’en 2018
    Comme tu le dis, on a confiné une population active peu enclin a développer une pathologie sévère du covid 19 au lieu de se concentrer et protéger les personnes âgées, les plus fragiles a ce virus, sans compter le scandale de l’HDC qui aurait, j’en suis convaincu, pu sauver des milliers de vies

    • Merci d’avoir vérifié, et merci pour votre gentil commentaire.

      Il faut maintenant que ces chiffres deviennent eux-mêmes viraux, et qu’on puisse mettre fin à un virus nettement plus dangereux que le covid, le virus de la peur entretenue.

  8. Thierry dit :

    Bonjour,
    Très intéressant et significatif de notre société.

    Bernard Rentier Biologiste Virologue Liége
    12 Aout 2020

    Depuis des mois, les chiffres de contamination, d’hospitalisation et des décès font partie de notre quotidien. Pourtant, un chiffre manquait selon l’ancien recteur de l’Université de Liège, Bernard Rentier. Celui du « taux de positivité », c’est-à-dire le rapport entre les cas positifs et le nombre de tests effectués. Ce chiffre est désormais publié par Sciensano.

    « Aujourd’hui, le nombre de cas a augmenté de 62 %, de 72 %, de 58 %, de 60 %, énumère Bernard Rentier, ancien recteur de l’université de Liège, en consultant les différents bulletins épidémiologiques publiés par l’Institut de santé publique Sciensano depuis le début de la crise sanitaire.

    Si on additionne tous ces pourcentages-là, on est à des milliers de % ».

    Depuis plusieurs semaines, le virologue est irrité par certains chiffres publiés par Sciensano. Il estime que le nombre de cas positif doit être mis en perspective vu le nombre de tests beaucoup plus important ces dernières semaines.

    « Si on compare le pourcentage de positifs dans les mois de mars et avril à ceux de juin-juillet, quand on dit que ceci est la deuxième vague, c’est évidemment exagéré », estime Bernard Rentier. Il faut reconnaître que c’est un rebond ».

    « À force de crier au loup… »

    L’absence de mise en perspective des chiffres peut avoir un impact négatif sur la perception qu’a la population de l’épidémie selon le virologue : « La manière de présenter les choses va toujours dans le sens de rendre les perspectives plus angoissantes ».

    Cette information angoissante favorise-t-elle le respect des règles ? « À force de crier au loup, on finira par ne plus avoir peur de rien, répond-il. Pour le moment, beaucoup de gens ont peur mais on voit monter un grand nombre de gens qui n’ont plus cette inquiétude et qui disent ‘moi je ne fais plus attention à ça, cela fait des mois qu’on nous dit que ça augmente de 60 % tous les jours donc ça ne veut rien dire pour moi ».

    Aujourd’hui, Sciensano a intégré ce taux de positivité dans ses graphiques. Pour Bernard Rentier, il serait possible d’aller plus loin dans la précision en répartissant les cas positifs dans différentes catégories : ceux qui sont hospitalisés, les malades légers à la maison et les asymptomatiques. Ces derniers représenteraient plus de 75 % des cas positifs.

    • Bonjour Thierry,

      Clairement, ils nous prennent pour des bulots. Plus personne ne meurt, plus personne n’est admis en réa, ni même à l’hosto…

      Ce qui me laisse sans voix, c’est la passivité quasi sadomaso des moutruches, à croire qu’ils en veulent plus (et dans ce cas, il vont être servis).

      C’est à pleurer.

  9. fred dit :

    J’ajouterais qu’il faudrait encore croiser ces données avec une réalité démographique.
    En effet, la pyramide d’âge étant ce qu’elle est, les baby-boomer de 1945 sont de grosses générations qui atteignent aujourd’hui l’âge respectable de 75 ans. Il est donc logique que plus d’aînés décèdent ces 10 prochaines années que le 10 précédents, compte-tenu de l’espérance de vie…..

  10. PR dit :

    Bonjour ,
    Le site https://www.health.belgium.be a une page consacrée aux conflits d’intérêts. (https://www.health.belgium.be/fr/conflits-dinterets) . On y trouve divers documents dont une procédure . On trouve sur la page : Les experts doivent communiquer/rendre publics leurs intérêts de manière transparente. Un lien existe vers la liste des experts et leurs déclarations d’intérêts. J’ai parcouru cette liste n’y ai pas trouvé tous les experts apparaissant dans les médias. Les déclarations de conflits d’intérêts ne seraient donc pas obligatoires ?

    • Bonjour,

      Tout à votre honneur d’avoir fait le boulot de recherche par vous-mêmes. Je l’avais fait avant vous et étais arrivé à la même conclusion que vous. Alors oui c’est obligatoire mais personne pour sanctionner en cas de non respect, apparemment. C’est la Belgique, quoi.